AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (Eden) Mais tu sais c’que t’es toi ? T’es le roi des cons au pays des emmerdeurs. Un... Un p’tit con casse-couille qui chiale sa race toute la journée ! CONNARD ! CONNARD ! Petit enculé de merde !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Administratrice
► MA PETITE BOUILLE : Leighton perfect Meester
► PSEUDO : Petit_Biscuit (Cléo)
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 06/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 102
► EMPLOI/ÉTUDES : Estheticienne un jour sur deux

MessageSujet: (Eden) Mais tu sais c’que t’es toi ? T’es le roi des cons au pays des emmerdeurs. Un... Un p’tit con casse-couille qui chiale sa race toute la journée ! CONNARD ! CONNARD ! Petit enculé de merde !   Lun 1 Sep - 16:09

" Ta petite citation..."

JE SUIS APPARU(E) DANS LE PREMIER TOME AU CHAPITRE 2, PAGE 187.


Dory Eden Wilde-Rowling
feat Leighton Meester


JE SUIS UN PERSONNAGE INVENTE
JE SUIS LE SCENARIO DE (nom du créateur du scéna)

Salut toi ! Je m'appelle Dory Eden Wilde-Rowling. Mais mes amis aime bien m'appeler Deden. Formidable n'est-ce pas ! Je suis né(e) à Seattle, US. C'est le 03 mars 1983 que j'ai poussé mon premier cri, j'ai donc 31 ans. Grâce à mes paternels, j'ai la nationalité Américaine et je suis d'origine Américaine et Irlandaise. Dans la vie, Esthéticienne à mon compte   C'est d'ailleurs là que je peux y rencontrer pleins d'hommespour mon plus grand plaisir, mais bon je suis mariée mais séparée Sinon je suis plutôt déterminée, bosseuse, ponctuelle, ambitieuse, maman poule, jalouse, bordélique, déprimée, folle & ironique. . Je fais partie du groupe Pearl Trees ou ailleurs j'm'en fous. Souvent, on me dit que je ressemble à Leighton Meester.


   

" Ce jour où ta vie va changer... "

Comme tu le sais, ici le RPG se passe dans un roman... Alors évidemment Abigail M. Cartwright va vouloir se mêler de ton destin et te rendre maboule !

Acceptes-tu qu'Abi puisse s'immiscer dans tes rp ? oui non

Si c'est le cas, peut-elle modifier le cours du rp ? oui non
(chute, météo, intervenant etc )

Jusqu’où peut-elle aller ? Dispute Pluie, tempête Petit imprévu                               Accident Invitation d'un autre personnage


►Évidemment, ces interventions seront occasionnelles et ne mettront pas en danger de vie ou de mort ton personnage... Mais elles pourront par contre le mettre dans l'embarras.

►Vous pourrez également faire une demande d'intervention anonyme, si vous trouvez que votre rp commence à tourner en rond et que vous auriez bien besoin d'un peu d'action !


In Real Life...
Sinon moi c'est Cléo mais sur le net je me fais appelé(e) Petit_Biscuit. J'ai 19 ans. J'habite en France pour l'instant. Je vous ai trouvé via PTV1.  Je me connecte environ 6j / semaine   Un dernier petit mot ? C'est mon dernier mot Jean Pierre.


JE RECENSE MON PERSONNAGE !
Code:
<pris>LEIGHTON MEESTER</pris> ► <perso>d. eden w-rowling</perso>
© Codage par Pearl Trees




Dernière édition par D. Eden W-Rowling le Jeu 4 Sep - 17:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Administratrice
► MA PETITE BOUILLE : Leighton perfect Meester
► PSEUDO : Petit_Biscuit (Cléo)
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 06/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 102
► EMPLOI/ÉTUDES : Estheticienne un jour sur deux

MessageSujet: Re: (Eden) Mais tu sais c’que t’es toi ? T’es le roi des cons au pays des emmerdeurs. Un... Un p’tit con casse-couille qui chiale sa race toute la journée ! CONNARD ! CONNARD ! Petit enculé de merde !   Lun 1 Sep - 16:09

" Tu ne sais jamais que le dernier baiser sera le dernier, tu penses qu’il y en aura plein d’autres, tu crois que tu as la vie, mais c’est faux. "


Voilà mon histoire...



