AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 c'mon, just talk to me already (ahilan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Jeu 4 Sep - 23:18

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !


T’as le sourire aux lèvres, tu peux pas t’en empêcher. De revenir dans cette boutique, ça te mets de bonne humeur. C’est vrai que t’y travailles depuis pas mal de temps maintenant, mais ça te rappelles ton père sans cesse, et c’est surtout ça qui te fais sourire. Tu ouvres ton sac, ton esprit plongé dans la pensée de la conversation que t’as eu avec ton père la veille. Tu sors un trousseau de clé, et tu soulèves la grille qui recouvre le magasin. Tu ouvres la porte et entres. Ton esprit est toujours ailleurs, mais t’es tellement habitué à cet environnement, à ce magasin, à cette porte, à cette grille, que t’y fais plus attention. Déjà, quand t’étais petite, ton père le faisait le matin. Il ouvrait le magasin, et il t’emmenait avec toi. Maintenant, t’as la bonne impression que tu marches dans ses pas. Et finalement, c’est ce que t’as toujours voulu faire. Faire comme ton père. Aller où il a été, faire ce qu’il a fait, apprendre ce qu’il a appris. C’est ton père, c’est ton modèle. Tu prends le téléphone relié à la caisse et exécute un numéro que t’as appris par cœur depuis que tu travailles ici. Très vite, un homme d’une cinquantaine d’année répond. « Kennedy, c’est toi ? » Tu ris doucement. « Bien sûr que c’est moi John, qui veux-tu que ce soit ? » Il rigole à son tour, comprenant qu’un appel du magasin ne pouvait venir que de toi. Ou d’un cambrioleur. Qui connaitrait le numéro du patron. Mouais, non, c’est pas probable.

Tu raccroches après qu’il t’ai remercié d’avoir, encore une fois, fait l’ouverture, et tu souffles longuement. Personne ne sera là avant au moins deux ou trois heures minimum, alors t’as tout le temps pour essayer toutes les guitares du magasin. C’est pour ça que t’aimes faire l’ouverture. Bien sûr, tu as une guitare chez toi, à toi. Mais elle n’est vraiment pas terrible comparée à celles du magasin. Tu fais que les essayer, parce que tu peux pas te permettre de les acheter, John te payes pas assez pour ça. Mais t’aimes bien les essayes de temps à autres. Tous les matins en fait. En espérant qu’un jour, t’auras économisé assez pour t’acheter la guitare de tes rêves. Celle qu’est juste devant toi à cet instant précis. Elle est blanche, et elle est juste… Tu la décroches du mur et t’assoies sur un fauteuil prévu à cet effet, pour les gens qui viendraient essayer des guitares. Ou des instruments en général. T’étais contente quand t’as vu que Josh avait pas changé le style du magasin. Vous vendiez encore beaucoup de guitare et pas mal de rock. Il avait ajouté sa touche personnelle en vendant du jazz et de la pop. Tu souris en pensant au fait que ton père aurait certainement pas apprécié voir autre chose que ces trois styles de musique dans son magasin, et c’est tant mieux. John n’a manifestement pas l’intention de mettre autre chose.

Tu joues quelques accords, et te mets à pincer les cordes plus rigoureusement, la musique d’une de tes créations se dégageant de l’instrument. Très vite, ta voix la rejoint et tu fermes les yeux quelques secondes. T’aimes ce sentiment. Celui de te sentir en parfaite harmonie avec la musique que tu joues. C’est pour ça que tu reprends jamais de chansons, et que tu écris tout ce que tu joues. T’arrives à te reconnaître dans ce que tu chantes. A transmettre l’émotion.

Après quelques minutes de jeu, tu reposes la guitare, et tu repars à la caisse, caressant quelques vinyles en passant. Tu t’assoies et t’attends.

Ce n’est que vers 11h30 que quelqu’un arrive enfin. Tu te tournes vers la porte d’entrée, et un sourire automatique se forme sur ton visage lorsque tu reconnais la personne. Ahilan Griffin. Le chieur de première. Le bad boy de base qui se laisse abattre par le départ de son frère. Tu lui trouves quelque chose que tu n’as jamais vu chez aucun de ses frères : des émotions. T’as l’impression que lui, au moins, il arrive à ressentir des choses. Même si c’est de la peine. Il passe devant toi, mais il t’a certainement pas vu. Ou alors il t’ignore. Et tu le suis. Tu peux pas t’empêcher d’aller voir ce qu’il vient faire dans un magasin de musique. Lorsque tu le vois s’arrêter devant ta guitare, enfin ta futur guitare, tu souris. Et tu peux pas t’empêcher de parler. « Elle est cool hein ? »

made by LUMOS MAXIMA

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Dim 7 Sep - 20:07

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



La journée commençait mal, je venais de m'engueuler avec mes frères, Aksel & Ben... Je ne supportais plus les rires incessants d'Aksel qui essayait de rester positif et tentait à tout prix de me changer les idées. Ce qu'il ne comprenait pas, c'est que je n'avais pas envie de me changer les idées, je n'avais pas envie de sourire et d'être heureux. Ioan n'était plus là... À quoi bon faire la fête si je n'avais personne avec qui la faire ?

En entendant mes propos, Aksel ce serait sûrement vexé en me disant que lui était là et qu'il comptait lui aussi. Évidemment qu'il comptait. Mais Ioan... Ioan, c'était Ioan. Ioan, c'était différent. On se connaissait depuis tout petit. On avait grandit ensemble. On s'était forgé ensemble. Ce manque qu'il avait crée en me laissant derrière lui me faisait mal. J'avais envie de pleurer. Tout le temps. Je me souviens encore de cette fois à l'école primaire, on faisait notre première rentrée ensemble, on se tenait la main regardant les grands courant partout autour de nous. Il ne comprenait même pas la langue à ce moment-là. Ses doigts avaient serré les miens et il m'avait regardé, une petite moue paniquée sur le visage. Je lui avais dit : " Un jour, tu comprendras tout ce que je dis Ioan... Et je te redirais que toi et moi, on est frère pour la vie. " Son poing était venu cogné le mien et c'était notre promesse à nous, celle qu'on s'était faite en silence alors qu'on était haut comme trois pommes. Oui, mais voilà, cette promesse, il l'avait brisé... J'aurais aimé l'avoir en face de moi et lui coller mon poing dans son gros pif en lui disant qu'il est injuste de me faire subir ça alors qu'on s'est toujours promis d'être là l'un pour l'autre. Je voulais lui faire mal moi aussi, comme il m'avait fait mal en partant, mais même ça, il ne m'en a pas laissé l'occasion en se barrant comme un voleur...

Et par sa faute en le perdant lui, j'étais en train de perdre Aksel et le reste de ma famille. Je redevenais le Ahilan renfermé et solitaire. Plus rien n'avait la même saveur sans lui. Ioan était le pilier, la base de tout. Qui à présent choisirais notre prochaine victime pour qu'on lui balance les œufs pourris du poulailler des Camden ? Qui viendrait me réveiller en pleine nuit alors qu'il est 3h du matin pour qu'on parle des jumelles Benett ? Qui ferait rire Aksel jusqu'à ce qu'il en ait mal au ventre à présent ? Il n'y avait plus personne pour tenir ce rôle. Je n'étais ni courageux, ni fougueux ou drôle sans Ioan. J'étais juste redevenue moi, l'ancien Ahilan qui n'avait plus vraiment d'intérêt pour qui que ce soit.

Je m'étais finalement décidé à laisser mes frères en plan et à fuir cette baraque qui m'étouffait chaque jour un peu plus depuis son départ. Je marchais sans savoir ou j'allais et les rues de Pearl Trees qui était devenue notre royaume avec le temps étaient redevenue qu'un simple village paumé de la campagne américaine. J'avançais, tête baissée en direction du centre, espérant ne croiser aucune tête connue qui viendrait me saluer amicalement. Avec la chance que j'avais dernièrement, Nayana serait déjà sortie de son lit et elle me soulerait avec ses histoires de mecs et ses envies de shopping. Évidemment aussitôt pensée, aussitôt réalisé... Je vis l'une des Maden sortir de la boulangerie et sans même réfléchir, j'entrais dans le magasin devant lequel j'étais sans réfléchir.

Des bacs remplis de CD et de vinyle en tout genre remplissais la petite boutique, plutôt sombre. Au fond du magasin, une collection de guitares attira mon attention. J'avais toujours eu envie d'en faire, mais n'avais jamais trouvé le temps de m'y mettre. Je les regardais avec de grands yeux écarquillés... Je n'y connaissais vraiment rien et finalement, l'idée de me mettre à la guitare était sûrement un peu trop prétentieuse au vu du prix des instruments. Une flûte à bec serait plus dans mon budget, mais quel mec pourrait séduire qui que ce soit avec une flûte à bec hein ? Et alors que j'étais dans mon coin tranquillement, forcément, il fallait que la vendeuse vienne me faire chier à vouloir me vendre une guitare dont je ne savais pas me servir et dont je n'avais absolument pas les moyens. " Ouai ouai, elle est formidable ! " Lui répondis-je en grognant, sans même prendre la peine de la regarder.

Je continuais à regarder les différentes guitares, laissant de l'avance à la sœur de Nayana pour être sûr de ne pas tomber dessus quand je sentis la présence de la vendeuse encore et toujours derrière moi. Visiblement, mon manque d'amabilité ne l'avait pas fait fuir, c'est qu'elle était coriace celle-là ! Je me retournais vivement dans sa direction et reconnus la sœur de Taylor. " T'as besoin d'aide pour quelque chose ? Ou tu comptes admirer mon cul encore longtemps comme ça ? " Mon ton s'était voulu froid et distant, ne laissant aucun doute sur mon humeur massacrante.

