AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Leith ⊹ Your lies have broke my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 20:27

" Your lies have broke my life."

   
JE SUIS APPARU(E) DANS LE NOUVEAU TOME AU CHAPITRE 2, PAGE 86.


   
Leith Shelton
feat Andrew Garfield

   
   
JE SUIS UN PERSONNAGE INVENTE
JE SUIS LE SCENARIO DE Maxime L. Millward

   
Salut toi ! Je m'appelle Leith Shelton. Mais mes amis aiment bien m'appeler Leith, il faut pas abuser non plus hein. Formidable n'est-ce pas ! Je suis né(e) à Perth en Australie. C'est le 2 mai 1985 que j'ai poussé mon premier cri, j'ai donc 29 ans. Grâce à mes paternels, j'ai la nationalité américano-australienne et je suis d'origine Australienne. Dans la vie, je suis le gérant d'un magasin de bricolage.   C'est d'ailleurs là que je peux y rencontrer plein de femmes pour mon plus grand plaisir, mais bon je suis en couple. Sinon je suis plutôt rancunier, protecteur, juste, jaloux, détaché, un homme de parole, nerveux, extraverti .. Je fais partie du groupe Je vis ici parce que j'y suis obligé. Souvent, on me dit que je ressemble à Andrew Garfield.


       

   
" Ce jour où ta vie va changer... "

   
Comme tu le sais, ici le RPG se passe dans un roman... Alors évidemment Abigail M. Cartwright va vouloir se mêler de ton destin et te rendre maboule !

   Acceptes-tu qu'Abi puisse s'immiscer dans tes rp ? oui non

   Si c'est le cas, peut-elle modifier le cours du rp ? oui non
   (chute, météo, intervenant etc )

   Jusqu’où peut-elle aller ? Dispute Pluie, tempête Petit imprévu                               Accident Invitation d'un autre personnage


   ►Évidemment, ces interventions seront occasionnelles et ne mettront pas en danger de vie ou de mort ton personnage... Mais elles pourront par contre le mettre dans l'embarras.

   ►Vous pourrez également faire une demande d'intervention anonyme, si vous trouvez que votre rp commence à tourner en rond et que vous auriez bien besoin d'un peu d'action !
   


   
In Real Life...
Sinon moi c'est Katia mais sur le net je me fais appeler Sunrise. J'ai 20 ans. J'habite en France. Je vous ai trouvés via FB (scénario).  Je me connecte environ 7/7j Un dernier petit mot ?            


   
JE RECENSE MON PERSONNAGE !
   
Code:
<pris>ANDREW GARFIELD</pris> ► <perso>leith shelton</perso>
   
   
©️ Codage par Pearl Trees

   

   


Dernière édition par Leith Shelton le Lun 13 Oct - 3:02, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 20:28

" Your love makes me feel ..."


   
Voilà mon histoire...


   




Enfant, j’étais une vraie catastrophe. Une tornade, un monstre ambulant, un trublion, un hyper actif, tous les adjectifs décrivant un gamin qui ne pouvait pas rester en place me correspondaient. On aurait même dit qu’ils avaient été créés rien que pour me décrire. Du coup, je m’occupais comme je pouvais, construisant des cabanes dans les arbres, jouant à Tarzan, m’imaginant être Buzz l’éclair un jour et Woody le lendemain. J’étais très imaginatif, ça on ne pouvait pas me le retirer. Je suis né en Australie et plus précisément à Perth où mon père de nationalité américaine a rencontré ma mère qui a vécue toute sa vie en Australie. De cette union, est né 4 enfants, tous des garçons. J’étais l’avant dernier, heureusement pour moi parce que mon petit frère subissait sans relâche nos moqueries et chamailleries. Parfois, je me disais qu’on n’était pas juste avec lui, mais d’un côté, ça le rendait plus fort. Ensembles, on ne faisait que se battre sans aucune raison et quand mes frères ne me foutaient pas une raclée monumentale, je m’enfuyais pleurer dans les bras de ma mère. Elle était mon ancre, cette bouée de sauvetage qui vous chante des chansons le soir, qui vous berce quand la tourmente vous hante, qui vous soigne lorsque vous vous blessez. Même si personne n’ose le dire, j’étais son préféré, parce que contrairement aux autres qui étaient sans cesses collés aux basques de mon père, moi je me réfugiais dans l’étau des bras de ma mère. Allez savoir pourquoi j’entretenais un lien aussi fort avec elle, en tout cas moi, ça me convenait.
J’étais tellement aveuglé par l’amour que j’avais pour elle et par son affection pour moi, qu’à mes 12 ans, son suicide m’ébranla au plus haut point, détruisant tout mon petit monde, réduisant mes sourires à de violents accès de colères, mes gestes tendres à des coups de poings et coups de genoux, mes paroles au silence. Plus rien n’avait d’importance. Le monde brillait tellement à mes yeux que je ne m’étais même pas rendu compte que le sien s’entachait chaque jour. Mon père la traitait de bien des manières qui n’étaient pas convenables, il se bourrait la gueule tous les soirs et surtout, ce que je ne savais pas, c’est que ma mère souffrait d’une maladie qui la faisait souffrir, une maladie qui l’obligeait à prendre des médicaments qui la rendaient dépressive. Je sais ce que vous vous dites, comment j’ai pu ne pas m’en rendre compte ? Et bien, j’en sais rien. J’étais un gamin, un gamin qui découvrait les filles, le collège, sa vie d’adolescent et ne se préoccupait pas des problèmes des "grands". Quand j’ai su les raisons du suicide de ma mère, j’en ai voulu à mon père, j’ai juré de le tuer, de lui en vouloir pour le restant de mes jours de ne pas avoir su aimer la seule femme qui avait donné sa vie car son amour n’était pas à la hauteur du sien. Je lui en voulais d’avoir brisé ma vie en même temps qu’il avait brisé la sienne, parce que malgré les apparences, il aimait ma mère, il l’aimait mais ne savais plus quoi faire face à sa maladie, il n’arrivait pas à la soutenir et faire face à l’idée qu’un jour, elle pourrait partir. Au bout du compte, ce n’était pas la maladie mais son comportement vis-à-vis de la maladie qui avait tué ma mère. Je lui en voulais à elle aussi, de m’avoir lâchement abandonné, de m’avoir laissé tout seul dans cette famille où je ne trouvais pas ma place, de ne pas s’être battue un peu plus pour profiter de chaque instant que la vie pouvait nous offrir. Ne m’aimait elle pas assez pour être là, à mes côtés ?
Ce jour a brisé ma vie, la vision que j’avais du monde, la confiance que je pouvais éprouver en chaque être. Il m’a aussi brisé au plus profond de moi-même, je me suis alors juré de ne plus jamais autant m’attacher à quelqu’un pour ne pas risquer de souffrir autant qu’en ce jour. Le jour de son enterrement, je me suis terré dans ma chambre, comme un lâche, refusant d’être là pour elle alors qu’elle m’avait lâchement abandonnée. Je regretterai toute ma vie cette décision. J’aurai dû être là pour lui faire mes adieux, pour lui rendre le dernier hommage qu’elle méritait, pour montrer au monde à quel point elle était tout pour moi. J’aurai du lui dire que je lui pardonnais, que je ne lui en voulais pas de s’être montrée si égoïste, pour qu’elle puisse être en paix.