Chapitre 1


« Chéri, elle arrive, c’est l’heure ! » Des sourires, des coups qui lui procuraient de la souffrance mais qui voulaient dire que dans seulement quelques heures, elle allait être maman et qu’elle et son mari allaient enfin pouvoir construire leur petite famille. Depuis le temps qu’ils attendaient cela ! Il faut dire que cela n’était pas à leur premier coup d’essai, au contraire, cela faisait trois ans qu’ils essayaient d’avoir leur premier enfant mais ils avaient peur d’apprendre que l’un des deux étaient stériles alors ils ne voulaient pas l’avis d’un médecin alors ils essayaient de concevoir et finalement, un beau matin, elle s’était sentit différente et c’est alors qu’elle avait fait un test de grossesse et que neuf mois plus tard ils en étaient ici. Après être allés à la maternité et après de nombreux cris et quelques temps, les voilà tous les deux parents d’une magnifique : « Bienvenue au monde Dory Eden Wilde ! » Et c’est alors qu’une petite blonde ouvrait les yeux, découvrant ses parents qui étaient complétement fou de joie. Ses parents étaient les plus heureux du monde et cela ne faisait que commencer.

« Maman maman, il est où papa ? » Une petite blondinette courait partout. Eden avait quatre ans et elle attendait avec impatience le retour de son papa du travail. C’était son anniversaire et elle avait hâte de diner et de pouvoir souffler sur ses bougies et enfin, ouvrir ses cadeaux. Depuis qu’elle s’était réveillée, elle attendait cela avec impatience. « Il va bientôt arriver ma puce, il est sur la route. T’inquiètes pas, tu vas bientôt les avoir tes cadeaux ! » Dit-alors sa mère, complétement resplendissante. Elle avait un énorme sourire aux lèvres depuis des semaines et la petite Eden était loin de s’imaginer de la raison pour laquelle elle était comme ça. En attendant, elle dû s’armer d’une grande patience pendant une quinzaine minutes avant que la porte d’entrée s’ouvre et qu’elle court pour accueillir son père qui s’accroupit directement en la voyant pour lui dire tout joyeusement « Bon anniversaire ma princesse ! » Son père travaillait tôt c’est pourquoi c’était la première fois qu’il la voyait pour son anniversaire. Bien entendu, il n’avait pas oublié de l’appeler durant sa pause pour lui souhaiter. C’était son petit bébé malgré ses quatre ans, elle sera toujours son bébé, sa princesse. Très vite, ils allèrent s’asseoir autour du repas préparé par Mme Wilde et le repas fut parfait, encore plus lorsque la petite Eden apprit qu’elle allait bientôt avoir un petit frère ou une petite sœur car elle apprit après ses cadeaux que sa maman chérie attendait un enfant. Elle était très contente, elle allait enfin pouvoir s’amuser avec autre chose qu’avec une poupée. Elle avait hâte !

« Papa, Tomas arrive dans combien de temps ? » Eden était chez sa marraine, la meilleure amie de sa mère alors qu’elle était au téléphone avec son père. Cela faisait maintenant deux jours qu’elle dormait chez sa marraine car sa maman était à l’hôpital, son petit frère devait bientôt arriver et son père passait son temps à l’hôpital alors il valait mieux que la petite reste ici jusqu’à la naissance de son petit frère. « Ce n’est plus qu’une affaire d’heures ma puce. Vas vite te coucher. Demain matin ta marraine t’emmènera ici. Bonne nuit princesse ! » Eden avait du mal à dormir, mais elle écouta son papa et alla se coucher. Demain, elle allait normalement être une grande sœur. Ce fut d’ailleurs le cas, en se réveillant, sa marraine lui annonça la naissance de Tomas et après s’être préparée, elle l’emmena dans l’hôpital de Tomas. « Oh mais il est minuscule » dit-elle, les yeux brillants en apercevant son petit frère. Elle ne s’attendait pas vraiment à le voir aussi minuscule, en tout cas, elle le trouva très mignon. C’est normal, c’était son petit frère mais quand même. C’est ce jour-là qu’elle a commencé à être une grande sœur protectrice, cela ne faisait que commencer.  


