AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Chad *OhMyScott* Murray
► PSEUDO : long way home
► ÂGE : 34
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 09/11/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 6
► EN CE MOMENT :

Parfois, la vie suit son cours, et on ne comprend pas ce qui manque au bonheur absolu, ce qui nous empêche de toucher du doigt la perfection... Et puis il y a cette évidence.



Nos erreurs sont nos plus grandes forces comme nos plus grandes faiblesses.


MessageSujet: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    Dim 9 Nov - 2:31

" The heart has reasons that reason cannot know..."

JE SUIS APPARU DANS LE NOUVEAU TOME AU CHAPITRE 2, PAGE 115.


Kenneth Bridges
feat Chad Michael Murray


JE SUIS UN PERSONNAGE INVENTE
JE SUIS LE SCENARIO DE SEXY LAUREN.

Salut toi ! Je m'appelle Kenneth Mason Bridges. Mais mes amis aiment bien m'appeler Ken, comme le mec de Barbie, je sais. Formidable n'est-ce pas ! Je suis né à Woodburgh, dans un hôpital, un vrai. C'est le 13 février 1983 - oui j'suis un peu un cadeau en avance de la Saint Valentin - que j'ai poussé mon premier cri, j'ai donc 31 ans. Grâce à mes paternels, j'ai la nationalité américaine et je suis d'origines canadiennes. Dans la vie, je suis pilote d'avion.   C'est d'ailleurs là que je peux y rencontrer plein d'hotesse de l'air sexy pour mon plus grand plaisir, surtout que je suis divorcé. Sinon je suis plutôt fier de moi et de ma réussite professionnelle, un peu prétentieux - mais c'est le métier qui veut ça parait-il -, carrément jaloux et possessif, et un poil pervers quand j'ai bu. A côté de ça, je suis quelqu'un de passionné (et passionnant évidemment), de rigoureux, romantique, perfectionniste et gentleman. Je fais partie du groupe Ma vie rime avec Pearl Trees. Souvent, on me dit que je ressemble à Lucas Scott Chad Michael Murray.


   

" Ce jour où ta vie va changer... "

Comme tu le sais, ici le RPG se passe dans un roman... Alors évidemment Abigail M. Cartwright va vouloir se mêler de ton destin et te rendre maboule !

Acceptes-tu qu'Abi puisse s'immiscer dans tes rp ? oui non

Si c'est le cas, peut-elle modifier le cours du rp ? oui non
(chute, météo, intervenant etc )

Jusqu’où peut-elle aller ? Dispute Pluie, tempête Petit imprévu                               Accident Invitation d'un autre personnage


►Évidemment, ces interventions seront occasionnelles et ne mettront pas en danger de vie ou de mort ton personnage... Mais elles pourront par contre le mettre dans l'embarras.

►Vous pourrez également faire une demande d'intervention anonyme, si vous trouvez que votre rp commence à tourner en rond et que vous auriez bien besoin d'un peu d'action !


In Real Life...
Sinon moi c'est Mat' mais sur le net je me fais appeler long way home, comme la chanson des 5SOS   . J'ai 24 ans (punaise j'allais mettre 23... On vieillit vite par ici !). J'habite devant mon PC comme tout geek qui se respecte. Je vous ai trouvés via Camcam .  Je me connecte environ tous les jours parce que vous le valez bien. Un dernier petit mot ? Quand on aime, on ne compte pas !    


JE RECENSE MON PERSONNAGE !
Code:
<pris>CHAD MICHAEL MURRAY</pris> ► <perso>[url=http://www.pearl-trees.net/t55-m-patrick-flueger-taylor-kinney-shiloh-fernandez-etc-forget-the-past-and-love-me-again]kenneth bridges[/url]</perso>
©️ Codage par Pearl Trees




Dernière édition par Kenneth Bridges le Dim 9 Nov - 2:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Chad *OhMyScott* Murray
► PSEUDO : long way home
► ÂGE : 34
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 09/11/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 6
► EN CE MOMENT :

Parfois, la vie suit son cours, et on ne comprend pas ce qui manque au bonheur absolu, ce qui nous empêche de toucher du doigt la perfection... Et puis il y a cette évidence.