La suite n’est pas très glorieuse non plus. Je tenais bon, essayant de penser le moins souvent à ma mère. On dit que le temps guérit les blessures, qu’il apaise la douleur. Dans mon cas, même le temps n’arrivait pas à me faire relever la tête. Alors que j’aurai du me faire des amis, je passais mon temps à me battre et à courir les filles, les rejetant une fois que j’avais obtenu ce que je voulais. Cette époque de ma vie fut bien sombre. Lorsqu’il fut temps pour moi d’entamer des études supérieures, je décidais de quitter le domicile familial,  je ne m’y sentais plus chez moi depuis le jour où m’a mère étais partie, mais jusque-là j’étais trop jeune pour partir. Ma vie étudiante se résuma à la débauche, l’excès et le grand n’importe quoi. Un vrai merdier. Ne voulant pas avoir de nouvelles de mon père, je pratiquais des combats clandestins qui avaient lieux entre étudiants dans les sous-sols de l’université une fois par semaine afin de payer mon loyer. Je ne perdais jamais et ainsi, j’amassais rapidement une petite fortune, enfin, de quoi ne pas se soucier des fins de mois. Chaque soir ou presque, je ramenais une fille chez moi et le lendemain je la rejetais. Pas moyen de m’attacher. Plus jamais. On pouvait dire que j’étais populaire mais ces gens qui se considéraient comme mes amis n’étaient rien pour moi, mon esprit refusait d’éprouver de l’amitié ou même de l’affection pour quiconque. Malgré ce que tout le monde aurait pu croire au premier coup d’œil, j’avais de très bonnes notes, même si je travaillais peu, allez savoir pourquoi j’étais doué au moins pour ça. Mon diplôme en poche, je décidais de ne pas retourner chez moi, à quoi bon ? Retrouver une famille qui m’était totalement inconnue, un père que je voulais frapper et des frères absents. Chacun de nous faisait sa vie.
Quelques mois plus tard, j’emménageais à Pearl Trees, j’avais besoin de m’évader de l’Australie, de quitter la grande ville et je suis tombé là par hasard. Après de nombreuses démarches, d’accords avec mon père et un avocat, je fis rapatrier le cercueil de ma mère dans le cimetière de la ville. J’avais besoin d’elle. Peut-être par culpabilité de ne pas être allé à son enterrement, je ne sais pas, mais j’allais souvent me recueillir sur sa tombe, lui raconter à quel point ma vie était devenue misérable mais que malgré tout, je tenais le coup. Que MOI, je me bâtais pour vivre, même si cette vie était loin d’être heureuse. Je sais que c’est ce qu’elle aurait voulu, que je me batte et que je continue à vivre ma vie, sans elle. Que je sois heureux et que j’ai une belle famille, mais c’était impossible. A quoi bon ? Ma vie était foutue. Je n’avais plus envie de rien, au lieu de vivre ma vie, je la subissais. Elle était devenue un poids enchainé à mes pieds que je m’efforçais de traîner au bout d’une chaîne chaque jour.