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Lun 8 Sep - 20:12

C’est Ahilan Griffin dont on parle, bien sûr que tu pensais pas qu’il allait te répondre gentiment, avec la bouche en cœur et des paroles douces et délicates. Et sincèrement, tu t’attendais même à pire. Lorsqu’il t’accorde qu’elle est formidable, même si tu sens l’ironie et la nonchalance derrière le ton, t’as l’impression d’avoir fait un pas. Un petit, minuscule, pas. Au moins, il a daigné te parler. Et t’en as le sourire aux lèvres. Bah quoi ? Il a beau être particulièrement dédaigneux et énervant, il reste Ahilan Griffin, un des plus beaux garçons de Pearl Trees. Et tu n’es certainement pas la seule à le penser. Il a un charme fou, et des yeux qui dégagent désormais, depuis le départ de son frère, cette peine et cette fragilité qui lui donne un petit truc de plus. Tu le vois passer devant ta guitare, et t’es soulagée qu’il te demande pas de l’essayer et encore moins de l’acheter. De toute façon, tu doutes que quiconque ait assez d’argent pour l’acheter, elle reste certainement la plus chère du magasin. Il part vers les autres guitares et tu le suis, ne disant rien. T’as un peu l’impression de faire peur, mais en même temps, en tant que vendeuse, tu pourrais faire ça aussi, de le suivre. Tu le regardes bouger, tu vois maintenant qu’il est pas rentré dans le magasin par choix, mais surement parce qu’il y avait été forcé. Lu je-m’en-foutisme qu’il dégage en regardant les magnifiques instruments le laisse bien comprendre. « T'as besoin d'aide pour quelque chose ? Ou tu comptes admirer mon cul encore longtemps comme ça ? » Tu hausses les sourcils, étonnée, mais pas trop, par ses phrases plus drôles qu’autre chose selon toi. Tu souris et hausse les épaules. « C’est toi qu’est entré dans la boutique, c’est à toi que je devrais demander si t’as besoin d’aider pour quelque chose. Pour quoique ce soit. Quant au reste, tu marches dos à moi, et vous les mecs, vous vous gênez pas pour nous relooker grossièrement dans la rue, pourquoi nous, les filles, on pourrait pas le faire ? » Maintenant que la phrase est sortie, tu te sens rougir. Tu sais pas d’où t’es venu cette confiance en toi soudaine, et tu t’amuses à dire que si Marius était là, il serait probablement plus qu’énerver. Tu tournes le dos à Ahilan et mords ta lèvre inférieure. Jamais avant t’as osé dire un truc comme ça, qu’est-ce qui t’as pris ?

Tu repenses rapidement à la conversation que t’as eu avec Taylor hier. Elle a longtemps été amie avec les Griffin. Les trois. Et à la place d’Ahilan, tu te sentirais probablement trahie toi aussi, abandonnée. Entre son petit frère numéro un qui décide de partir pour aller chercher sa « famille ». Et son petit frère numéro deux qui le laisse pour retrouver son ancien meilleur ami, et probablement futur amant, et son autre meilleure amie, le pauvre garçon reste un peu seul. Et bien malgré toi, ça te fait du mal pour lui. Toi, t’as toujours été ce genre de fille, à aimer aider les gens, juste pour voir la gratitude dans leurs yeux. Rien que pour voir, qu’après toi, ils vont mieux. Et en général, tel un ange gardien, tu les aide, et tu les vois plus jamais après ça. Ahilan, c’est différent. Bien sûr que t’as envie de l’aider, tu restes toi, Kennedy. Mais finalement, pas tant que ça. Ahilan c’est…Ahilan. Tu l’as déjà rencontré une fois, il y a quelques années, et il s’en souvient certainement plus. Mais l’image que tu avais alors eue de lui et d’Ioan, son frère parti qui l’avait abandonné, n’avait pas été joyeuse. Ils t’avaient dragués, soulés, et lourdement abordés (pas dans cet ordre), lors d’une soirée qu’ils organisaient. Aksel, leur petit frère, trainait avec une rousse bien trop âgée pour lui, et les deux frères refusaient de te lâcher. Rien que ce souvenir devrait te faire vouloir partir loin de lui et le laisser dans sa mouise, mais comme dit avant, tu restes toi, Kennedy. Et quand quelqu’un souffre, tu l’aides. Taylor est le deuxième obstacle à ton envie d’aider le Griffin. Après qu’elle ait commencé à les fréquenter, elle a changé. Tellement vite et de tellement de manières, que ça t’a réellement fait peur. Elle s’est mise à fumer, à boire aux fêtes, à ne pas revenir le soir, et à réapparaitre le matin, les fringues complètement déglingués et l’haleine puant la drogue. T’as commencé à la fliquer, à essayer de prendre le rôle que ton père t’avait donné au sérieux, mais rien n’y faisait. Et finalement, au bout d’un moment, votre relation s’est vraiment détériorée. Et tout ça, à cause des Griffins. Alors oui, vraiment, tu te demandes pourquoi, malgré ses nombreuses et pourtant si claires raisons, tu ressens toujours ce besoin d’aider Ahilan à redevenir comme il était avant.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Lun 8 Sep - 23:26

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Non, je devais être en train de rêver, la grande sœur de Taylor n'était pas en train de m'avouer clairement qu'elle se faisait un plaisir de mater mon cul, car on faisait de même avec le sien dans la rue. Je me foutais des autres moi. Son cul, je ne l'avais jamais maté, cette fille ne m'intéressait pas, loin de là. Les glaçons frigides, non merci ! Du peu que je savais d'elle, mademoiselle avait une vision de la vie bien différente de la mienne. L'amusement était une option chez elle, qu'elle avait due oubliée de cocher. Pour dire vrai, je ne savais pas grand chose d'elle, hormis qu'elle avait formellement interdit à Taylor de venir à nos soirées et de trainer avec nous. Mais cela m'en disait déjà assez pour savoir qu'elle croyait nous connaitre, sous le simple fait qu'elle nous croisait dans les couloirs du lycée ou à écouter les " on dit " qu'on pouvait parfois entendre sur les Griffin dans les rues du village.

Heureusement que sa sœur n'était pas aussi chiante à mourir que la jolie blonde qui se tenait à mes côtés. Est-ce que je venais d'utiliser le terme joli, la concernant ? Bon, c'est vrai qu'elle était plutôt pas mal, mais pas de quoi en faire toute une montagne. Des filles jolies, il y en avait des dizaines... Alors je ne savais pas pour qui elle se prenait avec son petit air supérieur à vouloir tout contrôler et vérifier. Et alors que je pensais la refroidir et l'éloigner de moi en lui répondant sur ce ton, voilà qu'elle s'amusait de la situation à me faire son sourire Hollywoodien. Décidément chez les Brown, être dérangée, était monnaie courante.

Je devais la faire taire et lui enlever ce stupide sourire qui campait sur ces lèvres ! Il était hors de questions qu'une fille Brown me remette à ma place et qu'elle ait le dernier mot. " J'ai besoin qu'on me foute la paix ? C'est possible pour toi ça, tu penses ? " Je m'avançais de quelques pas, en direction de la porte vitrée de la boutique pour essayer d'apercevoir ou en était la grande sœur de Nayana. Je ne voyais rien de ma place, quelle poisse. La seule solution possible pour moi était de sortir discrètement du magasin, de vérifier les alentours et de continuer de nouveau mon chemin tête baissée et d'oublier cette emmerdeuse qui m'observait toujours. Rester avec elle ou tenter ma chance dehors ? Je n'avais pas franchement le temps de peser le pour ou le contre alors instinctivement, je m'approchais de la porte et sortis ma tête discrètement. Pensant que ces longues minutes dans cette boutique seraient suffisantes à l'aînée des Maden pour regagner le chemin de chez elle, elle était plantée là à parler avec une des vieilles commères du village. En regardant les alentours, j'essayais de voir derrière quel buisson je pourrais me cacher et passer discrètement sans qu'elles puissent me voir.

Et alors que je sortais tout juste du magasin sans même avoir pris la peine de lui dire au revoir, Heaven Maden eut la formidable idée de m'apercevoir. Génial... Me dis-je d'un air consterné. Décidément, ce n'était vraiment pas ma journée. " Ahilan, Ahilan... " Criait-elle en faisant de grands signes en ma direction. Et Merde ! Voilà qu'elle se mettait à courir dans ma direction le sourire aux lèvres. " Naya m'a apprit pour le départ de Ioan ? Tout va bien pour lui ? Tu as eu des nouvelles ? " Ce que je voulais à tout prix éviter, venait évidemment de se produire... " Heaven, je suis désolée, je suis au boulot... Si je n'y retourne pas, ma collègue va me tuer, tu comprends. C'est un monstre... " Rajoutais-je en murmurant tout en lui indiquant la boutique. " On en reparle plus tard... " Je marchais à reculons, sourire crispé en espérant qu'elle me lâche la grappe et m'enfermait de nouveaux dans le magasin.

Je vis la tête de Heaven s'approcher de la porte vitrée et regarder à l'intérieur de la boutique, alors sans réfléchir, j'attrapais la grande sœur de Taylor par les épaules pour lui faire comprendre que je ne mentais pas sur la version de ma terrible collègue que je venais de lui donner. Bon évidemment, je mentais, ce n'était pas ma collègue, mais ça elle ne pouvait pas le savoir et à vrai dire, elle était plutôt terrible, donc ce n'était pas un si gros mensonge que ça..

