AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Erza Miller
► PSEUDO : Confetti
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 45
► EMPLOI/ÉTUDES : Cuistot dans un snack & bloggeur culinaire

MessageSujet: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   Lun 8 Sep - 2:40

Ô Roméo ! Roméo !
Aksel ∞ Jakob
« Et tu vis à Woodburgh depuis longtemps ? » Je mets quelques secondes à déchiffrer les paroles de mon interlocuteur. La musique, l’alcool et le vacarme ambiant ne m’aident pas à me concentrer mais je lis facilement sur ses lèvres et secoue la tête. « En fait je viens tout juste d’emménager un peu plus loin à Pearl Trees mais je suis dans le coin depuis quelques mois maintenant » j’essaie d’articuler en me penchant à l’oreille du jeune-homme. Puis je me recule à nouveau dans un sourire avant de le dévisager. Putain ouais il est franchement pas mal. Je devrais plus souvent me fier au radar homosexuel de ma frangine. C’est elle qui m’a présenté à James il y a maintenant une heure et le courant passe plutôt bien.  Par contre il n’est pas très entreprenant. Je ne suis plus habitué aux timides. Dans les boites gays il est très facile de se trouver quelqu’un pour la nuit. Ici au Midnight Memories Club c’est une toute autre histoire. Mais je ne m’en formalise pas pour ce soir et ne prends pas non plus les devants. Depuis que j’ai revu Aksel j’ai l’esprit embrouillé et n’arrive plus à me laisser aller comme je le voudrais en soirée. Je me contente donc de faire la conversation en buvant beaucoup. C’est un moyen comme un autre pour oublier ma dernière rencontre avec Robin et ce que j’avais ressenti rien qu’à le voir à nouveau. Il m’avait suffi de croiser ses yeux bleus pour… PUTAIN j’ai dit qu’il ne fallait plus que j’y pense ! Sors de ma tête maintenant ! Machinalement je me frotte les yeux et  sur un coup de tête m’éloigne du bar en laissant James en plan. Malgré mes efforts je ne parviens pas à m’amuser ce soir. Je songe à rentrer chez moi quand je vois un visage familier débarquer droit sur moi. « JAKOOOOOOB ! » Merde, merde, merde. Vite se cacher ! Trop tard, la voilà qui se plante juste en face de moi. Katleen. « Ben qu’est-ce que t’as ? T’as vu un fantôme ou quoi ? » Je baisse les yeux. « On peut voir ça comme ça. » Elle met ses mains sur ses hanches. « Tu penses encore à Aksel ? » Raaah il y a des jours comme ça la connexion qu’on a tous les deux m’énerve. Elle lit en moi comme dans un livre ouvert. Je hausse simplement les épaules, je n’ose pas lui mentir mais je n'ai pas non plus envie de lui donner raison. « Mais t’attends quoi pour aller le voir hein ? Le déluge !? » Non. La probabilité qu’un tel événement climatique se produise est trop grande encore ! Je lui accorde une grimace quand elle s’écrit « OH MON DIEU ! C’EST COME ON EILEEN NOTRE CHANSON ! » Les yeux de ma frangine s’illuminent et je tends l’oreille. Elle a malheureusement raison et je maudis alors cette fichue soirée disco. « Même pas en rêve je te préviens. » « Alleeeez Jake ! S’il te plaîîît ! On leur montre ce qu’on sait faire ! » Je n’ai pas le temps de répliquer qu’elle m’entraîne déjà sur la piste. Il y a quelques années nous avons inventé une danse sur ce morceau quand nous avions découvert que nous l’adorions tous les deux. Cette routine comme on l’appelait était devenue un rituel entre nous. Seulement, jamais je n’avais reproduis ces quelques pas en public. Elle ne me laisse pourtant pas le choix. Heureusement, je n’ai pas peur du ridicule. Je me laisse donc guider au son de la musique et me lâche durant le temps que dure la chanson. Quand nous nous interrompons nous sommes morts de rire et quelques jeunes nous regardent comme si nous étions complètement cinglés mais ça en valait la peine je le reconnais. Ce moment m’a rendu ma joie de vivre. J’en avais d’ailleurs presque oublié la conversation que j’avais juste avant avec ma sœur. Ce qui n’est pas son cas. « T’es majeur et vacciné Jakob mais à ta place j’irais le retrouver » elle me murmure à l’oreille avant de s’éloigner le sourire aux lèvres.