Ma vie bascula un jour où je me rendais comme souvent au cimetière afin de parler à ma mère. Ces jours-là, je m’endormais paisiblement, libéré du poids de mes jours solitaires. Ça faisait déjà plusieurs semaines que je croyais une adolescente qui venait elle aussi pleurer un mort. Il me semblait qu’elle  aussi avait perdu une personne à qui elle tenait. Le monde est si cruel, au lieu des criminels, des violeurs, c’était des mères de familles, des fils, des frères et sœurs que la mort venait nous arracher. « La voilà encore à chialer, j’vous l’avais dit qu’elle serait là ! Cette cruche passe toutes ses journées à pleurnicher ! » Alors que je cherchais le silence afin d’être en paix sur la tombe de ma mère, des voix masculines s’élevèrent et virent briser ma tranquillité. Même dans un endroit comme celui-ci je ne pouvais plus avoir la paix. « Bah alors, tu réponds pas ?! Ça fait des mois que ton père a crevé, t’as pas fini de chialer ?! »  A ces mots, je me souviens d’avoir vivement redressé la tête, comme si quelqu’un venait de me frapper. Ces gamins avaient-ils vraiment osé s’adresser à cette fille de cette façon ? « Ouuuh ! Attention, elle va sortir les crocs les gars ! » Je n’ai attendu ni une ni deux et je me suis dirigé vers eux. Jamais, non jamais personne ne devait parler de cette manière à une fille qui venait de perdre quelqu’un, surtout son père si je comprenais bien. Après quelques secondes, où je m’imaginais leur casser la gueule, où je me voyais leur foutre un coup de poing dans l’estomac pour leur faire cracher leurs tripes, je me dressais devant eux. « Vous n’avez pas honte de vous en prendre à elle comme ça ?! Vous êtes qui pour juger, ou simplement oser parler comme ça des morts ?! » Si quelqu’un avait osé dire ça un jour à propos de moi, je ne parierai pas sur le fait qu’il soit encore en vie au jour d’aujourd’hui. Inconsciemment, je leur avais jeté mon regard le plus noir. S’ils n’étaient pas partis sur le champ, je les aurai frappés, j’en suis sûr. Je me retournais alors vers la jeune fille qui se tenait à côté de moi et tentai un petit sourire. « Tu vas bien ? Ne les écoute pas parler, ils n’ont pas de cœur. Je suis désolé pour… ton père. Ça doit vraiment être dur… » Et c’est seulement à ce moment que je me suis rendu compte à quel point elle était magnifique. Ses petits yeux bleus et ronds sont venus se planter dans les miens, me fixant avec incompréhension. Et soudain, je n’avais qu’une seule envie, la serrer dans mes bras et la réconforter, la soigner de son chagrin en la prenant contre moi. Elle était d’une beauté qui vous subjugue, qui vous saute à la gorge sans que vous ne vous en rendiez compte, son visage, son corps tout entier appelait le mien. Je la voulais, je la désirai, là tout de suite dans ce cimetière. « De quoi tu te mêles ?! Laisse-moi tranquille. » Sa phrase me fit l’effet d’une douche froide. Je m’étais sûrement un peu enflammé. J’avoue que ce n’était ni le lieu, ni le moment approprié pour penser à ce genre de choses, mais j’y pensais. Alors que depuis tout ce temps mon cœur avait semblé s’être arrêté de battre, il se préparait juste au jour où je la rencontrerai. Je le sentais, battre la chamade à l’intérieur de mon corps, provoquant un léger frisson tout le long de mes bras. Je ne pus m’empêcher de la suivre des yeux alors qu’elle partait du cimetière, s’éloignant de moi. Alors, la sensation qui m’habitait depuis plusieurs secondes s’évapora. Maintenant je le savais, il fallait à tout prix que je lui reparle, parce que cette fille arrivait à faire revivre mon cœur en un regard.



Je me suis alors fixé un but. Lui rendre son sourire et la joie de vivre. Parce qu’au fonds, il fallait que je me rende à l’évidence, je ne pouvais pas passer ma vie à m’apitoyer sur mon sort, il fallait que je vive ma vie moi aussi. A chaque fois que je la croisais, en ville, au cimetière, dans un magasin, je lui parlais, autant que je le pouvais. On aurait pu croire que je la harcelais mais c’était bien loin de la vérité. Inconsciemment, mon être voulait lui prouver qu’elle n’était pas seule, que quelqu’un était là pour elle, pour la soutenir, l’écouter et lui dire à qu’elle point elle était comprise. Je sais ce que c’est de se retrouver seul. Ça fait plus de 8 ans que je suis une âme solitaire, airant sans jamais avoir de but. Mais j’ai compris que pour survivre il faut un but dans la vie et mon but à moi c’était elle. Étonnant parce que je n’étais pas du genre à me soucier des autres et il ne m’avait fallu d’un seul regard pour capituler. Elle a brisé en une seule seconde toutes les barrières que j’avais mis tant de temps à ériger. Seulement, au fur et à mesure que le temps s’écoulait, je sentais naître en moi des sentiments qui n’avaient pas lieu d’être. Le pire ? Je ne savais rien d’elle. Même si ça faisait deux ans que je m’efforçais d’apprendre à la connaître, elle ne cessait de me repousser. Alors que n’importe qui aurait abandonné, moi ça me motivait. Et puis, j’ai craqué. « Ça te va mieux les cheveux blonds. Tu avais l’air bien plus triste en brune. » Je me tenais au milieu de l’allée du supermarché, admirant sa nouvelle teinture en même temps que j’observais son délicieux visage. Je l’exaspérais et j’en étais conscient, mais pourquoi ? Je n’en savais rien et sûrement qu’elle non plus. Elle avait pris l’habitude de me repousser. « Laisse-moi tranquille. » Ses paroles ne m’étonnèrent pas. Comme je m’y attendais une fois de plus, elle se défilait. Mais devant quoi ? Ne voulait-elle pas savoir pourquoi je m’efforçais de lui parler, d’essayer de la réconforter ? Ce n’était plus vraiment comme si j’étais un inconnu à présent. Je la suivis du regard alors qu’elle quittait le supermarché rapidement, prenant ses jambes à son coup. Qu’est-ce que je devais faire ? La laisser fuir et continuer ce petit manège encore une éternité ? J’avais passé assez de temps à bousiller ma vie, maintenant il fallait que j’agisse. Que je prenne ma vie en main alors que je l’avais laissé tant de temps me passer entre les doigts.  « Max, attends ! Pourquoi t’es comme ça avec moi ? » En quelques secondes, je l’avais rattrapé sur le parking et me fichais devant elle, peu importe ce qu’il se passait, j’étais gonflé à bloc. « T’as aucun droit de m’appeler comme ça ! On n’est pas potes, on est rien, compris ?! Je sais pas ce que tu cherches, mais ça m’agace ! Fous-moi la paix tu veux ! » Et voilà, à peine on échangeait plus de 2 mots qu’elle me gueulait dessus, plus je m’efforce de la comprendre et plus elle me repousse. Si elle m’avait demandé ce que je lui voulais je le lui aurai dit depuis le temps. "Apprendre à te connaître, te redonner l’envie de sourire, t’embrasser te chérir." Voilà ce que je lui aurai dit.  « Et si je refuse ? Si j’ai envie de te parler, tous les jours si possible ? » Et sans que je ne m’y sois préparé, elle me gifla. « Alors t’es vraiment trop con ! Qu’est-ce que tu veux ?! » Mon regard restait planté dans le sien en même temps que je tentais d’apaiser les picotements que je ressentais dans ma joue. Mais comment lui faire comprendre ? C’était pourtant évident non ? J’essayais tant bien que mal de brider la colère qui afflua en moi à ce moment-là. Et sans réellement réfléchir à ce que je faisais, mes lèvres vinrent se poser sur les siennes. Ce fut un baiser à la fois calme et tourmenté, un baiser qui se voulait clair, je voulais qu’elle comprenne enfin ce que je lui voulais.  « C’est ça que je veux ! Tu comprends maintenant ?! » Après quelques secondes à la fixer, il fallait que je me rende à l’évidence. Elle ne me voulait pas, du moins pas comme moi je la voulais. Quelque chose s’effrita au plus profond de moi, était-ce  ma détermination qui commençait à faiblir ou mon cœur qui était sur le point de me claquer entre les doigts ? Je n’aurai su le dire. Alors, je me résolu à la laisser partir. J’avais tout tenté et ça n’avait pas suffi. Lorsque je me décidais à partir, ses doigts attrapèrent lentement les miens et à ce moment précis, j’étais certain que tout n’était pas fini, mais que ça venait juste de commencer.