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Sam 13 Sep - 14:40

« J'ai besoin qu'on me foute la paix ? C'est possible pour toi ça, tu penses ? » T’as presque envie de lui dire que non, c’est pas possible. Parce que t’es Kennedy. Et que Kennedy Brown, quand elle a une idée en tête, on la fait pas changer d’avis. Et là, la mission des dernières semaines, c’est celle d’aider Ahilan Griffin. Alors non, c’est pas possible. Mais tu dis rien, parce que tu vois qu’il se dirige vers la porte de sortie du magasin. Il va s’en aller ? Tant pis pour lui, toi tu pourras toujours aller le voir une autre fois. Tu t’appuis sur une des étagères, le voyant sortir, et, pour la première fois de la journée, tes yeux se posent sur son bas du dos. Tu y lances un regard approbateur avant de te souvenir d’un garçon du nom de Marius. Mais si Marius, tu sais ? Ton petit ami. Tu lâches un souffle d’ennui rien qu’en pensant à lui, et tu regardes Ahilan sortir la tête dehors. Puis enfin sortir tout court. Tu le vois faire quelques pas, et tu le vois vite rejoint par une jeune femme. Et à voir sa tête, il n’avait pas vraiment envie de la retrouver ici. Toi, ça te fait rire. Il avait qu’à pas sortir du magasin. D’ailleurs, tu le vois gigoter la tête vers la boutique et tu te demandes ce qu’il peut bien dire à cette blonde sur qui t’arrives pas à mettre un prénom. C’est surement une Maden, elle a un air de famille, mais à savoir laquelle maintenant… Tu regardes la scène d’un œil critique, et tu commences à regretter de pas t’appeler George Weasley et de pas avoir d’oreilles extensible pour savoir ce qu’ils disent. Tu finis par abandonner et te retourne vers les étagères où tu te mets à ranger quelques vinyles en ordre alphabétique. T’as toujours adoré les vieux CD comme ça. Ton père t’en avait offert un l’année avant son départ, et il est toujours chez toi, doucement et délicatement posé sur ta table de nuit. Tu souris tristement en pensant à ton père. Il te manque tellement. Tu lui parles tous les jours oui, mais c’est pas la même chose. C’est différent. Il te donne des conseils, mais il vit pas les situations, il les entend seulement. Et il est pas objectif, parce qu’il a que ton côté de l’histoire. Si seulement il pouvait être ici, avec toi. Peut-être que t’aurais réussi à faire Ahilan se confier alors. Peut-être que t’aurais déjà cassé avec Marius, chose que tu veux faire depuis quelques mois déjà, mais à laquelle t’arrives pas à faire face. Tu veux pas lui faire de mal. Mais en restant avec lui, c’est toi à qui tu fais du mal.

Tu te retournes en entendant la cloche du magasin sonner, et t’allais accueillir le nouveau venu lorsque tu te rends compte que c’est Ahilan. « Bah alors, t’es revenu finalement ? Je te manquais déjà ? Oh c’est mignon! » Bon ça non plus, tu sais pas d’où c’est venu. T’as juste l’impression de pouvoir dire et faire ce que tu veux lorsque le Griffin est aux alentours. Tu regardes dehors, et tu vois la sœur Maden avec le pif presque collé à la vitrine. Et quelques secondes plus tard, tes yeux s’écarquillent lorsque tu sens deux mains sur tes épaules. Tu te tournes vers Ahilan, et il a l’air d’avoir pensé plus d’une fois avant de faire ça. Le contact physique en général te gêne pas, mais là, c’est Ahilan Griffin. Le lourdo qui t’a dragué, lourdement avec son lourdo de frère à une fête quelques années plus tôt. T’essayes de comprendre pourquoi il fait ça, mais tu vois rapidement la sœur Maden lui lever un pouce et partir en souriant et en lui mimant un ‘bonne chance’ muet. Quoi ? Comment ça bonne chance ? Tu te retournes vers Ahilan juste après que la Maden soit sortie de ton champ de vision et tu te dégages de l’étreinte d’Ahilan qui a toujours ses mains sur tes épaules. Tu t’approches de la porte, le laissant en plan, t’attrapes les clés en passant. Tu te postes devant la porte, et la ferme à clé. Tu changes le carton d’ ‘ouvert’ à ‘fermé’ et tu regardes Ahilan avec des yeux presque agressifs. Finalement, sa déprime était peut-être plus grave que tu le pensais. Les Griffins et les Maden étaient pas censés s’adorer ? Et là, le jeune homme préfère rester avec toi, qu’il déteste clairement, plutôt que de rester avec les gens qu’il est censé aimer. Tu mets ton dos contre la porte et t’appuie dessus, les bras croisés sur ta cage thoracique. « Très bien, à nous deux Ahilan Griffin. Déjà, que les choses soient claires. J’aime pas quand ma petite sœur pleure, et elle l’a fait déjà deux trois fois depuis que son « pote » Ioan est parti. Et tout ça parce que son autre « pote » Mr. Ahilan Griffin fait sa diva et est exécrable avec tout le monde. Qu’on soit clairs. Il n’y a qu’une clé pour cette porte, et c’est moi qui l’ai. Donc si tu veux sortir d’ici avant ce soir, je te conseille de me dire tout ce que t’as sur le cœur. Parce que de voir un Griffin rejeter une Maden, ça reste rare. Allez, déballe Ahilan ! » Mouais, t’aurais pu faire quelque chose de moins strict, et de plus gentil, mais voilà. C’est la première fois que t’as autant envie de savoir ce qu’il se passe dans la tête de quelqu’un, et tu feras tout pour réussir.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Sam 13 Sep - 22:05

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Je regardais en direction de la porte ou je pus y voir la grande sœur Maden penchée pour vérifier mes dires comme je l'avais supposé. Ses filles là étaient vraiment trop curieuse. Depuis mes plus vieux souvenirs, je revoyais les Maden, espionnes de notre rue à savoir tous les potins sur chacun de nos voisins et Nayana se faisait un plaisir de venir me les raconter alors que moi les embrouille des Gambit et la vie sexuelle du vieux Ford, je m'en moquais pas mal. Les Maden et les Griffin étaient presque comme une grande famille. On était deux des familles emblématiques de la jeunesse du village. Les Maden, cinq filles, toutes plus jolies, les unes que les autres. Les Griffin, nous, on est quatre garçons du même âge venant des quatre coins du monde... Alors forcément ça faisait jaser. Mettez deux grosses familles, dans une même rue et forcément, ça donnait pas mal d'histoire à raconter. On se connait tous plus ou moins, nos parents étaient "amis" aussi... Enfin... Avoir des enfants du même âge, ça rapproche surtout quand ils font des conneries ensemble.

Je me souviens encore de la tête de ma mère quand elle était venue me chercher avec la mère de Nayana dans le bureau du proviseur parce qu'on avait décidé de se faire une bataille d'eau en plein cours parce que le prof nous ennuyait. Bon, c'est vrai que dit comme ça, ça paraissait un peu fou... Mais le cours de chimie auquel on assistait était vraiment nul et cela faisait longtemps qu'on n'avait pas fait de connerie, elle et moi alors on s'était dit qu'on devait remédier à ça au plus vite. Évidemment, le plus vite, fut l'instant même. Nayana m'avait sorti les petites bouteilles d'eau distillées des placards qu'on avait fait partager avec le reste de la classe. Quand le prof s'était retourné et avait découvert la classe trempée, sans même réfléchir, le petit chauve nous avait criés : " MADEN, GRIFFIN... DANS LE BUREAU DU PROVISEUR ! TOUT DE SUITE ! " J'avais eu beau essayer de défendre notre cause, en lui prouvant qu'il n'en savait rien de qui était le coupable de ce carnage, il m'avait tiré par le pull jusque dans le couloirs, sous les rires de mes camarades. " J'en ai plus qu'assez de vous ! Chez le proviseur et vite ! " Oui Nayana était ma meilleure amie, et même si on savait que nos parents nous tueraient, on était plutôt fière du bazar qu'on avait mis et on était parti en direction du bureau du proviseur sous les clins d'œils amusés de nos potes. On avançait alors mains dans la main tel des héros prêts à affronter la fin du monde ensemble.

Aujourd'hui, j'en étais au stade de mentir à sa grande sœur pour ignorer ses questions qui se voulaient pourtant bienveillantes. J'étais con dernièrement, je le savais, mais je n'arrivais pas à ne pas l'être. Et voilà que ma connerie m'avait mené dans ce magasin, à rencontrer une emmerdeuse et la faire passer pour ma collègue. Mon regard se posa d'ailleurs sur mes mains collées à ses épaules, gênées de la situation dans laquelle je venais de me mettre, sans l'aide de personne. Finalement, la jolie blonde s'éloigna de moi et se dirigea vers la porte... Mon Dieu pourvu qu'elle ne court pas après la grande sœur de YAYA. J'étais foutue. Ma tête se baissa en se secouant de gauche à droite. J'osaie n'osais même pas relever la tête de peur de voir la réaction de la Maden qui reviendrait me tirer jusqu'à chez moi pour avoir toutes les explications de ces mensonges à la chaîne. Aucun bruit de porte. Aucun cri non plus. J'ouvris un premier œil hésitant.