Je suis un homme faible qui se laisse guider par les bonnes paroles de la gente féminine. Quelques minutes plus tard je suis dehors avec la ferme intention de me rendre chez les Griffin. Seulement j’avais oublié un détail. Je suis à Woodburgh et Aksel à Pearl Trees, probablement en train de dormir. Il faut que je trouve le moyen de rentrer... C’est alors que le miracle se produit. Tandis que je titube au beau milieu du parking de la boite, des phares m’aveuglent et quelqu’un me hèle. « Hé ! T’as pas l’air en état toi, on te dépose quelque part ? » Si ça c’est pas un signe que je suis destiné à mener ma mission à bien !
Une demi-heure plus tard je suis devant la porte de chez Aksel. Et un nouvel obstacle s’impose à moi. Comment entrer? Je ne peux tout simplement pas sonner. Il doit au moins être quatre heures du matin, ça serait du suicide. Me vient alors l’idée de lancer quelques cailloux à la fenêtre de mon ami pour attirer son attention. J’entreprends d’en ramasser quelques-uns quand je réalise que je ne sais pas où se trouve sa chambre. Il me faut alors me concentrer pour procéder par élimination. Je suis déjà venu ici avec Benji, je sais où est sa chambre à lui et celle de ses parents. Il me parle peu de ses frères, je ne connais pas leurs noms mais repère tout de même leurs tanières dans lesquelles je me suis déjà infiltré. Après une bonne prise de tête je pense avoir trouvé. Au pire, si je ne le reconnais pas, je détale.
Je prends une grande inspiration avant de me lancer. Après deux ou trois tentatives, la lumière s’allume finalement au premier étage. Bingo, Aksel apparaît finalement. Je lui fais signe et me rend compte que je n’ai pas du tout réfléchis à ce que j’allais bien pouvoir lui dire. Devant le comique de la situation voici les seuls mots qui franchissent mes lèvres alors que je m’agenouille « Mais, doucement ! Quelle lumière brille à cette fenêtre ? C'est là l'Orient, et Juliette en est le soleil. » Je m’improvise acteur et remercie intérieurement Tasha, étudiante en lettres pour m’avoir forcé à lire Roméo et Juliette il y a quelques semaines. Sauf que je suis bourré et que j’ai un trou de mémoire sur la suite de la tirade. Alors je reste béat, les bras tendus comme un idiot. Ouais, comme je le disais plus tôt, heureusement le ridicule ne tue pas.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t135-jakob-faut-que-jme-degote-un-psy-balaise-si-jveux-pas-finir-lhistoire-en-vrac http://www.pearl-trees.net/t136-f-zoella-sugg-ah-cest-repu
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Niall cutie Horan
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 25/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 48
► EN CE MOMENT :

MessageSujet: Re: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   Lun 8 Sep - 23:22

Ô Romeo ! Romeo !

every breath you take, every move you make, every step you make, every smile you fake I’ll be watching you ! (Version réécrite par Aksel !)