5 ans, cinq longues années de bonheur mais qui m’apparurent comme courtes. C’est fou, quand on est heureux le temps défile à toute vitesse, alors que quand le monde semble sombre et dépriment, une journée parait durer une éternité. Elle avait réussi à redonner un sens à ma vie et je lui avais redonné le sourire, au final, on se rendait tous les deux un service. Je n’avais jamais été amoureux de ma vie et quand je voyais ces petits couples je me foutais de leur gueules, les trouvant niais et débiles. Débiles de confier leur cœur à une fille, débiles de s’éprendre au point de risquer sa vie pour sauver celle de sa moitié, débiles de faire plaisir à l’autre avant de se faire plaisir. Mais tout ça, c’était bien avant que je rencontre Max. Elle avait littéralement changé ma vie. Si bien que qu’après 5 années d’amour, je la demandais en mariage, moi Leith Shelton. J’avais fait les choses en grand, repas, chandelles, attentions, regard amoureux au possible – Bien que ça, je le faisais sans réellement m’en rendre compte-, cœur battant la chamade. J’avais répété des heures, mon discours en tête pendant tout le repas, j’avais plus de mal pour manger et j’étais bien plus stressé que je ne voulais le laisser paraître. A la fin du repas, au moment d’apporter le dessert, je me suis lancé. « Maxine… J’ai pas de grand discours à faire, ou plutôt, je préfère ne rien dire parce que je sais que tu viendrais me contredire si je te racontais à quel point tu es merveilleuse… Le fait est que ça fait sept ans qu’on se connaît toi et moi, même si au début ça a été plutôt chaotique, maintenant, c’est le pur bonheur. Tu me rends vraiment heureux, et j’espère pouvoir dire que je te rends heureuse… Maintenant je voudrais passer toute ma vie avec toi. Veux-tu m’épouser ? » Le grand et magnifique discours que j’avais préparé était parti en fumée au moment où ses yeux s’étaient plantés dans les miens et qu’elle avait compris ce que je m’apprêtais à faire. Je l’avoue, à ce moment-là, je n’en menais pas large. Je lui tendis un écrin noir brillant dans lequel se tenait une bague en or blanc qu’elle était obligée d’aimer. Je lui sorti le plus beau sourire dont j’étais capable, essayant d’évacuer tout le stress contenu en moi, j’allais exploser. Pour seule réponse, elle hocha lentement la tête en pleurant et vint se fourrer dans mes bras. Poussant un long soupir d’apaisement, je me souviens lui avoir dit « Je crois que c’est mort pour jurer de ne jamais te faire pleurer… » Elle a rigolé. Elle m’a embrassé et elle était à moi. Toute entière, de la pointe des pieds jusqu’au sommet de son crâne. Elle m’appartenait. « Tant que c’est des larmes de joie, ça va. »