La fille Brown était là, les bras croisés, sourcil froncé et la clé de la boutique à la main. Non mais finalement moi qui la pensais chiante à mourir, voilà que mademoiselle se révélait rebelle à souhait et complètement cinglé. Mes yeux s'écarquillèrent quand elle prononça mon prénom que visiblement, elle connaissait... Enfin oui, elle le connaissait. Tout le monde connaissait les prénoms des Griffin, attractions ou bête de foire selon les gens, mais elle me l'avait dit comme si elle et moi, on se connaissait depuis des années ce qui me mettait encore plus mal à l'aise. À l'annonce du sujet Taylor, je ne pus m'empêcher de lever les yeux au ciel en me pinçant les lèvres. En plus de ça elle avait pleuré en apprenant le départ de mon frère, il ne manquait plus que ça. Le petit speech qu'elle venait de me faire et son ton me laissait croire qu'elle avait vraiment l'espoir que je lui raconte mes états d'âme. J'eus un petit rictus à la fin de son petit monologue dont elle avait plutôt l'air fier. " Écoute si Taylor pleure pour un oui ou pour un non, je n'y peux rien moi. Ta sœur est une chialeuse, c'est ton problème pas le mien. Ioan est parti, tant mieux pour lui écoute. Et si maintenant, tu crois pouvoir m'enfermer en espérant me faire dire quoi que ce soit pour je ne sais quelle raison... Détrompe-toi Kentucky ! " Je connaissais son prénom moi aussi, grâce à cette fameuse pleurnicheuse qui nous avait dit plus d'une fois que sa grande sœur Kennedy ne voulait pas qu'elle traine avec nous. Mais s'il y avait bien une chose que je ne voulais pas faire là tout de suite, était lui apporter satisfaction et lui laisser croire que je m'étais déjà un jour intéressé à elle. " Toi et moi... On n'est pas amis. Donc évite de prononcer mon prénom comme si tu l'avais déjà prononcé des centaines de fois et comme si tu avais vraiment envie de savoir ce qui m'arrive. Tu crois que Taylor, elle nous a jamais dit les saloperies que tu racontais ou racontes encore sur nous ? On était tous des enfoirés de première, c'était ça ses mots, je crois... Donc quoi ? Tu veux connaître les états d'âme d'un des Griffin après le départ d'un des siens pour les raconter à ta bande de potes dégénérée ? Ça t'amuse de voir les autres souffrir pendant que toi t'es heureuse, c'est ça ? Finalement, je ne sais pas qui de toi ou de moi est l'enfoiré dans cette pièce... " Je ne sais pas quel pari lui avait-on lancé ou quel mission s'était-elle mise en tête toute seule, mais c'était raté !  

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Dim 21 Sep - 15:38

T’as les bras croisés juste en dessous de ta poitrine et clairement, t’attends. T’attends qu’il parle. Que ce soit pour te dire ce qu’il se passe, ce que tu doutes clairement qu’il fasse, ou que ce soit pour t’envoyer bouler, ce que t’as l’habitude qu’il fasse. Tu t’étonnes rapidement de penser qu’au final, ça te fait du bien de te faire rejeter, d’avoir quelqu’un qui ne dise pas amen à tout ce que tu fais ou dit, mais tu chasses cette idée, sachant bien qu’elle se réfère un peu si ce n’est complètement à ta relation avec Marius. Tu secoues la tête pour te sortir cette idée de fin de relation de la tête et te reconcentres sur ton problème actuel. Griffin. Tu souris en coin. T’es contente de ce que tu viens de dire, bien sûr, mais c’est surtout que t’adores voir que c’est toi qui a osé dire ses quatre vérité au grand Ahilan Griffin. Sa réponse, tu l’attends. T’as envie qu’elle soit blessante pour toi, parce que tu sais qu’elle le sera probablement. Mais lorsque les premiers mots retentissent. Ton sourire retombe. Qu’il t’insulte toi, qu’il dise du mal de toi, y’a aucun soucis. Mais qu’il s’en prenne à ta sœur, y’a un sacré problème de compréhension. Tu croyais qu’ils étaient amis. Et pourtant, sa réponse est sans appel. « Écoute si Taylor pleure pour un oui ou pour un non, je n'y peux rien moi. Ta sœur est une chialeuse, c'est ton problème pas le mien. Ioan est parti, tant mieux pour lui écoute. Et si maintenant, tu crois pouvoir m'enfermer en espérant me faire dire quoi que ce soit pour je ne sais quelle raison... Détrompe-toi Kentucky ! » Aouch ! Toi tu t’en fous s’il avait dit que c’était toi la chieuse de service, ou que tu l’énervais que tu le mettais sur les nerfs. Parce que c’est le but. Et que tu sais que t’y parviens. Mais qu’il s’attaque à ta sœur. T’as juste envie de le charger, de le taper et de le traiter d’enfoiré. Mais tu le feras pas. Parce que tu sais que ça lui donnera de la satisfaction plus qu’autre chose. Tu peux pas t’empêcher, malgré tout ça, de sourire au surnom qu’il t’a donné. Personne ne t’a jamais appelé comme ça avant lui. Et t’aimes bien. T’aimes beaucoup même. Encore une fois, tu chasses cette dernière pensée et te concentres sur la haine que tu ressens envers lui sur le moment. Quel enfoiré ce mec ! Finalement, tu te demandes s’il en vaut vraiment la peine. Et tu sais malheureusement la réponse. Non. Il en vaut pas la peine. Pourtant, tu peux pas t’empêcher de vouloir l’aider, et de le remettre sur les rails. « Toi et moi... On n'est pas amis. Donc évite de prononcer mon prénom comme si tu l'avais déjà prononcé des centaines de fois et comme si tu avais vraiment envie de savoir ce qui m'arrive. Tu crois que Taylor, elle nous a jamais dit les saloperies que tu racontais ou racontes encore sur nous ? On était tous des enfoirés de première, c'était ça ses mots, je crois... Donc quoi ? Tu veux connaître les états d'âme d'un des Griffin après le départ d'un des siens pour les raconter à ta bande de potes dégénérée ? Ça t'amuse de voir les autres souffrir pendant que toi t'es heureuse, c'est ça ? Finalement, je ne sais pas qui de toi ou de moi est l'enfoiré dans cette pièce... »

Tes yeux se sont écarquillés pendant qu’il parlait. Bien sûr, tu savais que Taylor leur avait parlé, mais t’hallucines de savoir qu’ils pensent ça de toi. De toi ou de tes amis d’ailleurs. Qui en soit, se résument à Marius. Tu continues de le fixer et tu prends les clés et les poses sur le comptoir à côté de toi. « Tu penses vraiment ça de moi ? Sérieux ? Waouw ! Si tu veux tout savoir, ouais, je m’intéresse vraiment à ce qu’il se passe chez vous. Parce que moi, comparé à d’autre, je m’intéresse et essaye naturellement d’aider les gens qu’ont l’air mal. Même si c’est des imbéciles qui m’ont pas lâché pendant toute une soirée super lourdement et qui m’ont vraiment emmerdés. Et qui ont montés la tête de ma petite sœur avec des conneries en lui montrant que les meufs sont que des objets. Alors ouais, excuse-moi de pas avoir une estime énorme pour les grands Ahilan et Ioan Griffin. Oh et insulte-moi si tu veux, dis du mal de moi, t’en meurs d’envie, mais t’attaques pas à ma sœur qui t’apprécies beaucoup. Peut-être même un peu trop à mon goût. Tu vas la faire souffrir, c’est déjà le cas, et t’es pas assez important pour ça. Tu sais quoi ? Reste avec toi-même et ton petit comportement d’enfant pourri gâté à qui on aurait pu tout aussi enlever un nouveau jouet, prend ces clés, et pars. » Tu prends une respiration, et le regarde dans les yeux avant de sourire, faussement et de reprendre, avec une voix encore plus faussement douce « A part si en plus de me prendre ma sœur, tu veux aussi me voler ma guitare ! » T’as jamais parlé aussi longtemps et été aussi énervé par la même personne. Il te rend dingue. Et pas dans le bon sens. Tu veux l’aider oui, avec tout ton cœur, mais t’as surtout envie qu’il se casse et qu’il revienne plus jamais. T’as même pas envie de le croiser dans les rues de Pearl Trees. En fait, là, à ce moment précis, ça te dérangerais presque pas de déménager, juste pour ne pas revoir sa tête de débile.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Dim 21 Sep - 21:12

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Je la regarde contrarier et énervé qu'elle ose venir se mêler de ce qui ne la regarde pas. J'avais le cœur meurtri parce qu'il venait de se passer avec mes deux frangins et j'avais juste besoin de sortir me changer les idées et d'être tranquille, mais non... Il avait fallu que Kentucky vienne interférer dans ma vie, comme si elle n'était pas déjà assez bordélique sans qu'elle vienne y rajouter son grain de sel. Si seulement, c'était un mec qui se tenait face à moi, je lui aurais collé mon poing dans sa face sans me préoccuper si oui ou non, j'allais perdre le combat et l'histoire aurait été réglée, oui, mais voilà avec les filles ça ne se passe jamais comme ça. C'est chiant, ça parle trop et ça veut toujours avoir le dernier mot...

Alors évidemment pour qu'elle se la ferme, j'avais décidé de mêler Taylor à tout ça et évidemment j'aurais dû me douter que ce serait une mauvaise idée à partir du moment où dans ma tête je trouvais l'idée géniale ! Tout ce que je trouvais géniale dernièrement ne l'était pas réellement, alors forcément ça aurait dû me mettre la puce à l'oreille. À l'annonce du prénom de sa sœur, je vis la jolie blonde changer de couleur, elle qui paraissait pourtant si douce en apparence, ce qui me fit sourire. Je n'étais plus le seul à être énervé dans cette pièce et c'était plaisant de savoir que tout le monde n'était pas heureux autour de moi. J'étais fier, peu importe ce qu'elle me dirait. Une fois de plus je m'étais un peu, beaucoup emporté pour pas grand chose et je la voyais me regarder avec ses grands yeux bleu azur, surprise de tout ce que je pouvais connaître à son sujet. Elle aurait beau plaider non-coupable, je savais ce que Taylor avait pu me dire sur sa sœur et son amour pour les Griffin donc qu'elle ne vienne pas faire l'innocente à présent... Je l'écoutais faire sa liste de reproche au Griffin tout en observant à travers la porte. Ce qui m'amusait au début commençait réellement à m'agacer au final. Si elle nous connaissait si bien qu'elle le laissait entendre, elle devait savoir aussi que la patience des Griffin était tout sauf légendaire !