Nos erreurs sont nos plus grandes forces comme nos plus grandes faiblesses.


MessageSujet: Re: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    Dim 9 Nov - 2:32

" Une petite citation..."


Voilà mon histoire...


« Salut Kenneth ! » D’un sourire et d’un hochement de tête, le capitaine de l’équipe de football du lycée saluait Missy à son tour. « Ça va ? » C’était de la simple politesse, il n’attendait aucune réponse, d’ailleurs, il se fichait pas mal de ce qu’elle avait à dire, mais pourtant, celle-ci ne se fit pas attendre : « Oh oui oui, ça va très bien. » Elle posa la main sur son bras et se mit à glousser sous les regards curieux des autres élèves. « Cool. ». Le blond s’éloigna et rejoignit ses potes un peu plus loin tandis que Missy retournait vers ses copines, toute contente. « Je vous avais bien dit qu’il était à fond sur moi ! ». A l’autre bout du couloir, Carter taquinait déjà son meilleur ami. « Qu’est-ce qu’elle te voulait encore la pimbêche ? ». Ken’ leva les yeux au ciel, lassé. « Rien, juste me tâter le biceps encore une fois je crois. » Ils explosèrent de rire et s’envoyèrent un « check », ils savaient qu’au fond, ils n’étaient pas très loin de la vérité. Missy n’était autre que la capitaine des pompomgirls, alors Kenneth n’avait pas d’autre choix que de la jouer poli et courtois avec elle, son squad les encourageait à chaque match et surtout, mettait l’ambiance au bord du terrain, ce qui aidait beaucoup, il fallait bien l’avouer. Du coup, hors de question de la remballer, il fallait juste la faire patienter subtilement jusqu’à la fin de l’année et que chacun se barre à la fac, ou au moins jusqu’à ce qu’il y aille et qu’il n’ait plus besoin d’elle, ni même qu’il n’ait à la croiser plus longtemps. C’était le plan, et pour l’instant, il s’y tenait très bien, même si ça voulait dire ne sortir avec personne d’autre non plus de manière à ce qu’elle ne se doute de rien. Bien sûr, il avait toujours quelques filles à droite à gauche à qui il faisait promettre de garder le secret, mais rien de sérieux, c’était le jeu. En dehors du terrain, le blond était cependant un élève sérieux, plutôt doué pour les matières scientifiques d’ailleurs, mais en échec en littérature. Ses lectures se résumaient à des articles de sport, et aux textos qu’il recevait, le reste, c’était juste chiant et ennuyant. D’ailleurs, son téléphone venait de sonner. « Missy : fête chez moi ce soir ! Fais tourner. » Arquant un sourcil, Kenneth ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire pervers. « Fais tourner quoi ? Ton texto ou ta chatte ? » Il avait pensé à voix haute, mais après tout, c’était peut-être pas une mauvaise idée. Quitte à ne sortir avec personne, au moins, autant lui donner ce qu’elle voulait. Ce soir, il allait la baiser tranquillement dans un coin et si ça marchait bien entre eux sexuellement, il pourrait recommencer, suffisait juste qu’elle se taise. Ouais, c’était pas mal comme plan. Ce soir-là, puis quelques fois par ci par là, puis régulièrement, elle était sa poupée gonflable à lui, il était son petit ami à elle. Ouais, c’était ça le problème avec les filles, fallait toujours qu’elles mélangent tout. « Tu peux pas la larguer mec, y’a la finale du championnat ce weekend ! » Kenneth tournait en rond, il n’en pouvait plus… « Elle m’a carrément sorti que j’étais l’homme de sa vie hier soir… Faut arrêter. » Devant l’absence d’encouragement et la désapprobation de ses coéquipiers, le capitaine finit par se résoudre : « Jusqu’au match, après, c’est terminé ! ».