« GRIFFIN ! » Tu t’arrêtes, te mordant la lèvre. Si ton patron aperçoit sa montre dans ta main, il te renverra sans aucun doute. Tu te retournes, faisant bien attention à ne pas laisser dépasser le bracelet en or, et tu lui souris gentiment, ressemblant à un garçon innocent, comme tu sais si bien le faire. Il a le sourire aux lèvres, et c’est alors que tu comprends que la mystérieuse place libre sur son poignet n’est pas la raison pour laquelle il t’a rappelé. « Je suis content que tu ne sois pas encore parti. Est-ce que tu pourrais prendre le tour de Marti ? Il est parti s’occuper de sa fille. » Tu hausses les épaules et hoche la tête. Il te sourit et te prends rapidement dans ses bras. Cet homme a toujours été très tactile, et même si ce n’est pas pour te déplaire, tu préférerais que ce soit quelqu’un d’autre à sa place. Un brun, aux cheveux longs. Et aux yeux marron. Tu lui souris faiblement lorsqu’il te relâche et passe à côté de toi. Toi, tu souffles bruyamment. Depuis la cabane, tu l’as pas revu, et c’est pas que tu veux pas, plutôt que t’oses pas. Et puis tu t’en veux aussi. Lui, dès qu’il t’a vu, il t’a reconnu. Toi, non. Il a fallu qu’il t’appelle par ton surnom pour que tu le reconnaisses. Et encore, tu pensais pas que ce serait possible. T’y crois encore qu’à moitié d’ailleurs. Jakob. A Pearl Trees. Meilleur ami de ton frère que tu détestes. Trop de choses à digérer. Trop de choses à croire que t’as pas envie de croire. T’avais commencé à l’oublier, avec Anastasia, et avec Ahi et Ioio. T’aurais sincèrement aimé qu’il reste loin de toi encore quelques années, que le fait de retomber sur lui comme ça ne te fasse pas autant de mal que cette fois ci. T’as peur. T’es un froussard. T’es juste terrifié par ce que vous pourriez devenir. Bien sûr, depuis que tu l’as quitté, t’as toujours voulu le revoir, rien que pour lui dire ce que tu ressentais vraiment pour lui pendant tout ce temps. Mais de le voir, juste devant toi, ça te fais changer d’avis. Et puis bien. T’as pas envie de le revoir tellement t’es stressé. T’en tombes malade. T’es allé à la cabane de Benjamin la dernière fois, et t’as vu les livres de Jakob. T’as pas hésité une seule seconde à les prendre. Et tant pis si ça en a résulté d’une bagarre avec Benjamin et Ahilan. T’avais juste envie de voir quelque chose qui lui appartenait. D’être sûr que non, il t’avait pas oublié.

Tu secoues la tête et essayes de te reconcentrer sur le présent. C’est tâche difficile. Tu vas voir ton patron, qui finalement n’a qu’une petite trentaine d’année, et tu baisses les yeux. « Bon, vas-y, rentre chez toi Aksel, je vais faire la fermeture. » Tu ne fais qu’hocher la tête, sans conviction. Oh, il est rare de te voir comme ça, et pourtant, entre le retour de Jakob, la froideur d’Anastasia et le départ de Ioan, tu as toutes les raisons d’être déprimés. Surtout qu’Ahilan maintenant aussi te tourne le dos. Heureusement, tu as toujours le groupe d’amis qui vous entouraient vous, les Griffins, mais tu dois toi-même avouer, que c’est pas pareil. Tu shoots dans un caillou en sortant du bar où t’es barman. Ça t’aide à payer tes études, et tu marches jusqu’à chez toi. T’as toujours la montre dans la main, tu te rends compte que t’as oublié de la rendre à ton boss. Alors tu fais un arrêt par devant sa grande maison que tu connais, et tu glisses la montre dans la fente de la boîte au lettre. Sans un seul sourire. T’as l’air d’une âme en peine dans les rue de Pearl Trees, et au moment où t’atterris chez toi, tu te rends compte qu’il est déjà plutôt tard. Tu grimpes dans ta chambre, prend juste la peine d’enlever ton jean trop serré, et tu te fous dans ton lit. T’as envie de pioncer, t’as envie de t’enlever tout tes problèmes de la tête. Mais c’est vachement compliqué. Tu mets une musique douce à côté de toi, et tes yeux se ferment lentement. Tu tombes dans un sommeil profond, noir, sans rêve.