Chapitre 2

Treize ans, Eden avait treize ans lorsque sa vie s’assombrie. Sa mère tomba gravement malade. Ses parents ne voulaient pas lui dire exactement ce qu’elle avait mais elle comprit vite que c’était grave vu l’état de santé de sa mère qui se dégrada et vu tous les aller retours qu’elle faisait à l’hôpital. De plus, elle avait bien vu le sourire de son père qui avait disparu depuis bien longtemps. C’est alors qu’elle rentrait de l’école en bus, que sa vie se bouscula. Les urgences étaient là, le visage de son père était éteint et elle vit le corps inerte de sa mère être emmené dans une ambulance et tous les signes étaient négatifs. Alors qu’elle fut comme choquée, figée par la tristesse et ce fut après l’arrivé d’une voisine, proche de la famille lui dit, d’un regard inquiet lui dire : « Je suis désolé Eden, toutes mes condoléances ! » Qu’elle éclata en sanglots. Elle venait de perdre sa mère, son model. Sa vie était détruite, comment pouvait-elle grandir normalement sans sa mère ? Elle n’avait pas les réponses. En tout cas, en voyant son petit frère arriver, elle se dépêcha d’aller à sa rencontre. En croisant son regard, elle avait compris qu’il savait le drame que connaissait leur famille depuis seulement quelques minutes. Le prenant directement dans ses bras, les deux frères et sœurs étaient en larmes mais elle se sentait obligée d’être optimiste, pour réconforter Tomas « Ca va aller. Je te promets qu’on va s’en sortir ! » Elle n’y croyait pas elle-même mais elle se promettait elle-même de tout faire pour que la vie de son frère soit a meilleure possible.

« Papa, le diner est prêt ! » Cela faisait des semaines que sa mère était morte et depuis son enterrement, son père ne sortait pas beaucoup de leur chambre. Eden s’inquiétait pour son père et elle avait aussi besoin de lui. En perdant sa mère, elle avait aussi l’impression de perdre aussi son père. Si au départ des amis de la famille l’aidait elle et sa famille mais ils leur avaient dit aller bien alors peu à peu ils se retrouvaient seuls à trois, ou plutôt à deux car Tomas et Eden étaient un peu seul. « Je n’ai pas faim… Merci princesse… » Princesse… Ce surnom restait malgré le temps et les tristesses. Eden avait vraiment du mal à le voir comme ça mais que faire, elle ne pouvait pas le forcer à sortir prendre l’air et à manger, elle n’avait aucune autorité sur son propre père. « Papa… Tu devrais manger un truc ! » Elle savait, du haut de ses treize ans que son père n’arrivait pas à se relever de la mort de sa femme. Elle était l’amour de sa vie, il n’était rien sans elle. Heureusement, il avait eu un congé payé pour quelques semaines mais bientôt, il allait devoir retourner au boulot, mais il allait avoir du mal, elle le savait très bien. « On verra… Pour l’instant je ne peux pas ! » C’est Eden qui s’occupait des repas, du ménage et de tout et c’est pourquoi elle avait du mal aux cours, mais elle n’avait pas le choix. Sa famille avait besoin d’elle.

« ‘Den, je peux te demander quelque chose ? » Eden était dans sa chambre, occupait à essayer de bosser sur ses cours mais ce n’était pas évident. Elle loupait pas mal de cours, ayant trouvé un job de serveuse pour avoir un peu de revenu, son père ne travaillant pas, étant en dépression, ils avaient alors l’argent de leur mère mais Tomas et Eden n’avaient aucune envie de dépenser son argent durement gagné. Eden avait un projet professionnel, elle avait depuis longtemps l’optique de devenir esthéticienne mais pour cela, elle devait continuer ses études et par la suite suivre une formation, ce qui passait après ses autres obligations. Tout le monde lui disait de penser un peu à elle mais elle ne pouvait pas faire autrement, c’était plus fort qu’elle. « Oui bien sûr, qu’est-ce qu’il y a ? » Eden savait que son frère essayait de lui demander le moins possible, sachant très bien tout ce qu’elle faisait au lieu de profiter de sa jeunesse. « Je suis exclu pour une semaine, c’est compliqué je t’expliquerais. Papa n’a pas besoin de ça et je sais que tu sais faire sa signature ! » La jeune femme avait dû apprendre la signature de son paternel car elle l’avait recopié au moins une centaine fois. Leur père n’était pas apte à signer quelques papiers et Eden ne voulait pas que les services sociaux sachent ce qu’ils vivaient, de vivre sans vraiment leur père, que l’adolescente s’occupait de tout, arrêtant à peu près d’aller en cours pour cela. Elle ne voulait pas être séparée de son frangin et que son père soit placé en hôpital psychiatrique ou elle ne sait où. « D’accord, pas de problème. » dit-elle en signant son papier. Il était assez grand pour savoir qu’être exclue n’était pas bien, alors elle n’allait pas lui faire la morale, même si, s’il continuait elle le ferait. Elle avait beau s’occuper de lui, elle n’était pas sa mère.