Je l’ai annoncé à mes amis, à toutes les personnes que je connaissais, j’étais tellement fier et heureux que je bassinais tout le monde, leur montrant des photos de la bague de ma future femme. Au grand jamais je n’aurai imaginé me marier un jour. Comme quoi, tout le monde change d’avis. Quelques temps plus tard, alors que j’étais tranquillement au boulot, j’ai reçu un appel de la sœur de Max. « Tu peux pas faire ça. » Son ton paraissais tendu et désespéré à la fois. Mais de quoi pouvait-elle bien parler ? « N’épouse pas Max ! Je … J’éprouve des sentiments pour toi depuis le début, je t’en supplie ... » Elle continuait mais je n’écoutais plus. Des sentiments ? Pour moi ? Mais était-elle folle ? Je secouais inconsciemment la tête même si elle ne pouvait pas me voir à l’autre bout du téléphone. « Mais qu’est-ce que tu racontes ? Tu divagues complètement ma pauvre …  » Elle continua, lui avouant alors qu’elle n’osait pas faire du mal à sa sœur, qu’elle aurait pensé qu’au bout d’un certain temps je me serai lassé d’elle. Son récit devenait carrément flippant. « Je te rappelle que c’est ta sœur, je l’aime plus que tout et je me marierai avec elle. Je m’en fou de ce que tu ressens.  » Et j’ai raccroché, encore sous le choc de ses révélations. Comment une sœur pouvait-elle faire ça ? Même après tout ce temps, je découvrais encore des côtés sombres chez certaines personnes.




« Allo, Leith ? » A ce moment-là, j’avais envie de lui sortir  « Bah oui tu veux que ce soit qui ? C’est toi qui m’a téléphoné je te signale ». Mais à quoi bon ? Ça n’aurait servis à rien mis à part l’énerver. J’espérai qu’elle n’allait pas me faire une déclaration enflammée, comme la dernière fois où elle m’avait téléphoné, depuis ce jour, je m’efforçais d’éviter le plus possible la sœur de Max. Devant mon cœur silence elle continua. « Il faut que je te dises quelque chose d’important. J’ai promis à Maxime de ne rien te dire, mais il faut que tu sois au courant. Tu as le droit de savoir quand même, c’était important comme décision et en plus … » Elle parlait, elle parlait mais au final elle ne disait pas grand-chose. Où voulait-elle en venir à la fin ? De quoi Maxime ne voulait pas me parler ? Elle veut acheter une maison ? Déménager ? Au pire si c’était pour me faire une surprise c’était pas bien grave si elle ne m’en parlait pas … « Oula, oula attends stop, viens en au fait, qu’est-ce qu’il se passe ? ». Il y eut un bref silence, puis ce fus comme si le monde avait arrêté de tourner. « Maxime était enceinte. Elle a avorté. » Je gardais le silence face à ce que venait de m’avoir la sœur de Max. Enceinte ? J’aurai pu jurer entendre les battements de mon cœur tellement celui-ci s’emballait. Mais comment ? Enfin, on se protégeait et ce n’était pas du tout à l’ordre du jour d’avoir un bébé, même si pour moi ça aurait été une énorme nouvelle. Dans tous les cas, il n’y avait pas de question à poser puisque selon les dires de mon interlocutrices, Max avait décidé pour nous de la finalité de cette grossesse non désirée. Et là, la rage afflua en moi. « Leith, t’es toujours là ? » Je lui raccrochais au nez. Je me contrefoutais de connaître les raisons qui avaient motivées sa sœur à me le dire, bien qu’elles me paraissaient alors évidentes. Je ne voulais pas non savoir si c’était vrai ou non, je le verrai bien quand je parlerai à la principale concernée quand elle décidera de venir me voir.
J’ai eu des heures pour avaler ce qu’elle venait de me révéler, même si la pilule avait bien du mal à passer. Elle m’avait trahie, moi son fiancé. C’était pas comme si ça ne faisait que quelques mois qu’on se connaissait non ? Mon monde s’effondra. Alors que toute ma confiance reposait sur elle, elle l’avait trahie. Depuis quelques temps, je trouvais qu’elle était distante, qu’elle agissait bizarrement. Je n’avais pas cherché plus loin. Cette brutale fatalité me ramena plus de 10 ans en arrière. J’avais perdu ma mère pour le même problème. Je ne m’étais pas rendu compte que quelque chose clochait. La boucle était bouclée. Au bout de quelques heures, Maxime décida enfin de rentrer. Je ne répondais plus de moi. « Tu comptais me le dire quand ?!! Pourquoi tu ne m’en as pas parlé ?! Un bébé Maxine !! On aurait pu avoir un bébé ! Pourquoi ? Explique-moi pourquoi tu ne l’as pas gardé, et pourquoi tu l’as fait sans me le dire !! Je ne te comprends pas ! Parle bon sang !! » Elle ne répondait pas. J’étais hors de moi, dans un état second tellement la rage enflait en moi. « J’ai été obligé d’attendre que ta sœur me le dise pour le savoir ! Tu te rends compte ?! » Je n’avais aucun scrupule à balancer sa sœur, c’était bien le cadet de mes soucis à ce moment-là. « Je n’avais pas le choix ! » Elle se foutait de ma gueule. C’était pas possible. Ou si ça se trouve, une caméra cachée filmait toute la scène et il passait en ce moment même à la télé. Oui voilà, c’était une grosse blague. Je ris, un rire amer, acide. « Pas le choix ?! Tu te fous de moi ?! Tu n’avais pas le choix ! La bonne blague ! Tu aurais au moins pu me le dire ! C’était mon bébé aussi ! Tu n’avais pas le droit de décider toute seule !! » Ce genre de décision se prenait évidemment à deux. « Je n’aurais pas été une bonne mère, regarde-moi, je ne suis même pas capable de me gérer moi-même, de m’accepter, comment je pourrais accepter un bébé ?! » Et la voilà encore à douter d’elle-même. J’avais beau lui dire chaque jour que je la trouvais magnifique, qu’elle me comblait, qu’elle était parfaite à mes yeux, ça ne changeait pas l’opinion qu’elle avait d’elle-même. « J’aurais été là moi ! On aurait formé une famille, tu n’aurais pas été toute seule, on aurait été trois ! » A ce moment-là, je trouvais mon argument imparable. Mais j’étais bien loin de me douter de ce qu’elle allait me répondre. « Que tu sois là ou non n’aurait rien changé. » Et mon monde tout entier s’effondra de nouveau. Je n’aurai jamais pensé éprouver de nouveau cette déchirure au plus profond de mon cœur. Elle avait réussi à me guérir et prenait maintenant un malin plaisir à me faire replonger. C’en était fini de moi, fini de ma vie, de mes espoirs, tout ce que j’avais toujours venait de me filer entre les doigts, comme une poignée de sable. Ma propre vie m’échappait. Je ne sentais même pas les larmes coulant le long de mes joues. « Tu rigoles, hein ? C’est une mauvaise blague, t’as pas vraiment dit ça, pas vrai ? » Je reniflai brisant ce silence de plomb. « J’en ai assez entendu. Je… Je ne vois pas ce qu’on fait ensemble si tu penses ça… Tu n’as pas besoin de moi… » Je quittai la pièce. Elle m’avait, c’était finit. Le pire c’est qu’elle n’avait même pas une seule raison valable pour expliquer son choix. Ah si, elle s’en foutait de moi, j’avais oublié.  Je revins quelques minutes plus tard avec ma valise. « Je… Je pensais vraiment qu’on pouvait être heureux tous les deux, et t’as tout foiré. » Même pas un mot, ni un geste de sa part. Autant être déçu jusqu’au bout, autant planter la lame jusqu’au fond pour que je n’ai plus jamais envie de me frotter au couteau. C’est bon, j’avais retenu la leçon, ne jamais trop s’attacher. Tout le monde part un jour. Maintenant, je n’allais penser qu’à moi, comme je le faisais avant de la rencontrer. J’allais mener ma petite vie tranquille et plus jamais je ne confierai mon cœur à quelqu’un. Non, il ne supporterai pas une nouvelle trahison.