Quelques minutes plus tard, qui furent réellement quelques heures, tes yeux s’ouvrent, à cause d’un bruit inhabituel. T’ouvres la lumière de ta chambre et tente de te concentrer. Le bruit vient de la fenêtre. Tu sursautes quand tu voix de la caillasse s’écraser dessus. WTF ? Tu clignes des yeux plusieurs fois, mais tu te rends compte que non, tu rêves pas. Tu te dépêches d’ouvrir la fenêtre et de sortir ta tête de la fenêtre. Ce que tu vois en bas te laisse sans voix. Jakob est là, et c’est lui qui a balancé des cailloux sur ta fenêtre. Mais pour quoi faire bon dieu ? Il te fait un signe, et toi t’attends. T’attends parce que tu sais pas quoi dire, et que même si tu savais quoi dire, tu pourrais peut-être pas parler. Mais finalement, il prend la parole et tes yeux s’écarquillent. Manifestement, la nuit est pas finie. « Mais, doucement ! Quelle lumière brille à cette fenêtre ? C'est là l'Orient, et Juliette en est le soleil. » Sérieux ? Shakespeare ? Tu te mords la lèvre parce que t’avais pas envie de le voir, mais surtout parce que là, tout de suite, t’as juste envie d’éclater de rire. Et c’est ce que tu fais. Tu rigoles. Et quand tu t’arrêtes, t’as un sourire qui orne ton visage. En fait, t’avais envie de le voir. Mais tu savais pas, t’avais peur de comment ça pourrait se passer. « Je crois que la suite c’est quelque chose dans les eaux de : T’es trop con, y’a une porte d’entrée, je viens t’ouvrir ! » Et sans plus parler, tu refermes la porte, sors de ta chambre en courant, mais en essayant de pas trop non plus faire de bruit, et arrives à la porte d’entrée. Tu l’ouvres d’un coup, et attend que ton Peter s’y rende.

_________________

Comment je suis censé réagir quand on me demande de choisir? Je veux pas avoir ce choix, je veux pas qu'on le fasse pour moi, je veux une famille unie, de nouveau. C'est trop demander? Je veux pas finir l'cul entre deux chaises, avec finalement, personne à qui parler, vers qui me tourner. Je suis le plus jeune, le plus fragile, ils ont tendance à l'oublier.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Erza Miller
► PSEUDO : Confetti
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 45
► EMPLOI/ÉTUDES : Cuistot dans un snack & bloggeur culinaire

MessageSujet: Re: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   Mar 23 Sep - 2:49