Les mois avaient passé, et Kenneth parcourait les allées du campus de Woodburgh ; il était désormais étudiant en gestion, terminé les terrains de football, il avait raccroché les crampons pour essayer de se construire un avenir. On lui avait proposé une bourse d’étude pour une fac, mais elle était à l’autre bout du pays et le mec qui jouait à son poste était une vraie star locale, il aurait ciré le banc toute la saison, il avait décliné et avait abandonné. De toute façon, il n’avait jamais réellement voulu faire du football son métier, il était juste apparu bon dans ce domaine, mais il était bon dans des tas d’autres domaines, notamment les maths. Il avait troqué son ballon pour sa calculette et ça lui plaisait bien. Sur le campus, il lui arrivait toutefois de regarder les mecs jouer et d’aller les rejoindre, Carter avait continué et avait réussi à décrocher une place dans l’équipe. Bien sûr, l’équipe de Woodburgh ne faisait pas rêver et leur niveau était plutôt faible mais c’était « mieux que rien » selon son meilleur ami, et au moins, ils étaient toujours ensemble. « Salut Ken’ ! » Ouais, il y en avait une autre qui était toujours là, c’était Missy. Pour la larguer, le blond lui avait dit qu’il préférait rester seul, que de toute façon, il allait sûrement quitter la ville à la fin du lycée et qu’il était plus intelligent d’arrêter leur relation maintenant plutôt que de ne trop s’attacher et de finir avec le cœur brisé. Du coup, si au début elle avait été blessée et vexée, elle avait vu dans l’inscription de Kenneth à Woodburgh une nouvelle chance pour eux, et surtout, une preuve d’amour qui n’en était rien. Elle restait là, accrochée comme une sangsue, pleine d’espoir, et ça le rendait dingue. Du coup, un jour, il avait pété un câble et lui avait finalement avoué la vérité.  « Lâche-moi Missy putain, j’voulais pas te faire de la peine en te larguant au lycée mais la vérité, c’est que je ne t’aime pas, je ne t’ai jamais aimé… Toi et moi, au lit c’était cool, ça se résume à ça. » Ca l’avait assommée comme une droite en pleine face, mais ça ne l’avait pas mise KO. Non, loin de là, elle était prête à se contenter du sexe si c’était ce qu’il voulait, le temps au moins pour elle d’essayer de se faire une raison. L’avoir au lit, c’était au moins l’avoir un peu. Seulement voilà, Kenneth ne comptait pas faire l’erreur deux fois. Il déclinait toutes ses invitations, l’ignorait complètement, l’évitait au maximum, et se rendait à d’autres soirées, celles de gens qu’il ne connaissait pas, mais au moins, il était sûr qu’il pourrait s’y amuser sans sentir le regard de Missy sur lui. Ce fut au cours d’une de ces soirées qu’il posa les yeux sur elle la première fois, cette piquante petite brune. Il l’avait remarqué dans sa robe rouge, son gobelet à la main, riant avec ses copines sur la terrasse. Elle l’avait regardé elle aussi, mais ils ne s’étaient rien dit, le jeu, c’était mieux, plus dangereux, plus sexy. Ca avait duré un moment, quelques fêtes finalement. A chaque fois qu’il s’y rendait, le blond se demandait s’il y verrait cette fille. Finalement, il devenait un peu son Missy à elle, il l’espionnait à sa façon. « C’est qui ? » Carter avait remarqué les coups d’œil de Kenneth vers la petite brune appuyée contre la porte vitrée en face, et surtout, il avait bien compris que son meilleur ami ne l’écoutait que d’une oreille. « J’sais pas, mais je sens que je ne vais pas tarder à le savoir. » En effet, la demoiselle s’avançait d’un pas décidé vers lui : « Mon prénom n’est pas marqué sur mon visage, donc au lieu de me regarder, le mieux, c’est de se présenter, je suis Lauren. » Waw. OK. Lauren 1. Kenneth 0. « Le mec dont tu vas rêver cette nuit, aka Kenneth, enchanté. » Finalement, Lauren était étudiante en droit, et au fil de la soirée et de quelques instants autour d’un café, ils avaient commencé à sympathiser. « Je te vois à la soirée de Matthew demain ? » Elle avait acquiescé, avant de filer, son classeur sous le bras, vers son bâtiment. Le lendemain, Ken’ s’était pointé à la fête un peu en retard, il avait dû rentrer à Pearl Trees pour dépanner sa sœur, encore une fois, mais pas de Lauren en vue. « Tu viens, on va se chercher à boire. » Carter le suivit, il était déjà une heure du matin, et les gens étaient complètement faits, tous… Sans exception. « Kenneth !!!!! » Il eut à peine le temps de se retourner que déjà, les lèvres de Lauren étaient posées sur les siennes. Oh il ne lutta pas, loin de là, et si la bouteille de vodka sur le bar était vide, il comprit très vite où son contenu était passé alors qu’il se jouait des lèvres alcoolisées de la brune. Quelques minutes plus tard, Lauren était dehors, accroupie dans les buissons, à vomir tout ce qu’elle savait. L’effet Kenneth ? Il espérait bien que non. Le lendemain, il n’osa pas la rappeler, elle était complètement bourrée, peut-être même qu’elle n’allait avoir aucun souvenir de ce baiser goulu, pourtant, lui avait été content qu’elle le fasse, il aimait beaucoup cette fille, vraiment beaucoup. Pour la première fois, il avait envie d’être avec elle, pas juste pour le sexe, ou pour ne pas être seul, non, il voulait être avec ELLE, Lorsqu’il l’aperçut devant les marches de la bibliothèque quelques jours plus tard, il prit son courage à deux mains et à son tour, avança vers elle. Entourée de ses amies, Lauren ne l’avait pas vu arriver, mais lorsqu’il posa ses deux mains autour de ses petites joues et l’embrassa avec fougue ; elle ne présenta aucune obstruction, bien au contraire. C’était bien, c’était naturel, logique, mais magique à la fois. C’était eux, Lauren & Kenneth, Kenneth & Lauren, et ça allait être magique comme ça pendant cinq belles années… Cinq, avant la descente aux enfers.