J’ai décidé depuis de prendre ma vie en main et de ne plus dépendre de personne. Avec les quelques économies que j’avais réalisé et un crédit, j’ai racheté le petit magasin de bricolage de pearl trees qui me permet de vivre correctement. Je pouvais ainsi profiter un peu sans être totalement au boulot, après tout, c’était moi le patron ! Les jours paraissaient monotones au début, j’avais du mal à me faire à cette solitude si pesante après tant d’années de vie commune. En 3 ans, je n’ai pas eu une seule fois de nouvelles de Maxime, peut-être parce que j’avais changé de numéro de téléphone, ou qu’elle avait carrément tourné la page comme j’essayais de le faire. Il y a 1 an, j’ai rencontré quelqu’un, une fille géniale à première vue, drôle, séduisante, qui avait confiance en elle et qui croquait la vie à pleine dent. Il faut vivre au jour le jour, me répétait-elle. Au bout de quelques temps on s’est fréquentés, parce qu’elle arrivait à me faire penser à autre chose, ses paroles me mettaient du baume au cœur. Cependant, terminé les je t’aime et compagnie. Je l’ai prévenue dès le départ que je n’étais pas prêt pour m’engager complètement et elle m’avait répondue qu’elle non plus. Elle était parfaite, parfaite pour moi et mon cœur atrophié.
Au jour d’aujourd’hui, nous vivons ensemble, mais je garde mon appartement, vous savez, au cas où j’ai besoin de m’évader parfois, de me sentir seul et de faire le vide. On vit comme on vit. C’est pas l’amour de ma vie, ça c’est certain, je ne pourrai plus jamais en avoir de toute façon, mais d’un côté, je sais qu’une part de moi s’attache bien plus à elle qu’elle ne veut l’avouer. Au fur et à mesure que je fais mon deuil, mon cœur s’autorise de nouveaux sentiments.

© Codage par Pearl Trees


Dernière édition par Leith Shelton le Lun 13 Oct - 3:20, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondatrice
► MA PETITE BOUILLE : Sophia Bush
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 34
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 01/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 112
► EN CE MOMENT :

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 20:55



Tu es la...

Oui depuis le temps que Maxine t'attends, crois moi qu'on a entendu parler de toi !

Maxine et ses scénas qui dépotent la

Bon c'est vrai que parfois elle me fait peur







Mais quand elle va voir que tu es la... Elle va être du genre :





Puis elle sortira sa plus belle lingerie


Pour pouvoir te faire ta fête

Enfin bon je sens qu'elle va te sauter dessus d'ici peu... Si elle n'a pas fait d'attaque cardiaque d'ici la

En tout cas, si tu veux qu'on se trouve un lien chouette, ce serait cool

Puis si tu as besoin de quoi que ce soit, une visité guidée du village, une soirée à t'ennuyer seul dans ton lit ou alors pour tout autre chose n'hésite pas à me mporner petit coquin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t52-lauren-oublier-un-rendez-vo
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Emma Stone ♥
► PSEUDO : Emi Burton
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 75
► EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 21:26

Attention tes yeux vont saigner :
 

AAAAAAAAAAAAH !!! JE SUIS TROP CONTENTE !!! (J'espère que je te fais pas peur hein et que ce qu'a dit ma vilaine VDD non plus ) Bienvenue par ici ! :D Je suis trop trop trop heureuse que tu aies choisi mon scénario si tu savais BEST DAY OF MY LIFE (quoi c'est comme MVDD a dit ? ) Bon courage pour ta fiche en tout cas, tu vas voir toi et moi on va tout déchirer ! N'hésite pas à me harceler de mp surtout