Ô Roméo ! Roméo !
Aksel ∞ Jakob
Allelujah, c’est un miracle ! Une voiture s’est arrêtée et on me propose de me ramener à bon port.  Ses phares qui m’avaient ébloui étaient en réalité un don du ciel. Dans de tels moments je pourrais presque être croyant. Mais je ne suis pas sûr par contre que les passagers présents avaient conscience de ce qui les attendait. Malheureusement pour eux je suis intenable quand je suis bourré. Enfin… à jeun aussi peut-être. Mais mon hyperactivité est multipliée par deux quand j’ai bu un peu trop de tequila. Le trajet jusqu’à Pearl Trees dure environ vingt minutes et pour eux je crois qu’il a été un véritable calvaire. Dans un premier temps je me suis mis à chanter au son de l’autoradio. Et à tue-tête s’il vous plaît. «  TONIIIIHT WE ARE YOUUUNG. SO LET’S SET THE WORLD ON FIIIIRE. WE CAN BURN BRIGHTEEEER » Ma voix montait tellement dans les aigus que je ne sais pas comment je ne me la suis pas brisée. S’il y avait des australopithèques à mes cotés, ceux là étaient plutôt du genre à s’endormir de fatigue. Moi j’étais au taquet alors j’ai fait chier tout le monde. Quand on m’a coupé la musique ils pensaient sûrement que j’allais me calmer. Au lieu de quoi je n’ai pas arrêté de parler. J’ai posé quelques questions au chauffeur pour faire connaissance mais il n’était pas très coopératif alors je me suis mis à lui dire tout ce qui me passait par la tête. Ça a commencé avec le gars que j’avais rencontré ce soir. Comment il s’appelait déjà ? Ah ouais James. Puis j’ai évoqué Aksel aussi, forcément, et Katleen. En fait je crois bien que je lui ai raconté toute ma vie mais avec un peu de chance demain je m’en souviendrais à peine. La seule chose à retenir c’est que j’ai réussi à ne pas me faire virer de la voiture et qu’on m’a sagement laissé devant chez les Griffin. Les aux revoir n’ont pas été très chaleureux mais tant pis, je m’en remettrais.
Sur place j’ai ensuite remué ciel et terre pour réussir à réveiller Aksel sans trop attirer l’attention non plus. Quand je l’ai finalement aperçu à la fenêtre, alors que j’aurais dû me sentir triomphant, je me suis d’abord trouvé con. Un peu comme si je ne savais pas vraiment ce que je foutais là. Puis mon cœur s’est emballé. Et les seuls mots qui sont sortis de ma bouche ont été ceux de Roméo à Juliette. Me demandez pas pourquoi, je n’ai pas de réponse logique à cette question. Je suis pas très sensé comme mec et encore moins quand j’ai de l’alcool dans le sang. Mais au moins le but que je m’étais fixé est atteint. Mon ami se mit à rire et ce silence gênant prend fin rapidement. « Je crois que la suite c’est quelque chose dans les eaux de : T’es trop con, y’a une porte d’entrée, je viens t’ouvrir ! » Alors ça c’est pas très gentil. Je me gratte la tête avant de rétorquer «  je suis pas sûr qu’il y ait de gros mots dans Shakespeare. » Malheureusement ma réplique se meurt dans le vide. Je n’ai déjà plus d’auditoire. Aksel a refermé la fenêtre et il débarque pour m’ouvrir la porte, essoufflé d’avoir couru.
A le voir de plus près je souris sans réellement m’en rendre compte. «  Tu me sous-estime. Je suis sûr que j’aurais réussi à grimper à ma manière pour te rejoindre. » Je suis un vrai petit singe, monter dans les arbres et un peu partout ça a toujours été mon truc, Aksel le sait. Sans compter que je n’aime pas faire comme tout le monde. Pourtant alors qu’il m’y invite je rentre à l’intérieur par la porte d’entrée. Dans le hall je prends le temps de le dévisager, ce que je n’avais pas eu bien l’occasion de bien faire la dernière fois que nous nous étions rencontrés par hasard. «  Tu n’as pas vraiment changé depuis tout ce temps. » Il a toujours ces yeux bleus pétillants de malice, ces cheveux blonds dorés. Ce petit air de canaille que j’aimais tant. Sans réfléchir je le prends dans mes bras. Parce que j’ai toujours été tactile. Parce que j’en mourrais d’envie et que c’était tout simplement une pulsion incontrôlable. En plus je parviens à le faire sans tituber. J’espère d’ailleurs qu’Aksel ne va pas remarquer que j’ai un peu abusé sur la boisson ce soir. Contre lui je prends le temps de respirer son odeur si étrangement familière avant de m’écarter. «  Alors quoi de neuf Robin? » Je demande ça comme si nous nous étions vu la semaine dernière et comme s'il était tout à fait normal de rendre visite à quelqu'un au bout milieu de la nuit. C’est fait exprès, question de continuer cette discussion dans une ambiance détendue et bonne enfant.
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t135-jakob-faut-que-jme-degote-un-psy-balaise-si-jveux-pas-finir-lhistoire-en-vrac http://www.pearl-trees.net/t136-f-zoella-sugg-ah-cest-repu
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Niall cutie Horan
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 25/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 48
► EN CE MOMENT :