« Je file, je dois finir mon dossier, à ce soir. » Un petit bisou, son parfum floral dans les narines, et d’une voix encore endormie, il lui glissa dans un dernier élan avant qu’elle ne referme la porte. « Bonne journée, t’es belle comme un cœur. » Elle éclata de rire. « Tu dors encore, t’as même pas ouvert l’œil Ken’ » La tête dans son oreiller, il trouva la force de répondre. « Ouais mais je sais que t’es magnifique quand même. » Elle sourit, puis quitta finalement l’appartement de son amoureux. L’amour, avec un grand A, et Kenneth n’en avait pas profité aujourd’hui, il aurait dû… S’il avait su. Quelques heures plus tard, il sortait enfin de son lit, une journée banale en somme. Il en profita pour rentrer un peu à Pearl Trees, lui qui avait quitté le nid en même temps que le lycée. Bien sûr, son village natal n’était qu’à une dizaine de minutes de la fac, mais il avait eu besoin d’indépendance, puis Lauren était entrée dans sa vie et ils avaient pris leur chez eux, un petit nid d’amour dans lequel ils se sentaient bien. A la maison, Layla n’en faisait qu’à sa tête, menant la vie dure aux parents, complètement dépassés par son attitude. « Qu’est-ce qui t’arrive Lay’, sérieux, maman m’a appelée en pleurs. Arrête tes conneries maintenant ! » La jeune fille, alors âgé de dix-sept ans, refusa de lui répondre dans un premier temps, avant de lui avouer la vérité. « J’suis enceinte Ken’…. Mais Brody m’a larguée quand je lui ai dit, et il faut un parent pour avorter, du coup j’ai pas pu y aller… J’ai beau fumer, boire, j’vois mon ventre grossir, j’ai peur… » Elle fondit en larmes, et tout prit un sens. Elle essayait de se détruire, et par conséquence, de détruire ce bébé dont elle ne voulait pas, elle rejetait complètement cette grossesse, une grossesse qu’elle allait devoir mener à son terme maintenant que le délai était passé. « Faut que t’en parles à maman Lay’, elle va t’aider. » Finalement, tous réunis dans le salon, Layla avoua la vérité à toute la famille, et quelque part, malgré le choc et tout ce que ça signifiait pour l’avenir de sa fille, leur maman fut soulagée, du moins, en partie. Elle posa sa main sur celle de sa fille, et la rassura autant qu’elle le pouvait, lui promettant un soutien sans faille. Kenneth adressa un clin d’œil à sa sœur, déposa un baiser sur le front de sa sœur, puis sur celui de sa mère, et reprit le volant pour Woodburgh, il avait rendez-vous avec Lauren pour le dîner, ils avaient réservé dans un restaurant super sympa, hors de question d’arriver en retard. Quelques jours plus tôt, il était même allé lui acheter un magnifique collier qu’il avait repéré depuis un moment dans une bijouterie, il avait envie de lui faire plaisir. Alors qu’il ne lui restait que quelques kilomètres, son téléphone se mit à sonner. « Missy ». Qu’est-ce qu’elle lui voulait celle-là. Paf. Direct sur messagerie. Nouvel appel, encore, et encore, et encore. 