Chapitre 3

« Mr Wilde, si vous ne réglez pas vos problèmes, nous allons devoir nous occuper du cas de vos enfants. » Les services sociaux s’étaient rendus compte de leur cas et ce n’était pas la première fois qu’ils venaient dire à Mr Wilde que s’il ne se faisait pas soigner pour ses folies passagères, il pouvait perdre la garde de ses enfants. « S’il te plait papa, j’ai trouvé une ville Phoenix,  il y a un établissement pour ton problème et c’est juste en journée, tu continueras de vivre avec nous. Je t’en prie, acceptes. » Son père savait qu’il avait un problème, il s’était bien sur rendu compte qu’il fallait que ça change mais il ne savait pas comment faire pour se faire soigner. Eden avait fait des recherches et avait trouvé un centre parfait et il en avait parlé avec Tomas et ils étaient prêts à partir pour leur père, à condition qu’ils acceptaient. Eden avait bientôt dix-huit ans, elle allait pouvoir commencer sa vie en tant que majeure et si son père n’acceptait pas, elle était prête à demander la garde de son frère pour ne pas les laisser tous les deux. Mais finalement, il a accepté. Leur vie allait changer puisqu’ils allaient recommencer leur vie ailleurs. C’est comme cela qu’ils se sont trouvé une maison et ont posé leurs valises. Bienvenue à Phoenix.

La jeune femme était en train de prendre le courrier lorsqu’elle l’a rencontré. Elle aurait dit que cela faisait clicher mais on ne choisit pas lorsqu’on a un coup de foudre. « Bonjour, excusez-moi, où se trouve le numéro 245 ? » Il lui avait demandé cela avec un grand sourire. Ce qu’elle ne savait pas à cette époque était qu’il lui avait demandé cela juste pour lui adresser la parole. Ses parents vivent ici depuis un bon moment et il avait même vécut ici, bien sûr qu’il savait où c’était. Tombant immédiatement sous son charme, elle lui dit un énorme sourire avant de lui dire « J’habite juste à côté, je peux vous y emmener si vous voulez ! » Durant le chemin, ils parlèrent de tout et de rien avant que la nouvelle tombe : le beau gosse qu’elle venait de rencontrer était fiancé et il devait bientôt se marier. Et bien zut alors, elle aurait très bien pu tomber dans ses bras, surtout qu’elle était célibataire depuis un bon moment. Cela ne les a pas empêché d’échanger leurs numéros et de rester en contact, Kaedin venait même plus souvent voir ses parents, juste pour la voir. Comme quoi, cela avait été un coup de foudre des deux côtés même si Eden ne voulait rien tenter, n’étant pas une briseuse de ménage. Mais il faut croire que ces deux-là ne pouvaient pas s’en arrêter là…