MessageSujet: Re: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   Sam 4 Oct - 14:06

« Tu me sous-estime. Je suis sûr que j’aurais réussi à grimper à ma manière pour te rejoindre. » Il te fait rire. C’est encore ton bon vieil ami Jakob. Sauf que toi, t’as changé. T’es encore moins heureux qu’avant, surtout en ce moment. Pauvre Jakob, si seulement il t’avait retrouvé un peu plus tôt. Quelques mois plus tôt. Avant que Ioan parte. Mais non. Il avait décidé de revenir, de te retrouver maintenant. Alors qu’Ahilan venait tout simplement de te rejeter, de t’exclure de son cœur, et ça faisait mal. Ça fait toujours mal d’ailleurs. C’est pas la première fois que tu te fais rejeter par ta famille, mais tu pensais qu’avec les Griffin, ce serait différent. Et non ! Tu lui souris quand même, parce que t’es content de le voir. Plus que ça même. Jakob, il te manquait. Atrocement. Il entre doucement à ta suite dans le hall et tu refermes la porte doucement, de peur de réveiller quelqu’un dans la maison. Que ce soit tes parents ou tes… frères ? Tu le vois te fixer, et ça te dérange pas. En fait, t’aimes bien qu’il te regarde comme ça, t’as l’impression d’être important. Au moins pour quelqu’un. Et puis que ce soit pour Jakob, c’est encore mieux. Alors tu souris, et pendant quelques moment, t’en oublies presque Ioan, Ahilan et Benjamin. T’es content que lui, il soit là pour toi. Alors malgré tes malheurs d’en ce moment, tu souris. Tu lui souris. A ton Peter, à ton meilleur ami, à ton autre toi-même qui t’a tellement manqué pendant ces longues années. Il te fixe, il te sonde probablement. Ca fait tellement longtemps que tu lui as pas parlé. Que tu l’as pas vu, et donc qu’il t’a pas vu par la même occasion. « Tu n’as pas vraiment changé depuis tout ce temps. » Tu souris encore plus, tu rigoles doucement même. Tu le trouves tellement mignon. T’as les joues qui rougissent, qui prennent une teinte rosée. T’as du mal à le regarder dans les yeux. T’as la vague impression d’être une collégienne à qui le garçon pour qui elle a un crush vient de dire un compliment. Parce qu’au final, c’est un peu ça. Jakob, c’est ton crush d’enfant. Ton crush tout cours d’ailleurs. Tu l’aimes tellement fort. Mais bien sur ça, c’est le genre de truc que tu refuses de te dire, et que tu diras jamais. Puis, sans vraiment que tu t’y attendes, son geste brise ce mur froid et glacé qui vous séparait. Il te prend dans ses bras. Et ça te fait du bien. Tes yeux s’humidifient. T’es sur le point de pleurer. T’as l’impression d’être à l’endroit où t’as toujours été censé être. Dans ses bras, là où tu te sens bien. T’as l’impression qu’il a bu, mais en fait, tu sais pas. T’espères pas. Il sent l’alcool. Et puis au final non, tu t’en fous. L’important c’est qu’il soit venu te voir.