" Non mais tu crois quoi Kentucky ? Qu'on est un sujet d'étude peut-être... Alors arrête ton monologue et ta liste de reproches avec moi d'accord ? " Je m'étais approché d'elle pour lui montrer que son petit jeu ne marchait pas avec moi. Voilà qu'en plus, elle me reparlait d'une soi-disant soirée à laquelle Ioan et moi, on l'aurait lourdement dragué, ce que je trouvais plutôt surprenant, car on avait une règle : premier arrivée , premier servi ! On ne draguait jamais une nana derrière l'autre, enfin bon. Elle avait sûrement pris l'un de nos petits jeux ou pari à la con au sérieux en prenant ça pour des avances. " Non puis tu t'es regardé ? Tu crois sincèrement que tu pourrais intéresser l'un des Griffin ? Même Benjamin, il ne voudrait pas de toi... Même ivre mort, je t'aurais dit de dégager alors arrête un peu Kentucky ! Ne prends pas tes rêves pour la réalité... " Ce nouveau surnom que je lui avais trouvé, m'amusait vraiment et j'espérais au fond de moi que ce soit la goutte d'eau qui fasse déborder le vase. " Taylor est une amie alors arrête d'imaginer le pire ! Ni toi, ni ta sœur finira avec un Griffin, je peux te l'assurer... Entre l'une qui est délurée et toi complètement hystérique, vos parents ont tiré le gros lot avec vous ! " Finalement, c'est moi qui étais en train de monter en pression avec ses bêtises. On m'accusait de pas mal de maux dernièrement, alors ce n'était pas pour en plus être accuser à tort de tout et n'importe quoi pour son petit plaisir personnel.

"Non mais je rêve ? C'est moi le gamin pourri gâté ? Tu connais rien de moi Kentucky alors tu la fermes ! Tu connais que ce qu'on te laisse connaître des Griffin, tu m'entends ? " Je devais être en train de rêver, je crois... À croire qu'elle ne connaissait rien de notre histoire ! Elle posa les clefs sur le comptoir me rendant ma liberté après m'avoir balancé tout un tas de saloperies en plein visage, pensant sûrement que j'accepterais de prendre la sortie sans dire quoi que ce soit. J'attrapais les clefs à mon tour et instinctivement, je les lui balançais à nouveau. Mauvaise idée encore une fois, mais c'était ma façon à moi de lui montrer qu'elle ne s'en sortirait pas par une simple porte ouverte. " Tu crois peut-être que tu vas t'en tirer comme ça ? Tu veux que je te parle de ta mère qui oublie qu'elle a deux filles et ton père qui préfère vivre une passion d'ado à la con plutôt que voir ses filles grandir ? Tu veux que je te dise combien de fois j'ai vu Taylor en pleure parce qu'elle n'a que sa grande sœur comme repère et que toi t'es bien trop occupé à rêver de ton père plutôt que de t'occuper des gens qui comptent sur toi ? Puis ta foutue guitare à la con, le héros il peut pas te l'offrir peut-être? Il pourrait bien faire ça quand même pour combler tous les anniversaires qu'il a manqués... " Je me mêlais clairement de ce qui ne regardait pas mais elle venait de me pousser à bout. Elle voulait qu'on parle famille, on allait parler famille alors, mais certainement pas de la mienne ! De nouveau, je fis un pas vers elle et je pouvais sentir la tension qu'il y avait entre nous deux. " Alors va-y, je t'écoute Blondie... Des choses à rajouter ? Ton mec avec qui vous jouer au couple parfait, il n'est pas si parfait que ça finalement ? On va voir de nous deux qui avaient le plus besoin de parler ? " Je venais de retourner totalement la situation et je me voulais d'un côté de lui verser toute la haine que j'avais en moi, mais d'un autre ça me faisait tellement de bien...  

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Lun 22 Sep - 19:43


« Non mais tu crois quoi Kentucky ? Qu'on est un sujet d'étude peut-être... Alors arrête ton monologue et ta liste de reproches avec moi d'accord ? » D’accord, petit un, faut vraiment qu’il se calme, ça devient lourd ! Plus il s’approche de toi, plus t’as envie de reculer. Mais tu le fais pas. Parce que même si t’es une fille, t’as aucune envie de te reculer face à Monsieur Ahilan Griffin. Ça lui donnerait raison, et c’est vraiment ce que t’essayes d’éviter. « Non puis tu t'es regardé ? Tu crois sincèrement que tu pourrais intéresser l'un des Griffin ? Même Benjamin, il ne voudrait pas de toi... Même ivre mort, je t'aurais dit de dégager alors arrête un peu Kentucky ! Ne prends pas tes rêves pour la réalité... » Tu lèves les yeux au ciel. Bien sûr que ça t’atteint, mais est-ce que tu vas le lui montrer ? Certainement pas ! Il trouve que t’es affreuse, hideuse, et ben grand bien lui fasse, toi, tu t’en fous joliment ! Enfin non, mais ça, tu le sais pas, tu l’avoues pas. Tes bras encore croisés sous la poitrine, tu le regardes se déchainer, crier. « Taylor est une amie alors arrête d'imaginer le pire ! Ni toi, ni ta sœur finira avec un Griffin, je peux te l'assurer... Entre l'une qui est délurée et toi complètement hystérique, vos parents ont tiré le gros lot avec vous ! » Tu grinces les dents, en essayant de garder ton calme. T’es sur les bords des larmes, ou de la colère, tu sais pas encore vers où te tourner. A ce moment précis, tu le hais encore plus que d’habitude. Tu te le répètes assez, mais ça te dérange pas qu’il t’insulte. Parce qu’un membre de sa famille est parti, et que toi, t’as connu ça aussi, mais qu’il insulte ta sœur, non. Bon en même temps, tu peux pas dénié qu’elle est effectivement délurée, mais la façon dont il le dit, c’est négatif. Et qu’il dise ça d’une fille qui le trouve à son goût, c’est pitoyable. Bref, c’est digne de lui quoi. « Non mais je rêve ? C'est moi le gamin pourri gâté ? Tu connais rien de moi Kentucky alors tu la fermes ! Tu connais que ce qu'on te laisse connaître des Griffin, tu m'entends ? » Et il continu, il te laisse pas en placer une, alors tu écoutes. T’aimerais bien connaître les Griffin, même si en ce moment précis, t’en doute de plus en plus, mais c’est ce que tu lui dis depuis tout à l’heure. Et tu le penses. T’as envie de les connaître. De le connaître. Tu commences juste à avoir l’impression que pour une fois, ce sera une déception, et surement une de tes pires. T’aurais aimé qu’il s’arrête là, qu’il décide de partir, et que vous fassiez tous les deux en sorte de plus jamais vous croiser. Mais manifestement, il en décide autrement. Il attrape les clés et te les jette à la figure. T’arrives à les rattraper de justesse avant qu’elles ne tombent par terre et tu relèves la tête vers lui. Mais c’est quoi son problème ?

« Tu crois peut-être que tu vas t'en tirer comme ça ? Tu veux que je te parle de ta mère qui oublie qu'elle a deux filles et ton père qui préfère vivre une passion d'ado à la con plutôt que voir ses filles grandir ? Tu veux que je te dise combien de fois j'ai vu Taylor en pleure parce qu'elle n'a que sa grande sœur comme repère et que toi t'es bien trop occupé à rêver de ton père plutôt que de t'occuper des gens qui comptent sur toi ? Puis ta foutue guitare à la con, le héros il peut pas te l'offrir peut-être? Il pourrait bien faire ça quand même pour combler tous les anniversaires qu'il a manqués... » Et tu le prends comme un coup de poignard dans le ventre. Il a pas le droit. Tes yeux semblent décider pour toi lorsqu’une seule et unique larme coule sur ta joue. Tu prends pas la peine de venir l’essuyer, avec de la chance, il ne l’a pas vue. Il t’attaque là où ça fait mal. Ta sœur, t’as toujours tout fait pour l’aider, et c’est pour ça que tu voulais qu’elle arrête de fréquenter les Griffin. Après avoir vu le vrai Ahilan là, devant toi, tu sais que t’as eu raison. Pourtant, tu sais qu’il a pas totalement tors. Même si tu sais que ton père serait probablement mort s’il était resté à Pearl Trees, il vous a laissé, Taylor et toi, avec une mère qui n’a pas la moindre idée de comment s’occuper de ses filles. Et tout au fond de toi, tu te demandes si c’est vraiment ça, la réputation des Brown dans la minuscule ville. Tu te demandes si les gens pensent de toi que tu es la fille à son papa qui laisse sa petite sœur de côté. Tu sers la mâchoire, ravalant quelques larmes, et tu attends. Parce que d’une manière ou d’une autre, tu sais pas quoi dire. Tu sais pas comment réagir. Et tu sais que si tu dis quoi que ce soit, tu vas pleurer. Tu vas attendre de plus sentir ces larmes aux bords des yeux, et tu vas gentiment aller lui demander d’aller se faire voir. Oui, c’est bien ça. Mais alors que tu penses que c’était fini, il reparle. Il s’avance vers toi, réduisant la distance entre vous à un unique mètre, augmentant la tension, colérique, ou autre, et ouvre sa bouche, pour de nouveau en faire sortir du venin. « Alors va-y, je t'écoute Blondie... Des choses à rajouter ? Ton mec avec qui vous jouer au couple parfait, il n'est pas si parfait que ça finalement ? On va voir de nous deux qui avaient le plus besoin de parler ? » T’attaquer sur Marius, c’est bas. Mais finalement, un côté de ton cerveau, celui qui résonne, celui qu’a pas de sentiments, se demande comment le grand Ahilan Griffin est au courant de tout ça. Tu es assez prêt de lui pour lui donner les clés, mais t’as pas envie qu’il te les rebalance, t’es pas un chien. Alors tu t’avances vers la porte, sans rien dire, l’ouvre, et repasse devant lui. Tu t’arrêtes après avoir repris place à un mètre de lui, peut-être un peu moins, et tu parles enfin. Peu, ta voix tremble, mais au moins du pleures pas. « C’est bon ? » tu demandes la voix, presque dans un murmure « T’as finis ? Alors pars. Et ne vient pas me dire que c’est peut-être moi l’enfoirée dans cette pièce. Parce que me parler de mon père, c’était bas. Même pour toi Ahilan. » Oh, c’est un chieur, donc tu sais qu’il ne va pas le faire. Mais t’as envie d’aller pleurer dans l’arrière-boutique, et t’espères que quand tu reviendras, il sera plus là.