Cela faisait quelques mois qu’ils se connaissaient. Quelques mois qu’ils s’envoyaient des sms très régulièrement et quelques mois qu’elle savait qu’il avait quitté sa fiancée. Au départ, elle avait eu peur qu’il la quitte pour elle alors lorsqu’il y avait eu un rapprochement, elle lui avait très bien fait comprendre qu’elle ne voulait pas remplacer son ex et donc avait besoin de temps. Il y avait aussi la différence d’âge qui avait fait que cela l’avait dissuadé de tenter sa chance avec Kaedin. Alors qu’ils étaient en train de sortir en ville tous les deux, il alla droit au but, en pleine discussion. « Je ne voulais pas te l’avouer, je sais que certaines femmes n’aiment pas ça mais… Tu sais, si j’ai quitté mon ex c’est que j’avais peur de craquer… Avec toi ! Tu me fais craquer depuis le premier jour ! » Cela lui faisait bizarre de l’entendre lui dire ça, lui le grand tombeur qui n’était pas vraiment du genre à parler sentiments et autre, il semblait vraiment tenter une nouvelle fois sa chance. « Ouais je m’en étais douté… Enfin je ne savais pas certaines choses mais j’avais peur d’être la cause de votre rupture justement ! » Oui, elle s’en était douté un peu mais pensité que c’était juste pour une histoire de cul ou autre et non pas parce qu’il craquait réellement pour elle et pas seulement pour son corps. « Pourquoi tu avais peur de ça ? » Il faut croire qu’ils étaient partis pour une séance révélation alors elle lui dit simplement. « Parce que je dois avouer que j’ai eu certaines pensées… voilà tu vois et je m’en voulais d’imaginer ça entre nous alors que tu étais prêt à te marier. Je ne suis pas du genre briseuse de ménage alors je me suis sentie responsable… » Eden sentit la main de Kaedin se poser sur la sienne et son regard dans le sien, il lui dit d’une voix assez douce, voix qu’elle n’avait jamais entendu jusqu’à aujourd’hui. « Ce n’est pas ta faute si j’ai commencé à ressentir certaines choses pour toi et je me sentais mieux en ta compagnie plutôt que mon ex… Tu n’as pas à te sentir coupable, je suis le seul fautif. » Lui faisant un grand sourire, la jeune femme avait juste envie de se lever, de lui sauter dessus et de lui donner une chance. Après tout ce qui s’était dit en seulement quelques minutes, elle ne pouvait pas vraiment lui dire qu’elle ne voulait pas essayer quoi que ce soit, ça serait mentir. Mais elle ne voulait pas faire le premier pas, elle avait beau ne pas être timide ou renfermé, elle n’était pas du genre non plus à faire le premier pas avec les hommes. Mais c’est à ce moment-là qu’elle le fit se lever, main toujours dans la sienne et venir vers elle, se baissant pour venir l’embrasser de manière assez tendre et lorsqu’elle lui rendit son baiser, celui-ci devint plus passionné. C’est à ce moment-là qu’ils ont commencé à se voir en tant que plus que de simples amis, non, ils étaient maintenant en couple même s’ils l’ont gardé pour eux un petit moment.


Chapitre 4


« Bébé, tu n’aurais pas vu le cartons avec mes affaires pour la salle de bain ? » Aujourd’hui était un jour assez spécial, c’est aujourd’hui qu’ils emménageaient ensemble. Cela faisait un moment qu’ils étaient ensembles et la jeune femme se sentait enfin prête à sauter le pas et venir vivre dans l’appartement de son homme. Tomas était parti de la maison, voulant son indépendance et puis son père allait mieux et donc elle pouvait enfin le laisser seul. Kaedin lui avait proposé de venir officiellement venir vivre avec lui puisqu’elle y passait de toute façon toute ses soirées. Sa formation d’esthéticienne était terminée, elle travaillait dans un institue en tant qu’employée et avait comme projet future d’ouvrir son propre salon. Maintenant qu’elle vivait le parfait amour avec son chéri et maintenant qu’elle vivait avec lui, elle pouvait avouer haut et fort que sa vie allait parfaitement bien. « Il est vers la porte d’entrée il me semble ! » Dit-il assez fort pour qu’elle entende alors qu’ils étaient tous les deux en train de défaire les cartons qui envahissaient l’appartement alors qu’ils avaient eu besoin de leurs deux voitures ainsi que la voiture de quelques amis pour tout prendre surtout qu’elle avait fait en prime quelques achats pour leur nouveau petit cocon. Finalement, la jeune femme arrêta ce qu’elle était en train de faire et s’approcha de lui, le forçant à arrêter lui aussi ce qu’il déballait. « Finalement, ça peut attendre ! » Dit-elle avec un clin d’œil alors qu’elle vint l’embrasser langoureusement. Ils avaient maintenant toute leur vie pour s’installer, mais là, elle avait envie de fêter comme il se doit, le commencement de leur vie en couple.