« Alors quoi de neuf Robin? »Tu te recules, te dessers (à contre cœur) de lui. Tu fixes ses yeux, et ils sont magnifiques. Emplis de gentillesses, comme ils l’étaient la dernière fois que tu l’as vu. Et t’as l’impression d’avoir toujours autant confiance en lui. Tu hausses les épaules mais vite lui demande de te suivre dans une salle que tu pourras fermer, par peur de réveiller les autres habitants de la maison. Vous vous retrouvez vite dans la salle avec la télé, et la table à manger. Tu t’assois paresseusement sur le canapé et lui montre d’un coup de tête la place à côté de toi. « Bah écoute, pas grand-chose finalement. J’ai été adopté rapidement par les Griffin, et y’avait déjà Ahilan et Ioan » Parler de Ioan te fais souffrir, surtout depuis la dispute avec Ahilan, mais tu dis rien, tu lui en parleras en temps voulu. « Benjamin est le seul fils naturel de mes parents. Et on l’a un peu pris en grippe. Ça me fait tellement bizarre de savoir que t’es ami avec lui, alors que pendant tout ce temps, t’as été ami avec moi. Il est pas aussi cool que moi Benjamin hein ? » Tu repenses aux livres que t’as embarqué de la cabane la dernière fois et t’espères vraiment qu’il va pas répondre qu’il vous aime autant l’un que l’autre. Tu le prendrais mal. T’espères aussi que Jakob lui a jamais expliqué qui étaient Robin et Peter. T’espères qu’il a gardé ça pour lui comme toi t’as gardé ça pour toi. T’en as jamais parlé à personne. Même pas à Ahilan, ni à Ioan. Même pas à tes parents. Ni à Anastasia. A personne. Jakob, c’est TON ami. Et personne n’a à savoir ce qu’il s’est passé entre vous.

HJ:
 

_________________

Comment je suis censé réagir quand on me demande de choisir? Je veux pas avoir ce choix, je veux pas qu'on le fasse pour moi, je veux une famille unie, de nouveau. C'est trop demander? Je veux pas finir l'cul entre deux chaises, avec finalement, personne à qui parler, vers qui me tourner. Je suis le plus jeune, le plus fragile, ils ont tendance à l'oublier.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Erza Miller
► PSEUDO : Confetti
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 45
► EMPLOI/ÉTUDES : Cuistot dans un snack & bloggeur culinaire

MessageSujet: Re: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   Lun 13 Oct - 18:52