PS : En plus il est en couple Ca va être teeeeeeeeeellement intéressant tout ça (JE SUIS PRETE A ME BATTRE ! )

_________________
A Step You Can't Take Back
So you find yourself at the subway with your world in a bag by your side and all at once it seemed like a good way you realized it's the end of your life for what it's worth.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t107-maxine-color-of-the-wind http://www.pearl-trees.net/t77-maxine-young-and-beautiful
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 21:42



MERCIIIIIIIIIIIIII  

Oui, quand j'ai vue le SCENARIO de DIIIIIIIIIINGUE, j'étais obligé de le prendre !  Andrew & Emma quoi ♥️. Ils sont trop parfaits tous les deux . Pour le lien, TROP QUE OUI, je le veux ! On se fera ça dès que j'aurai terminé ma fichounette

MAXIIIIIIIIME TOUT PLEINS DE CŒURS POUR TOI ♥️. On va TOUT DECHIRER c'est clair ! Je vais vite terminer ma fiche et tu vas voir les RPs qu'on va se faire . T'inquiètes pas, je vais bien violer ta boîte à MP . & je me suis effectivement dit que ça serait plus comique si je me mettais en couple . PLUS DE FUN !

MAINTENANT, il faut se calmer !



PS: Je m'exprime beaucoup par Smiley hein
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Emma Stone ♥
► PSEUDO : Emi Burton
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 75
► EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 22:26

J'ai trop trop hâte de lire ta fiche et pouvoir rp avec toi du coup !!!
VAS-Y BRISE LE COEUR DE MA PAUVRE MAXINE (j'aime les martyrs ->)

_________________
A Step You Can't Take Back
So you find yourself at the subway with your world in a bag by your side and all at once it seemed like a good way you realized it's the end of your life for what it's worth.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t107-maxine-color-of-the-wind http://www.pearl-trees.net/t77-maxine-young-and-beautiful
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 23:02

Alors là ! C'est clair que ça va BARDER Il va lui en faire baver comme il faut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Emma Stone ♥
► PSEUDO : Emi Burton
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 75
► EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Sam 11 Oct - 23:04

Pauvre Maxine ! Elle va finir par mourir de chagrin ->

_________________
A Step You Can't Take Back
So you find yourself at the subway with your world in a bag by your side and all at once it seemed like a good way you realized it's the end of your life for what it's worth.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t107-maxine-color-of-the-wind http://www.pearl-trees.net/t77-maxine-young-and-beautiful
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Christopher Bowes
► PSEUDO : June
► ÂGE : 34
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 116
► EMPLOI/ÉTUDES : Reporter (ou plutôt, ancien reporter)
► EN CE MOMENT : Mark me manque.
Je cauchemarde toujours autant.
Kate me manque.
La Syrie me hante.
J'ai besoin d'affection.
L'alcool est le remède des faibles.
J'ai honte de moi.
Je suis faible.
Je n'ose même plus regarder ma mère dans les yeux.
Le noir.
Le manque.

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Dim 12 Oct - 9:56

Bienvenue parmi nouuuuus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t156-alec-for-blood-and-gold-we-sold-our-souls http://www.pearl-trees.net/t154-alec-jonathan-abberline
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Dim 12 Oct - 12:46

MERCIIIIIIII

_________________

« Say something i’m giving up on you. I’m sorry that I couldn’t get to you. Anywhere i would’ve followed you. Say something I’m giving up on you. And I will swallow my pride, you’re the one that I love, And I’m saying goodbye. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Harry Hazza la bouclette Styles.
► PSEUDO : long way home
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 20/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 155
► EMPLOI/ÉTUDES : Glandeur professionnel sur les bancs de la fac de science de l'éducation, et livreur de pizzas le soir et weekend... Qui veut goûter mon supplément concombre ?
► EN CE MOMENT :

OMG ! Yulia me flashe par sexto !!!


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Dim 12 Oct - 17:25





T'étais attendu comme le messie mon cher, et je vois que notre Max a tiré le gros lot !!!!! Ca fait plaisir de voir des gens motivés comme ça, des belles fiches et tout ça



Tu vas voir, Max a une super plume, vous allez pouvoir faire des RPs de fifou (et faire pleurer dans les chaumières bandes de vilains )

Enfin, attention quand même, y'a des âmes sensibles par ici !!!



Enfin bon Leith, pas la peine de te mettre dans un état pareil, j'te jure, on accepte quand meme les baisers hein, range juste ta langue vieux pervers :langue: (ouais moi aussi je la sors pour la peine)



Sur ces belles paroles, bonne continuation pour ta fiche de dingooooooooooooos

N'hésite pas si tu as la moindre question !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Emma Stone ♥
► PSEUDO : Emi Burton
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 75
► EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 8:01

Ta fiche est parfaite ! J'adore ! J'ai vraiment trop trop hâte de jouer les retrouvailles, ça promet
Validez-le vite les amis !