« Je suis enceinte ! » Voilà que la révélation qu’elle avait à lui faire depuis quelques semaines venait de tomber. Kaedin n’avait pas été très présent ces derniers temps pour son travail alors elle n’avait pas trouvé le bon moment pour lui dire. C’est pourquoi, elle lui avait annoncé, un grand sourire aux lèvres alors qu’ils étaient en train de manger un repas qu’elle avait fait spécialement pour l’occasion. Pour une fois elle avait mis les petits plats dans les grands alors qu’elle était plutôt du genre à commander, n’étant pas très fan de la cuisine. Mais là, c’était l’occasion parfaite. Le repas ne fut pas délicieux, il fallait bien l’avouer, mais la révélation était le plus important. Elle vit le visage de Kaedin changer, c’est pourquoi elle eut peur de sa réaction. Après tout, ils n’avaient jamais eu de conversation sur le fait d’avoir un enfant ou non, cela s’était fait comme ça sans avoir essayé. Mais voyant un sourire naitre sur ses lèvres, elle comprit qu’il le prit bien, c’était d’ailleurs vraiment le cas, puisqu’il lui dit : « Waw… Je ne sais pas quoi dire tellement j’en suis content. Tu ne peux pas savoir à quel point ! » Finalement, son repas qu’il n’était pas vraiment très bon passa à la trappe. Finalement, ils sortirent fêter cela au restaurant situé pas très loin de leur appartement. Et c’est alors qu’il lui proposa l’idée du mariage. Il n’avait pas fait sa demande avec la bague, et tout mais l’envie avait été trop grande pour ne pas accepter et lui demander. Ils avaient tous les deux envie d’être marié avant l’arrivée de leur premier enfant pour faire les choses dans le bon ordre et c’est pourquoi quelques mois plus tard, ils eurent leur petit mariage, avec tous les proches, que ce soit leur famille, amis ou collègues. C’est un mariage en petit comité mais la journée a vraiment été parfaite.

Ce n’était décidément pas le bon moment. Kaedin était en voyage d’affaire lorsqu’Eden sentit ses premières contractions. Leur fille devant arriver dans deux semaines et c’est pourquoi elle ne l’avait pas retenu alors que son patron lui avait demandé d’aller à New York. Visiblement, il aurait dû rester auprès de sa femme car leur fille se pointa en avance et elle dû lui dire par téléphone alors qu’il était bien loin, en pleine réunion. « Bébé, je… je viens de perdre les eaux, je vais accoucher ! » Le faire sans la présence de son mari lui faisait atrocement peur mais elle ne pouvait pas attendre la moindre minute. Non seulement elle avait mal mais en plus, Timéo ne pouvait pas y être dans les prochaines heures alors elle n’allait pas pouvoir attendre longtemps. « Quoi ? Je… Je… j’arrive ! Enfin je prends le prochain avion. J’ai confiance en toi chérie, ça va bien se passer ! » Elle avait pu entendre la joie et la trouille mélangées dans sa voix alors qu’elle était dans le taxi qu’elle avait appelé alors qu’elle était dans leur nouvelle maison qu’ils avaient acheté quelques mois après l’annonce de la grossesse. Timéo était banquier alors il pouvait très facilement obtenir un crédit et puis, ils avaient un bon revenus tous les deux. Ils ont d’ailleurs décidé de faire leur vie ailleurs, à Pearl Trees où Eden avait ouvert son propre salon d’esthétique. Bref, arrivant à l’hôpital quelques temps après, elle fut prise en charges et ce fut quelques heures plus tard que son accouchement se passa. Tout se déroula assez bien et c’est comme cela qu’elle mit au monde une petite fille. Les Rowling n’avaient pas décidé de prénoms alors elle allait attendre son mari pour décider, ce n’est pas quelque chose qu’on prend à la légère et son chéri avait autant son mot à dire qu’elle. Quelques heures plus tard, elle vit Kaedin arriver, essoufflé, comme s’il s’était dépêché de venir et c’est en voyant sa fille qu’elle le vit pour la première fois verser quelques larmes. La prenant dans ses bras, ses yeux ne quittant pas leur fille des yeux, Eden lui dit malgré la fatigue. « Que dis-tu de Penny ? » Et c’est ainsi que leur fille fut nommé Penny et que leur petite vie de famille commença.