Ô Roméo ! Roméo !
Aksel ∞ Jakob
De nous deux je crois qu’Aksel est clairement le plus troublé par ces étranges retrouvailles. Il n’est pas très bavard. J’ai l’impression que sous le coup de l’émotion, il ne sait pas vraiment quoi dire. Il faut dire que nous ne nous étions pas vus depuis si longtemps. Moi-même, alors que j’ai toujours eu la tchatche, je ne sais pas trop par où commencer. Puis j’ai la fâcheuse manie d’être sans gêne. Il est probablement plus de trois heures du matin et je n’étais pas à jeun pourtant je n’avais pas hésité une seconde à débarquer en douce chez les Griffin. A regarder les choses sous cet angle je peux donc facilement comprendre qu’Aksel soit sur la réserve. J’imagine qu’il allait falloir du temps pour apprendre de nouveau à nous apprivoiser après toutes ces années. Mais je n’en n’ai pas envie. Non moi ce que j’aimerais c’est raviver nos souvenirs et le lien qui nous unissait, que nous puissions retrouver rapidement cette complicité qui nous était propre et que tout redevienne comme avant. Sans temps d’arrêt, sans prendre le temps de réfléchir. Tout reprendre là où on en était resté tous les deux. Tout de suite, maintenant.
Dans cette optique je n’hésite pas une seconde à le serrer sans prévenir contre moi. Entre ses bras j’ai tout simplement l’impression d’être chez moi. Et alors je sais que j’ai fait le bon choix de venir le retrouver ce soir. Ok j’avais flippé la fois où j’avais aperçu Aksel à la cabane de Benjamin. Je m’attendais tout simplement pas à tomber sur lui comme ça et j’avais laissé les doutes m’envahir mais maintenant je sais. Je ne veux plus être séparé de lui et je ferais tout pour rester près de Robin cette fois. J’avais été bien con même de ne pas avoir cherché à le revoir avant depuis cet après-midi là. De quoi est-ce que j’avais eu peur franchement ? De la force de mes sentiments pour lui ? De ce qu’il pouvait bien représenter pour moi ? De ce qu’il pourrait se passer ? Après tout je n’étais pas forcé de poser des mots sur tout ça. Je n’avais qu’à simplement me laisser aller et nous verrons bien comment les choses évolueront non ? Je n’avais franchement pas envie de me prendre la tête. Ce n’était pas franchement mon genre d’habitude c’est pas maintenant que ça allait commencer à l’être. Je prends une profonde inspiration avant de demander à mon ami « Alors quoi de neuf Robin? » J’avais du manquer tellement de choses. Je voulais qu’il me raconte pour rattraper tout ce temps, tout savoir de lui, de ce qu’il était devenu. Aksel desserre notre étreinte et pour la première fois ce soir il soutient mon regard alors que je le fixe. Je le gratifie d’un sourire bienveillant. Il a les joues rouges et le regard un peu humide mais je ne suis pas sûr d’être dans un meilleur état que lui. L’alcool me donne chaud. Parce que c’est juste l’alcool hein !?
Sagement je suis Robin jusque dans la salle à manger lorsqu’il me fait signe de le suivre et je le regarde s’avachir sur le canapé avant de l’imiter en m’installant à ses côtés. C’est la première fois que j’entre dans cette pièce je crois. A vrai dire je ne suis venu chez les Griffin que deux fois avec Benjamin. Généralement c’est plutôt lui qui vient à l’appartement que je partage avec Katleen. Sans que mon ami ne m’ait jamais bien expliqué en détails ses histoires de famille je sais qu’il ne s’entend pas vraiment avec ses frères. Le sujet ayant l’air sensible je n’ai jamais osé insister mais du coup il squatte plus souvent chez moi que moi chez lui. Accoudé contre le dossier du sofa je me tourne pour écouter attentivement Aksel lorsqu’il me répond « bah écoute, pas grand-chose finalement. » Je hausse les sourcils. Vraiment ? Après tout ce temps ? « J’ai été adopté rapidement par les Griffin, et y’avait déjà Ahilan et Ioan. Benjamin est le seul fils naturel de mes parents. Et on l’a un peu pris en grippe. Ça me fait tellement bizarre de savoir que t’es ami avec lui, alors que pendant tout ce temps, t’as été ami avec moi. Il est pas aussi cool que moi Benjamin hein ? » Ahilan et Ioan. J’essaie de retenir ces deux prénoms. Je ne les avais encore jamais entendus du coup pas plus que je n’avais déjà vu ces membres de la famille. Je me demande de quoi ils ont l’air. A la question d’Aksel je ne peux retenir un petit rire. En voyant son expression cependant je retrouve mon sérieux et regrette mon geste spontané. Apparemment Aksel ne porte pas Benjamin dans son cœur. Les rapports entre les frangins ont l’air encore plus compliqués que ce que je ne pourrais jamais imaginer. « ça n’a absolument rien de comparable. » Je ne suis pas certain d’avoir su trouver les mots justes sur ce coup et suis un peu gêné bien que je souris toujours pour essayer de détendre l’atmosphère. Mais comment expliquer à mon Robin que le lien qui nous unissait lui et moi était juste totalement différent de celui que j’entretenais avec son frère. Qu’avec lui chaque moment passé avait une signification particulière et était gravé en moi ? Qu’en sa présence tout devenait toujours plus intense ?
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t135-jakob-faut-que-jme-degote-un-psy-balaise-si-jveux-pas-finir-lhistoire-en-vrac http://www.pearl-trees.net/t136-f-zoella-sugg-ah-cest-repu
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ô Roméo ! Roméo ! ** Jaksel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Ô Roméo ! Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? » – Leine Storlme
» URGENT - Roméo caniche x bichon 2 ans en fourrière (40)
» Oh Roméo, pourquoi es-tu Roméo ϟ 14.05.11 10h16
» Roméo et Juliette
» La légende de Roméo et Juliette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees - Version 2  :: 


Pearl Trees
 :: Pines Square
-