22 appels manqués, il allait péter un câble, pourquoi pas même porter plainte pour harcèlement. Depuis toutes ces années, Missy avait toujours été un sujet un peu épineux, Kenneth avait toujours eu un peu honte d’avoir « profité » d’elle au lycée et Lauren lui avait toujours fait comprendre qu’il avait très mal agi avec elle. Du coup, c’était un peu tabou entre eux, d’autant plus qu’elle avait choisi de se réorienter en gestion elle aussi, et que du coup, les deux se retrouvaient parfois pour quelques conférences communes à toutes les années. Kenneth lui parlait comme si de rien était, il était en couple, heureux, et il lui souhaitait la même chose, toujours poli et courtois, comme ça avait été le cas depuis le début, lui claquant la bise lorsqu’il la croisait et prenant des nouvelles de temps à autre histoire de ne pas être e goujat que Lauren lui avait reproché d’être avec elle. Seulement Missy avait du mal à se faire une raison, trop seule, trop amoureuse, ou bien complètement cinglée, au choix. Le vingt-troisième appel fut celui de trop, le blond s’empara de son téléphone et vociféra « QUOI ?!! BORDEL DE MERDE ! ». A l’autre bout du fil, Missy, complètement paniquée, en pleurs, suffoquant. « Missy ? Alo ? Missy ? » Elle avait du mal à parler tant les sanglots l’étouffait. « J’vais le faire Ken’, j’te jure, j’vais le faire. » Il freina et s’arrêta sur le bas-côté. « Faire quoi ? » Silence. « J’vais sauter. Comme ça, tu seras débarrassé de moi pour de bon. » Celle-là, il ne l’avait pas venu venir. Oui, Missy lui avait toujours fait des avances, mais il les avait toujours ignorées, il avait touours été clair lorsqu’il l’avait aidé pour certains cours, qu’il lui avait prêté certaines de ses notes qu’il n’y avait rien entre eux. « T’es où ? Dis-moi où tu es, j’arrive tout de suite. » Elle balbutia une adresse, et Kenneth roula à toute allure à l’endroit indiqué. Une fête ? Ken’ entra dans la maison, il connaissait très bien l’endroit, c’était chez un ancien coéquipier de Carter « Vous avez vu Missy ? » Il avançait entre les gens, demandant à tout le monde si quelqu’un avait aperçu la jeune femme. « T’as vu Missy ? » Il grimpa les escaliers, et la trouva allongée sur un lit, complètement saoule, droguée, il n’était pas trop sûre. Elle était déjà à moitié nue, roulée en boule, tremblante, les yeux gonflés par les larmes. Kenneth se pencha sur elle, essayant de la relever, quand quelqu’un entra. « Oh pardon Ken’, je ne voulais pas vous déranger… Je ne savais pas que… » C’était le pote de Carter, Mike. Kenneth n’eut pas le temps de répliquer qu’il avait déjà filé, et puis, peu importe, la situation était grave. Il la porta jusqu’à sa voiture sous les regards surpris des fêtards, et fila à toute vitesse jusqu’à chez elle, En chemin, Missy finit par retrouver la parole. « T’es venu me sauver… ». Il pila. « Missy… » Elle prit ça pour une invitation et se jeta à son cou, l’embrassant et posant ses mains sur son entrejambe. Elle ne perdait pas de temps. Kenneth la repoussa violemment. « Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ?! Je suis venu parce que tu menaçais de te suicider, et que je ne voulais pas que tu fasses une connerie, c’est tout. Je suis avec Lauren, j’aime Lauren, c’est la femme de ma vie. Toi, tu étais une personne que je respectais, et maintenant, tu n’es plus rien. Sors de ma voiture. » Il était furieux, elle s’était foutu de sa gueule, et lui avait sauté dedans à pieds joints. "Je t'ai vu à la bijouterie, tu vas la demander en mariage hein, c'est ça ?" Elle s'était fait des films, mais ça arriverait un jour, et