_________________
A Step You Can't Take Back
So you find yourself at the subway with your world in a bag by your side and all at once it seemed like a good way you realized it's the end of your life for what it's worth.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t107-maxine-color-of-the-wind http://www.pearl-trees.net/t77-maxine-young-and-beautiful
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 13:19

OH YEAAAH. C'est trop génial si tu adores il me tarde de jouer à moi aussi ! Et tu verras, on va faire de la pub pour le scénario de ta soeur et il va pas tardé à être pris

_________________

« Say something i’m giving up on you. I’m sorry that I couldn’t get to you. Anywhere i would’ve followed you. Say something I’m giving up on you. And I will swallow my pride, you’re the one that I love, And I’m saying goodbye. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Emma Stone ♥
► PSEUDO : Emi Burton
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 03/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 75
► EMPLOI/ÉTUDES : Fleuriste

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 13:24

Ouiii ! Et puis avec le lien qu'on va rajouter ça va être encore plus intéressant :

_________________
A Step You Can't Take Back
So you find yourself at the subway with your world in a bag by your side and all at once it seemed like a good way you realized it's the end of your life for what it's worth.©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t107-maxine-color-of-the-wind http://www.pearl-trees.net/t77-maxine-young-and-beautiful
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Orlando Bloom
► PSEUDO : GekkuNeko
► ÂGE : 37
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 17/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 285
► EMPLOI/ÉTUDES : Chirurgien

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 20:49

Bienvenue !

_________________
Nathaniel Aaron Hamilton♥
« Mais c'est qu'elle a un corps fabuleux ! Je pari que c'est une de ces baiseuses... Comment leur faire comprendre que je n'ai plus de monologue intérieur depuis qu'on m'a décongelé ? » Austin Powers @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t195-my-friends-my-loves-my-bullshit-nathaniel-orlando-bloom http://www.pearl-trees.net/t193-i-just-want-the-world-it-i
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 21:00

Merci beaucoup

_________________

« Say something i’m giving up on you. I’m sorry that I couldn’t get to you. Anywhere i would’ve followed you. Say something I’m giving up on you. And I will swallow my pride, you’re the one that I love, And I’m saying goodbye. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Administratrice
► MA PETITE BOUILLE : Kristen Anne Bell
► PSEUDO : Petit_Biscuit (Cléo)
► ÂGE : 39
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 133
► EMPLOI/ÉTUDES : Wedding planneuse

MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Lun 13 Oct - 21:04

Han le scénario de notre Maxine nationale Autant dire que tu n'étais pas attendu, c'était pire, le Messie quoi J'suis trop contente pour elle puis bon, ta plume quoi



Oui je parle de toi mais pas besoin de te la peter hein non mis sérieux j'ai adoré ta fiche puisque j'ai même failli verser ma petite larmichette


En tout cas bienvenue parmi nous

hé mais fais gaffe avec tes valises !



Félicitations, la maison d'édition a jugé que ton personnage était intéressant et pouvait apporter un plus à ce nouveau roman ! D'ailleurs, à ce propos, George a déclaré après lecture de ta fiche : "Ce petit Leith va beaucoup plaire à nos lecteurs puisque c'est exactement ce qui plait et ce qui fait vendre : des larmes et de l'amour. Toute cette histoire avec Maxine va intriguer tout le monde je le sens puis maintenant qu'il est passé à autre chose, comment va se passer la suite de nos chapitres ? Tout comme les lecteurs, j'ai hate de connaitre la suite de l'histoire. ".


Maintenant que tu es officiellement recensé auprès de la mairie de Pearl Trees, il est temps pour toi de développer ton cercle d'amis en postant ta fiche de lien. Ta personnalité ne laisse personne indifférent et c'est justement ce qui va plaire aux lecteurs ! Si jamais il te manque quelqu'un d'essentiel, tu peux poster tes scénarios (deux maximums) ou même des pré-liens. Par contre, si tu fais des scénarios, n'oublie pas de les recenser.


Maintenant, assez parler, il est grand temps d'aller t'amuser et de nous faire partager des chapitres aussi dramatiques que romantiques dans lesquels ton personnage nous mettra dans tous nos états ! N'hésite pas à contacter le staff si tu as la moindre question.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


modérateur
► MA PETITE BOUILLE : Louis Tomlinson
► PSEUDO : Bittersweet
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 393
► EMPLOI/ÉTUDES : Étudiant en langues étrangères
► EN CE MOMENT :
Tashamin


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Mer 15 Oct - 21:39

Vaut mieux tard que jamais dit-on ?
Bienvenue chez les fermiers Leith !!



Tu as fait un excellent choix de scenario Et il va nous falloir un petit lien avec ma Lee-Lou

_________________

A friend is one who knows you and loves you just the same

"  When we honestly ask ourselves which person in our lives means the most to us, we often find that it is those who, instead of giving advice, solutions, or cures, have chosen rather to share our pain and touch our wounds with a warm and tender hand "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t90-benji-better-than-words http://www.pearl-trees.net/t32-benji-we-re-making-all-the-
avatar


Administrateur
► MA PETITE BOUILLE : Andrew Garfield
► PSEUDO : Sunrise
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/10/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 78
► EMPLOI/ÉTUDES : Gérant d'un petit magasin de bricolage.
► EN CE MOMENT :
Never Give Up
Sometimes love can be so cruel. I took for granted that you'd always be there. My head's underwater but I'm breathing fine. I see you when I close my eyes. I loved you too much and I dived too deep.


MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   Mer 15 Oct - 22:58

YEAAAAAAAAAAAAAH Merci & pas de soucis pour le lien

_________________

« Say something i’m giving up on you. I’m sorry that I couldn’t get to you. Anywhere i would’ve followed you. Say something I’m giving up on you. And I will swallow my pride, you’re the one that I love, And I’m saying goodbye. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Leith ⊹ Your lies have broke my life.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leith ⊹ Your lies have broke my life.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees - Version 2  :: 


Biographie des persos...
 :: Autobiographie. :: Les personnages retenus
-