Chapitre 5

Parents depuis quelques années de la petite Penny, Eden avait mis au monde leur deuxième enfant, une autre petite fille du nom de Lily. Cela faisait d’ailleurs quelques jours qu’elles étaient toutes les deux revenues de l’hôpital. Les Rowling étaient aux anges avec leurs deux princesses. Mais c’est alors que tout se bouscula. Alors que Lily était en train de dormir dans son berceau depuis quelques heures, la jeune femme se dirigea dans la chambre pour voir si tout se passait bien lorsqu’elle vit une scène complétement horrible qu’elle ne souhaite à personne : sa fille ne respirait plus depuis elle ne sait combien de temps. S’affolant à la première seconde, elle se mit à crier « OH MON DIEU, KAEDIN VIENS DEPECHES TOI ! » Elle l’avait appelé par son prénom, c’était mauvais signe. Kaedin, arriva en courant dans la chambre de sa fille et trouva sa femme en pleure, leur fille inerte dans ses bras, il prit directement son portable et appela les secours. « Ma fille de quelques jours ne respire plus, on habite dans le quartier Chestnut Park, venez vite je vous en prie » Les minutes avant que les secours arrivent paraissent des heures. Heureusement, Penny était chez une amie et donc ne vit pas la scène et le pleure de ses parents ainsi que la mort de sa petite sœur. Ils avaient beau attendre les secours, ils savaient parfaitement qu’ils ne pouvaient rien faire, c’était trop tard. « Nous sommes désolés, on a rien pu faire ! » Lily avait eu la maladie du nourrisson, son cœur s’était arrêté sans la moindre raison. Comment pouvaient-ils se relever après cela ? Comme quoi, Eden ne pouvaient jamais être heureuse. Après avoir perdu sa mère, avoir vu son père tomber en dépression, l’une de ses deux filles venaient de mourir, elle n’avait absolument rien pu faire pour la sauver. C’était vraiment horrible.  

« Je ne rentre pas pour le diner, j’ai beaucoup de travail ! » Voilà ce que venait de lui envoyer son mari par message vocal et c’était pareil depuis des jours. Depuis la mort de Lily, rien n’allait à la maison. Penny était plus souvent chez de la famille du côté de son père ou bien chez le frère d’Eden. Kaedin lui passait ses journées au travail, rentrant à chaque fois le plus tard possible et Eden quant à elle faisait comme son père avant elle, elle passait ses journées enfermées dans le noir, dans sa chambre enfermée à pleurer et à boire lorsqu’elle savait que sa fille n’allait pas rentrer. Finalement, elle sortit de chez elle pour aller dans un bar. Elle avait besoin de boire et oublier que sa fille était morte et qu’elle se sentait responsable à 90 %. Commandant un verre, puis un autre, elle finit complétement ivre lorsqu’un homme est venu l’aborder. Racontant ses problèmes alors qu’il devait sans doute s’en foutre royalement, au moins quelqu’un pour l’écouter. Même son mari ne l’écoutait pas autant. Entre ça et ses verres enchainés, elle fit l’une des pires erreurs de sa vie, elle tomba dans les bras d’un inconnu. Le lendemain, ce ne fut pas sa gueule de bois qu’elle regretta, ça ce n’était rien, c’était bien le fait d’avoir trompé son mari. Ils avaient beau ne plus se comprendre, elle n’avait jamais pensé pouvoir le tromper et c’est pourquoi elle s’en voulait. Et voilà une nouvelle chose qu’elle regrettait.

« Tu te fous de moi ? » Eden venait d’avouer à Kaedin qu’elle l’avait trompé. Elle ne voulait pas le perdre mais elle devait lui avouer. Non seulement elle déprimait mais en prime, elle s’en voulait alors imaginez son état psychologique. « Je m’en veux énormément… Tu passais une nouvelle soirée au boulot, je me sentais seule et… » Elle essayait de se justifier alors qu’elle savait très bien que c’était impardonnable. Mais elle espérait qu’il pouvait lui pardonner son erreur. « Et tu crois que ça justifie le fait que tu ouvres tes cuisses pour un autre ? » Visiblement, il était énervé et elle le comprenait. Mais il n’était pas blanc comme neige. Et puis, elle avait autre chose à penser. « Tu sais quoi ? J’men tape ! Tu veux te barrer ? Tu te barres ! J’en ai plus rien à f*utre de ces histoires ok ? » Ce à quoi elle pensait sans cesse, c’était leur fille décédée, leur autre fille qui devait sans doute souffrir de la perte de sa sœur et de l’état de ses parents et d’ailleurs, de leur dispute actuelle car elle vit Penny arriver, le visage assez triste. « Maman, papa, qu’est-ce qu’il se passe ? » Fusillant son mari du regard et regardant sa fille d’un air désolé, elle ne savait pas trop quoi lui dire. Cela faisait des semaines qu’elle n’était pas la mère qu’elle avait toujours connu. « T’inquiètes pas ma chérie ! Vas dans ta chambre ! Papa va juste partir quelques jours ! » Et c’est ainsi qu’il prit la décision d’aller passer la nuit à l’hôtel après avoir pris quelques affaires, alla embrasser sa fille puis sans le moindre regard pour sa femme partit en claquant la porte. La laissant comme figée, elle ne pouvait même pas verser la moindre larme puisqu’elle avait tellement pleuré les jours précédents qu’elle ne pouvait verser ne serait-ce qu’une demie larme.