lorsque ça se produirait, elle serait la dernière au courant. Il attrapa son téléphone lorsqu’il aperçut des appels manqués, des messages vocaux, des textos. Lauren. Le dîner. « Putain !! » Il était déjà trop tard, et il était tellement en état de nerf qu’il était inutile de rentrer pour chercher à rattraper le coup, encore plus après le dernier message de sa dulcinée. « Je vais me coucher, merci beaucoup pour cette soirée exceptionnelle. » L’ironie de Lauren lui faisait encore plus mal. Quelle journée de merde. Le lendemain, la nouvelle avait déjà fait le tour, et alors que Kenneth rentrait finalement chez eux, Lauren l’attendait déjà les nerfs à vif. A peine eut-il franchi le seuil de la porte d’entrée que c’était parti. « C’était bien ta petite soirée chez Mike ? » Kenneth se figea. « Lau’, c’est pas ce que tu crois… » Elle lui tendit son téléphone. Photo de lui & Missy dans la chambre, vidéo de lui et Missy quittant la maison dans sa voiture. Effectivement, vu comme ça… Il tenta de s’expliquer, et la brune sembla lui laisser le bénéfice du doute, encore plus après qu’il lui ait offert ce collier en lui rappelant combien il l’aimait. Il n’avait d’yeux que pour elle, personne ne pouvait en douter, à part peut-être l’autre tarée. Ouais, c’est ce qu’il pensait, jusqu’à ce qu’elle remette ça quelques semaines plus tard. Lauren et Kenneth étaient assis dans le canapé, la tête de la brunette sur le torse de son homme, lorsque quelqu’un sonna à la porte. Lauren se leva, et tomba nez à nez avec Missy. « J’suis enceinte. » Elle tendit le test de grossesse à Lauren, qui se retourna vers Kenneth. Celui-ci avança, pas très sûr de ce qui se tramait. « Qu’est-ce que tu fais là ? » Son ton était sec, presque menaçant. « J’suis enceinte Ken’, et c’est le tien. » Il tombait des nues, comment osait-elle ? « Arrête tes conneries, et dégage de chez moi. » Il la poussa, et claque la porte avec rage. Elle mentait, il le savait, elle le savait, et Lauren voulait le croire. Seulement voilà, le doute, il était là. Chaque retard après ça entrainait une troisième guerre mondiale ou bien un interrogatoire interminable, au point même où Kenneth finissait par ne plus vouloir rentrer, tout était prétexte à la suspicion, et il n’en pouvait plus, Puis un jour, il rentra et retrouva un appartement vide. Lauren était partie, un mot sur la table du salon. « Je n’ai plus confiance en toi, comment pourrais-je avoir confiance en nous ? » Elle avait raison, mais ce sentiment d’injustice qu’il ressentait n’en fut que décuplé. Il prit sa voiture et débarqua, fou furieux, en bas de chez cette garce, il était complètement hors de contrôle. « DESCEND !!!! MISSY, DESCEND TOUT DE SUITE !!!!!!!!! » Il hurlait dans la rue, et ça avait duré des heures, elle n’était jamais venue, par contre, la Police oui. La nuit en garde à vue, ça couronnait le tout. Il avait tout perdu, sa moitié, son bonheur, et même son casier vierge. Parfait.
© Codage par Pearl Trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondatrice
► MA PETITE BOUILLE : Sophia Bush
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 33
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 01/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 112
► EN CE MOMENT :