Tu lui tournes le dos, et secoues la tête, probablement de défaite, avant de faire un, deux, trois pas vers ton endroit préféré du magasin, l’endroit où tu seras pas dérangé par un emmerdeur.

HJ:
 

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Sam 27 Sep - 14:56

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Je savais que j'avais été dur... Un vrai connard même et que j'avais dépassé les bornes, mais bon sang que ça faisait du bien ! Je me sentais vivant. C'était peut-être la première fois que je me sentais finalement respirer depuis que Ioan avait franchi la porte de ma chambre pour m'annoncer la nouvelle de son départ en Bulgarie. Je venais de détruire mon petit blondinet et annoncer cette nouvelle alliance avec Benjamin devant mes deux frères bouche bée qui me rendait complètement dingue, alors le mal que je provoquais à l'heure actuelle m'importait peu... Je pense même que je venais de voler le rôle de Benjamin et que j'étais officiellement devenue ce matin, LE connard de la famille Griffin.

J'essayais de la blesser et de lui faire mal comme j'avais mal à l'heure actuelle. Je ne voulais plus être le seul à ressentir ce trou béant qui s'agrandissait d'heure en heure. J'avais ce besoin de savoir que j'avais frappé quelqu'un là ou ça faisait mal et qu'elle aussi ressentait ce trou béant. Oui Kentucky, n'était que les dommages collatéraux de mon malheur et je m'en voulais un peu de lui faire subir cela alors qu'elle n'avait rien demandé. Elle avait été plutôt gentille même... Mais pourquoi avait-elle voulu à tout prix se mêler de ce qu'il ne la regardait pas ?! Je levais les yeux et grognais de rage qu'elle m'ait mis elle-même dans cette situation qui la blessait au final !

Je n'avais jamais vraiment été très doué pour tout ce qui concernait les relations humaines hormis celles que j'avais avec mes frères. Alors les quelques relations que j'avais avec les femmes, je vous laisse imaginer... Bien sûr, il y avait Nayana, mais elle, c'était différent, je la considérais comme une sœur avec des avantages en nature parfois et elle n'était pas comme toutes ses emmerdeuses non plus en y réfléchissant bien. Avec les autres, on rigolait, on se câlinait, on s'amusait comme n'importe quel mec l'aurait fait pour avoir ce qu'il voulait, mais de là à écouter leurs problèmes ou leur raconter les miens, il y avait un monde. Je n'étais pas franchement bavard non plus faut dire, enfin si, j'étais du genre à être un moulin à paroles quand il s'agissait de dire des conneries, mais tout ce qui me concernait réellement, j'étais plutôt muet comme une tombe. Depuis toujours, tout ce qui me touchait, je le gardais pour moi, même Ioan n'arrivait que rarement à me faire parler... J'avais peur de montrer mes faiblesses aux gens et qu'un jour elles se retournent contre moi, je crois.

Je venais de détruire Kentucky en quelques phrases. Je n'avais pas pesé mes mots et réfléchi à leur conséquence... Enfin si, mais maintenant que c'était fait, voilà que la culpabilité venait se rajouter à la peine qui me rongeait. Je serrais nerveusement mes poings et pinçais mes lèvres. Qu'est-ce que j'étais censé faire à présent ? Prendre la jolie blonde dans mes bras et m'excuser de ce que je venais de lui balancer et lui dire que ce n'était sans doute pas vrai ? Alors que même elle, elle le savait que j'avais raison... C'est bien ce qui l'avait blessé d'ailleurs. Les mensonges, on les oublie eux, ils nous passent au-dessus, mais la vérité, elle, elle est bien là. Son regard et sa peine, me rappelèrent celle que j'avais provoquée à Aksel une heure plus tôt, mais si avec lui, je ne pouvais pas faire machine arrière, il était peut-être encore temps de me rattraper avec Kentucky. Je sais qu'elle m'avait demandé de partir et de la laisser tranquille, j'aurais sans doute dû l'écouter mais une petite voix dans ma tête me disait : " Ahilan pour une fois arrête d'agir comme un con et essaye de te rattraper... "

Mon regard fixé sur elle, je la vis secouer sa tête, la lèvre tremblante faisant demi-tour et se dirigeant vers l'arrière du magasin. Je devais la rattraper et lui dire que j'étais désolé. Je devais le faire, oui, mais je n'y arrivais pas. Mes pieds étaient cloués au sol, incapable de bouger d'un centimètre. J'avais toujours cette petite voix en tête qui me disait " Griffin bouge-toi et rattrape là ! Elle voulait seulement t'aider à sa façon... " Oui, mais voilà mon corps et ma tête étaient en contradiction. J'aurais voulu la rattraper et m'excuser, mais ma fierté m'en empêchait. Alors ma voix s'éleva pour briser le silence qui venait de s'installer dans la petite boutique. " Tu sais, moi, c'est mes deux parents qui n'ont pas voulu de moi... Alors ne fais pas cette tête, je sais ce que tu ressens mieux que personne Kentucky. " J'étais moi-même surpris de ce que je venais de lui dire, mais senti un poids en moins étonnement. " Toi, tu as quelqu'un qui pleure pour toi... Moi, je pensais avoir quelqu'un, mais il est parti, tu vois. Il m'a laissé sans même se retourner et penser une seule seconde à moi. Toi Taylor, elle ne ferait jamais ça, tu le sais... " Mon ton avait descendu automatiquement quand j'avais évoqué Ioan. " Je le déteste de m'avoir laissé oui... " Ma voix n'était plus qu'un murmure à moi-même. C'était la première fois que j'acceptais d'en parler à quelqu'un et je n'aimais pas vraiment cette idée qui me mettait mal à l'aise. Les bras ballants et une petite moue idiote s'étaient logés sur mon visage. Je venais une nouvelle fois de perdre totalement le contrôle de la situation que je pensais pourtant maitriser à la perfection. " Kentucky, reviens... Ne me laisse pas comme un con planter là à te raconter ma vie. " Je lui avais lancé cette phrase comme un SOS de détresse et elle avait sans doute pu sentir le désespoir de ma voix. 