Chapitre 6



« Je viens prendre Penny ! » Les jours qu’il devait passer à l’hôtel s’étaient transformés en semaine et dans un appartement qu’il louait. Il ne comptait pas revenir vivre avec sa femme avec qui il était désormais séparé. Il était convenu que Penny vivait la semaine chez sa mère et le week end chez son père mais très vite, Kaedin prit la décision de la prendre plus souvent que convenu. Or, aujourd’hui, on était mercredi. « Tu rigoles ? On est mercredi, tu l’as vendredi, on était d’accord sur ce point ! » Elle avait été surprise de le voir à la porte. Elle avait hésité entre lui fermer la porte au nez et lui supplier de revenir et de lui pardonner. Au lieu de cela, ils s’envoyaient des pics à chaque fois qu’ils se voyaient. « Oui mais tu es folle Eden, Penny a besoin de stabilité et je ne veux pas te la laisser ! » C’est vrai que ses séances déprimes l’avaient changé et elle était parfois folle mais elle restait tout de même une superbe maman envers sa fille. Elle ne supportait pas le fait de ne pas la voir et c’est pourquoi elle avait passé le week end à harceler Kaedin pour avoir des nouvelles de leur fille. De plus, certaines personnes l’avaient vu bizarre et était venu prévenir Kaedin qu’elle n’allait pas bien, or ça ne le concernait plus, mis à part pour leur fille alors il devait venir prendre la garde de sa fille. « Penny est tout ce que j’ai, tu peux pas me la prendre. » Ils avaient beau toujours s’insulter dès qu’ils se voyaient, elle était prête à lui parler calmement pour garder sa fille. « S’il te plait Kaedin, je n’arrive à tenir que pour Penny, j’ai besoin d’elle… » Il la connaissait, il devait comprendre qu’elle était honnête alors il lui dit simplement en commençant à partir « C’est bon pour une fois, mais si jamais on revient me voir pour me parler de tes nouvelles folies, je n’hésiterais pas à aller voir les tribunaux. » Et le pire, c’est qu’elle savait qu’il pouvait obtenir sa garde complète. Alors elle fit signe de la tête qu’elle avait comprise en le voyant s’éloigner

Aujourd’hui, elle tombe de plus en plus dans une dépression dont tout le monde essaye de l’aider, du moins ceux qui arrivent à comprendre à quel point elle est triste. Elle a peur de tomber en dépression comme son père avant elle mais elle ne sait comment relever la tête et redevenir celle qu’elle était avant. Elle essaye d’être toutefois une maman parfaite pour sa fille, contrairement à son père qui était resté seul, elle non, elle essaye tout de même d’être là pour sa fille et essaye même d’aller mieux pour elle, elle n’a plus qu’elle, du moins c’est ce qu’elle pense. Elle pense avoir tout perdu, si ce n’est sa fille, son institut, et ses proches, même si elle ne voit de moins en moins de monde.

© Codage par Pearl Trees
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(Eden) Mais tu sais c’que t’es toi ? T’es le roi des cons au pays des emmerdeurs. Un... Un p’tit con casse-couille qui chiale sa race toute la journée ! CONNARD ! CONNARD ! Petit enculé de merde !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parfois, je regarde la télé toute la journée, c'est chiant. Mais quand je l'allume, c'est pire !
» La meilleure chose qui m’soit arrivée dans la vie c’est toi, mais tu sais quoi ? Le problème c’est que c’est aussi la pire !/Célio\
» Na’a’li ☇ « Je veux pas t'impressionner, mais je sais jouer du triangle! » (jusqu'au 05/04)
» Je veux pas vous impressionner, mais je sais faire des pâtes.
» chô mei ◄ j'voudrais pas vous impressionner, mais je sais jouer du triangle !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees - Version 2  :: 


Biographie des persos...
 :: Autobiographie. :: Les personnages retenus
-