MessageSujet: Re: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    Dim 9 Nov - 2:50



TON TITRE BORDEL



Je pensais pas qu'un jour j'aurais l'occasion de faire du Brucas et encore moins avec toi (me demande pas pourquoi ) Mais PUTAAAAAAAAAAAAAAIN C'EST TROOOOOOOP BIIIIIIIEEEENNN !!!!!      

T'es parfait, sublime, génial, au top du top de la compote ! Enfin bref tu sais à quel point je l'attendais celui là hein...        

C'est mon cadeau de Thanksgiving c'est ça !!      

Bon alors je te préviens, tu m'as promis des choses...



Alors je t'écoutes moi      

Parce que tu comprends toi sans moi, c'est pas possible    





Va falloir que tu m'aides, parce que moi je suis perdu dernièrement



Alors que moi malgré le temps qui est passé, quand je ferme les yeux, je te vois toujours toi partout autour de moi



Alors viens dans mes bras le plus beau      

 



BREF MERCI MERCI MERCI MERCI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t52-lauren-oublier-un-rendez-vo
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Christopher Bowes
► PSEUDO : June
► ÂGE : 34
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 11/09/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 116
► EMPLOI/ÉTUDES : Reporter (ou plutôt, ancien reporter)
► EN CE MOMENT : Mark me manque.
Je cauchemarde toujours autant.
Kate me manque.
La Syrie me hante.
J'ai besoin d'affection.
L'alcool est le remède des faibles.
J'ai honte de moi.
Je suis faible.
Je n'ose même plus regarder ma mère dans les yeux.
Le noir.
Le manque.

MessageSujet: Re: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    Dim 9 Nov - 10:11

(Re)Bienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t156-alec-for-blood-and-gold-we-sold-our-souls http://www.pearl-trees.net/t154-alec-jonathan-abberline
avatar


Administratrice
► MA PETITE BOUILLE : jennifer lawrence
► PSEUDO : mb.
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 31/07/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 191
► EMPLOI/ÉTUDES : étudiante en psychologie

MessageSujet: Re: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    Dim 9 Nov - 12:57

rebienvenuuuuueeeeee toi haha
très bon choix de scéna et d'avatar bien que je préfère Lucas avec Peyton *sort loin avant de se faire éventuellement taper*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Kenneth ► There are 82 letters in here, and they're all addressed to you. I wrote them all this summer. One a day, but I never sent them 'cause I was afraid.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» and he said “listen, listen, i’m not afraid to go if it’s with you, i was born to live for you”, 04.03 - 03:11
» a hero is a man who's too afraid to run away.
» KATIE + i'm not afraid of god, i am afraid of man
» Nouvel ambasadeur
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees - Version 2  :: 


Biographie des persos...
 :: Autobiographie.
-