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Lun 6 Oct - 22:08

T’as envie de continuer à marcher loin de lui. T’as envie qu’il s’en aille et qu’il se retourne pas. T’as envie de plus jamais lui adresser la parole et que vous vous évitiez dans la rue. T’as envie que ta sœur arrête de les fréquenter. T’as envie de casser des instruments par terre tellement t’en as ras le bol de cet arrogant fils à papa et maman. Tu fermes les yeux et essayes de contrôler ta respiration pendant que tu continues à marcher vers la réserve. T’as du thé là-bas, t’en prendras un, sans sucre, et t’écouteras de la musique pour te calmer. T’essayeras de t’enlever la tête métissée du beau Ahilan de l’esprit et de le remplacer par celle de Marius. Et puis tout rentrera dans l’ordre. Tu reviendras dans ta petite vie parfaite, sans soucis, avec ton boulot. Et quand Taylor aura 21 ans, tu partiras rejoindre ton père, avec elle. Mais finalement, tu te rends compte que cette conversation, enfin cette dispute avec Ahilan, elle t’a chamboulé l’esprit. T’es plus sure de ce que tu veux. Et ça t’énerve. Parce que personne n’avait encore réussi à te faire changer d’avis sur ta vie, sur ton futur. Mais en quelque sorte, même si ça te tue de l’avouer, il a pas tort. T’as une vie parfaite qu’est qu’une satanée façade. Ta vie, elle est pas si parfaite que ça finalement. T’essayes rapidement de chasser ces pensées de ton esprit et tu continues à marcher vers la réserve. Mais tu ralentis lorsque t’entends pas de bruit derrière toi. T’as comme la mauvaise sensation qu’Ahilan a pas bougé. Et d’ailleurs, quelque chose te dis qu’il compte pas bouger de sitôt. « Tu sais, moi, c'est mes deux parents qui n'ont pas voulu de moi... Alors ne fais pas cette tête, je sais ce que tu ressens mieux que personne Kentucky. » Ses mots t’arrêtent de suite. T’arrêtes de t’avancer vers la réserve, mais tu te retournes pas pour autant. T’écoutes juste pour voir s’il va continuer. T’avais presque oublié que les Griffin étaient adoptés. Ils s’entendent tous tellement bien les uns avec les autres. Ils ont vraiment l’air d’être de vrais frères. Même si l’un d’eux semble mis de côté, ce fameux Benjamin. Ahilan, Ioan et Aksel, ils sont comme les trois mousquetaires. Et en quelque sorte, tu ressens de la peine pour le garçon derrière toi. Tu sais pas comment tu réagirais si ton père t’avais vraiment laissé. Enfin plus qu’il ne le faisait déjà. Encore une fois, et avec une rapidité étonnante, tu chasses cette idée de ta tête. Jamais t’as pensé ça de ton père. Tu l’as toujours pris pour ton héros, pour ton modèle à suivre. Et pour la première fois aujourd’hui, à cause de ta dispute avec Ahilan, tu commences à te demander si c’est une bonne idée. Si ton père vaut vraiment ton admiration. T’en veux au Griffin de te faire réfléchir à ça alors que jusqu’à ce qu’il débarque avec ses méchancetés, t’étais plutôt sure de toi. « Toi, tu as quelqu'un qui pleure pour toi... Moi, je pensais avoir quelqu'un, mais il est parti, tu vois. Il m'a laissé sans même se retourner et penser une seule seconde à moi. Toi Taylor, elle ne ferait jamais ça, tu le sais... » Tu baisses la tête, parce que tu sais qu’il a raison. Taylor et toi, malgré vos disputes incessantes, et de plus en plus fréquentes depuis le départ de son ami Ioan, vous êtes inséparables. Jamais rien ni personne n’oserait ou ne réussirait à se mettre entre vous. « Je le déteste de m'avoir laissé oui... » Et tes yeux finissent par se laisser tenter pour regarder derrière. Il s’ouvre à toi. Et un sourire apparait sur tes lèvres. Il ne le voit pas, tu es toujours dos à lui. Mais tu es contente. Tu es contente qu’il t’ait laissé TOI entrer dans sa tête, et pas quelqu’un d’autre. « Kentucky, reviens... Ne me laisse pas comme un con planter là à te raconter ma vie. » Tu souris encore plus en comprenant le retournement de situation que vous venez tous les deux d’expérimenter. Tu te mors la lèvre inférieur et réfléchit rapidement aux deux options que tu as. Te retourner, et aller le réconforter, et le laisser te parler, malgré qu’il t’ait fait du mal. Ou alors continuer à marcher, et probablement ne jamais le revoir. Sans trop comprendre pourquoi, cette idée te plait pas. Mais alors pas du tout. Alors tu finis par te retourner. Ton sourire est retombé, mais tu te mords la lèvre en réfléchissant à ce que tu peux faire.

En général, t’arrives sans aucun soucis à réconforter les gens, à leur parler. Mais là, rien. T’arrives pas à trouver quoi lui dire. Son frère l’a laisser, et tu sais pas ce que tu ressentirais si Taylor partait comme ça. C’est évident, tu lui en voudrais. « T’as raison. Taylor ferait pas ça. » C’est un début. Tu t’avances vers lui, et une fois proche de lui, tu lui souris doucement. « Et même si ça me tue de te le dire, parce que je déteste avouer que t’as raison, ma vie est pas si parfaite que ça. Mon père nous a laisser avec une mère incapable, j’aime pas mon petit ami et… » Tu te stoppes, et fronces les sourcils. D’accord, t’avais pas prévu de lui dire ça. Genre, pas du tout. Tu baisses les yeux, mais garde la tête droite, tu réfléchis. « Mais on parlait de toi non ? » Tu finis par lâcher, avec un petit rire. Tu tournes la tête vers la réserve où tu comptais aller te réfugier, et tu y vois une opportunité pour vous mettre à l’aise tous les deux, après ces révélations quelques peu dérangeantes. « Tu veux boire un thé ? » Tu lui montres du pouce la réserve et lèves un sourcil. T’es pas trop sure de ce que tu fais. C’est probablement la première fois qu’une situation t’échappe et que tu sais pas quoi répondre. Et que tu dis à quelqu’un d’autre qu’à ton père ce que t’as sur le cœur. Et c’est là que ça te choque, t’as balancé des trucs à ce garçon que tu détestais que t’as même jamais dit à ton père. Tes joues rougissent automatiquement et tu déglutis difficilement, attendant sa réponse.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Dim 2 Nov - 18:14

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Kentucky s'était arrêté de marché, sans pour autant se retourner. Je savais qu'elle m'écoutait et c'était le plus important pour moi à ce moment-là. C'était la première fois que je parlais du départ de Ioan à quelqu'un en dehors du cercle Griffin. J'avais évité Nayana un bon nombre de fois et les fois où je n'avais vraiment pas pu m'en sortir, je lui avais répondu que tout allait bien en affichant mon plus beau sourire. Elle savait sans doute que je mentais, mais avait très bien compris que je ne parlerais pas non plus, donc c'était fait une raison et m'avait laissé mon espace comme je le lui avais demandé. Et là, c'est moi qui avais tout balancé sans même que l'on me demande quoi que ce soit à cette blonde plus ou moins inconnue. Nayana aurait été folle de jalousie si elle avait été là... Ce qui évidemment me fit sourire du coin des lèvres. Le silence régnait désormais, et je ne savais pas vraiment quoi dire de plus pour m'excuser de ce que je venais de lui balancer...

Et alors que je suis en train de mater son petit derrière rebondi, je la vois se retourner vers moi. Enfin ! Quoi que... Connaissant les Brown et leur caractère, la folle dingue serait capable de faire demi-tour pour me claquer ! La jolie blonde plus douce que prévue, pivota simplement sur elle, se mordant la lèvre tout en me dévisageant, ce qui lui donne un air totalement coquin qui n'était pas pour me déplaire. Finalement, ses premiers mots me refroidirent et m'obligèrent à poser mon regard dans le sien. Elle me donnait raison et je détestais ça ! Qu'on me rappelle que Ioan m'avait laissé me blessait d'avantage encore et me faisait l'envier. J'aurais aimé que mon frère en soit réellement un et qu'il ne me laisse pas... Mon sourire s'effaça pour laisser place à la tristesse. Instinctivement, mon visage se tourna en direction de la porte de sortie, c'était peut-être le moment de la prendre et de la laisser travailler pendant que moi, je retournerais à ma vie comme si rien ne s'était produit. Sa voix retentit de nouveau et cette fois, c'est elle qui se livrait et les rôles s'inversaient. Sa famille avait visiblement quelques soucis aussi, et malgré son petit sourire, les choses devaient être pires que ce qu'elle me laissait entrevoir. Puis le garçon parfait qu'était censé être le meilleur des petits copains de la terre à en croire Taylor qui se laissait parfois aller en nous confiant qu'elle enviait sa sœur et ce garçon, n'était apparemment qu'une illusion et était loin d'être parfait vu les derniers mots de la jolie blonde qui me laissait plus ou moins perplexe. Pourquoi au juste en était venu à me parler de lui ? Qu'attendait-elle de moi ?

Je fis un pas hésitant en sa direction, chose que visiblement, je n'aurais pas dû faire puisque Kentucky en profita pour changer de nouveau l'ordre des choses, et c'était de nouveau de moi qu'on était censé parler. Voyant sans doute mon hésitation, elle m'indiqua la réserve derrière elle pour qu'on aille boire un thé. Sa proposition était plus qu'étonnante au vu de comment les choses avaient commencé entre elle et moi quelques minutes plus tôt. Mais boire du thé a 20 ans ? C'était possible ça ? Je pensais cette activité réservée seulement aux gens de 60 ans et plus, ce qui me fit rire. Mais bon, l'idée de me retrouver dans une pièce enfermée avec elle, finissait finalement par me plaire. Je haussais les épaules et me dirigeai vers elle doucement, un sourire gêné aux lèvres, mais à la fois contentent qu'elle veuille bien enterrer la hache de guerre officiellement.

- Tu n'as pas peur de te retrouver dans une réserve avec un inconnue de mon genre... Le very bad Griffin du moment ? Courageuse ou inconsciente mademoiselle Kentucky ? Lui lançais-je ironiquement en la suivant, tout en posant une fois de plus, mes yeux sur ses fesses qu'elle s'amusait à dandiner devant mon nez. À croire que la demoiselle faisait exprès... J'essayais de la provoquer gentiment pour voir sa réaction et essayer de comprendre en même temps ce qu'elle attendait de moi en lui disant ça mais en y réfléchissant bien, j'allais peut-être lui faire peur. Qu'est ce que je pouvais être con me grognais-je à moi même en levant les yeux au ciel.  

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Sam 8 Nov - 20:20


Tu sais pas trop pourquoi t'as été lui dire tout ça, mais un truc est sur, c'est que ça t'a fait un bien fou. T'aurais jamais pensé que d'en parler, et surtout à Ahilan Griffin te retirerais un tel poids des épaules, mais que veux-tu ? Ne dis-t-on pas que l'on trouve de temps à autre des alliés là où s'y attend le moins ? Et puis si ces alliés sont de beaux métis avec de magnifiques yeux chocolats, et bien c'est encore mieux. Tu lui souris, et soudainement, tu te sens particulièrement stupide. Pourquoi t'as été lui demander de boire un thé. Un thé quoi ? Bon d'accord oui, toi tu bois du thé, mais quand t'es seule. C'est pas le truc que tu proposes à un mec à qui tu viens de sortir des trucs que tu dis jamais à personne. C'est le truc que tu sors à ta grand mère quand elle vient te rendre visite. C'est un truc que tu sors aux vieux de la maison de retraite à qui tu vas rendre visite bénévolement de temps en temps. Certainement pas quelque chose que tu propose à Ahilan Griffin ! Maintenant cela dit, c'est fait, et va falloir que tu fasses avec. Et qu'il se mette à rire doucement en t'entendant le lui proposer, ça t'aide pas. Stupide n'est même plus assez fort pour décrire comment tu te décrirais à cet instant. Mais au lieu de le montrer, tu souris, et tu ris doucement aussi. T'as appris à cacher tes réels ressentis depuis le temps, et puis ça fait mal d'utiliser ce subterfuge quand t'en as besoin. Et t'attends quand même qu'il réponde, ce qu'il a toujours pas fait. Tu commences à avoir peur d'avoir trop insisté. C'est bizarre quand on y réfléchi bien. Ahilan et toi, ça a pas commencé fort. Et pourtant, voilà que tu l'invites à prendre un thé dans un endroit qu'en général tu ne gardes que pour toi parce que tu as envie de continuer votre conversation, qui, et tu le remarques avec étonnement, te fais plaisir. T'es contente d'avoir trouvé quelqu'un à qui parler qui ne soit pas un père parti à l'autre bout du pacifique. Tu lui souris quand il hausse les épaules et qu'il s'avance vers toi. Manifestement, le moment je te fais du mal et tu me fais du mal est passé, et maintenant, il semble vouloir devenir pote avec toi. C'est plutôt une bonne nouvelle. Non ? Son sourire gêné te fait sourire toi aussi. T'aimes bien cette partie là d'Ahilan. La partie fragile qu'il t'a pas montré de suite. Cette partie que, tu es sure, est en fait la personne qu'il est réellement. Du coup, tu le fixes, et ton sourire le plus chaleureux et gentil sur les lèvres et tu te tournes et t'avances vers la réserve.

« Tu n'as pas peur de te retrouver dans une réserve avec un inconnu de mon genre... Le very bad Griffin du moment ? Courageuse ou inconsciente mademoiselle Kentucky ? » Ça te fait sourire, parce que tu te rends compte que le surnom a complètement changé de sens et que son ton est passé d'agressif, de défensif, à ironique, voire même joueur. Alors tu secoues la tête, levant les yeux au ciel, et tu rigoles doucement. De ce rire que tu réservais jusqu'ici à ton père quand il te disait quelque chose que tu trouvais stupide.  T'arrives rapidement à la réserve et te retournes rapidement vers lui. Tu le regardes dans les yeux et avec un main derrière ton dos, tu te débrouilles pour ouvrir la porte. T'as la mauvaise impression que ton organisme s'est mis en mode drague, et Marius, t'as oublié son existence. Tu souris à Ahilan et lui répond enfin. « Si j'ai peur ? Non. Courageuse ou inconsciente ? Un peu des deux ? Ou juste le manque crucial d'envie de rester derrière un comptoir seule pendant les deux prochaines heures. Alors, tu viens ? » Tu lui souris une dernière fois et te retournes pour entrer dans la réserve. Cet endroit est probablement, avec le tabouret pour jouer, ton endroit préféré du magasin. Quand t'y entres, il fait noir, mais tu tâtes le mur derrière toi pour trouver l’interrupteur, et une fois allumé, tu souris. C'est vraiment une salle détente. Il y a une chaîne radio, avec un lecteur CD, quelques disques que tu as acheté et que tu laisses là quand tu veux pas rentrer chez toi le soir et que tu passes la nuit dans le magasin. Il y a un canapé, que tu utilises pour dormir de temps à autres. Les murs noirs sont tapissés de différentes affiches de groupes. Entre elles, une affiche de ton père, avec sa guitare, et tu souris en la voyant. Ton père, avec ses cheveux longs et sa guitare. Et enfin, le petit plan de travail, avec la théière, et à sa fin, un genre de petit frigo, avec des boissons froides. « Si tu préfères, j'ai aussi du coca. » Tu souris, et tu as le dos tourné à Ahilan depuis que tu es rentré à l'intérieur de la réserve. A côté de la théière, il y a une photo de Taylor, votre père et toi, avant qu'il ne parte. Tu la gardes là parce que ça te fait te souvenir pourquoi tu n'es pas encore partie de Pearl Trees. Ça te rappelle que Taylor est la personne sur laquelle tu dois te reposer. Celle sur laquelle tu dois te concentrer. Ton sourire s'efface quand tu repenses à la situation d'Ahilan. Son frère est parti. Pour on ne sait quelle raison. Et finalement, si tu décidais de faire pareil, d'aller rejoindre ton père, tu ferais la même chose à Taylor que le mouton avait fait à Ahilan. Mais l'important, c'est que tu l'ai pas fait, n'est-ce pas ? Tu baisses la tête et te retournes enfin face à Ahilan, un sourire triste et faux sur le visage.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


fondateur
► MA PETITE BOUILLE : Zayn Malik
► PSEUDO : future mrs. payne
► ÂGE : 24
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 27/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 124
► EMPLOI/ÉTUDES : Caissier au super marché
► EN CE MOMENT :

Kenilan ♥️ - L'enfoiré - Roro

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Sam 15 Nov - 21:18

c'mon, just talk to me already

ok, so you don't want to. can you at least try? no? you know i'll keep doing that right? following you? everywhere? yep, i'm that kind of girl !



Finalement, elle me surprenait de plus en plus. Voilà que Kentucky n'avait pas l'air d'être ne serait-ce que gênée par ce que je venais de lui dire et elle était même à la limite de me provoquer avec son air malicieux et son petit sourire. Oui, visiblement, la fille Brown était pleine de surprises... Je suivis ma jolie blonde dans la fameuse réserve qui me promettait peut-être une entrée directe au paradis, cette pensée me fit rire ce qui dut la surprendre à en croire son regard.

L'endroit était sombre. Il n'y avait pas grand chose à vrai dire. Un vieux canapé datant au moins des années d'avant notre naissance, un petit frigo, de quoi boire et une table avec trois chaises. De vieux posters de groupe plus has-been les uns que les autres. Totalement, le genre de musique que doit aimer Kentucky la cinglée. D'ailleurs mademoiselle, en profite pour me proposer un coca, réalisant sans doute que je n'étais pas le genre de mec à boire un petit thé avec des gâteaux sec comme son cher grand-père. « Ha, je ne dirais pas non à un peu sucre... Puis je t'avoue que ton thé conviendrait à ma mère, mais moi... » Je finis ma phrase en faisant une grimace. En parlant de ma mère, un pincement au cœur se fait ressentir quand je l'évoque. Naturellement, je sors mon téléphone de ma poche et observer l'écran où je peux y lire « Moune - 9 appels manqué ». Je sais que je suis en train de la rendre complètement folle ces derniers temps, mais je ne peux pas m'en empêcher... Après tout si Ioan est parti, c'est de sa faute en priorité. C'est elle qui l'a aidé dans toutes ses démarches et qui l'a emmené à l'aéroport avec papa alors qu'il se barrait en nous faisait clairement comprendre qu'on n'était pas sa famille. Mes poings se serrent, je n'arrive pas à m'en empêcher... Le sujet est trop sensible, malgré ce que Kentucky essaye de faire pour me mettre à l'aise. Alors directement, j'essaye de sujet à ma façon, en attaquant. « Heureusement que t'es là pour te souvenir des has-been qui nous entoure... Grâce à toi, ils ont le droit à une seconde vie comme une vieille voiture d'occasion ! » Comme un con, je rigole à ma connerie, espérant la faire rire à son tour... Car comme on dit fille qui rit, à moitié dans son lit non ?

Bon clairement, je n'avais pas de lit à porter de main, mais ce vieux canapé ferait l'affaire pour une partie de jambes en l'air. J'en profitais pour m'écrouler dessus et m'allonger dessus de tout mon long. Je regardais mon hôte le sourire aux lèvres, sourire qu'elle avait visiblement perdu... « Qu'est-ce que t'a Kentucky ? Tu peux boire du thé si toi t'as envie... Ça te fera un point commun avec ma mère comme ça. Paraît que ça détend... C'est ce qu'elle me dit tout le temps ! » J'essayais de détendre l'atmosphère, mais visiblement quand l'un faisait des efforts, l'autre s'acharnait à faire la gueule et vice versa ! Décidément, nous étions faits pour nous entendre elle et moi... De nouveau, mon téléphone vibra, évidemment, c'était ma mère, tout le monde m'évitait ces derniers temps, hormis elle. « Quand on parle du loup... » Soufflais-je instinctivement en raccrochant au nez de ma mère, une fois de plus. J'enfouis mon téléphone dans ma poche arrière en essayant d'oublier cet appel qui me rappelait la situation familiale, plus que merdique de la chère famille Griffin.

Mon regard se posa de nouveau sur Kentucky, qui restait bien silencieuse. Je détestais le silence, du moins quand je n'étais pas seul. À quoi était-elle en train de jouer exactement ? Elle me ramenait avec elle dans cette réserve puis finalement me laissait seul avec moi-même avec son mutisme comme seule compagnie. « Si tu cherches un bon moyen pour me séquestrer, je te promets que je serais sage et docile... Mais ne me laisse pas dans le silence. Fais-moi une danse. Met de la musique et c'est moi qui t'en ferai une si tu veux... Mais ne me laisse pas comme ça, je vais mourir d'ennuis si ça continus et tu ne voudrais pas te retrouver avec mon cadavre sur les bras n'est-ce pas ? » Je n'avais pas pu m'empêcher de débiter des conneries pour me sortir de cette situation gênante. Du grand Ahilan Griffin. Elle allait me prendre pour un putain de psychopathe si ça continuait, déjà que l'image qu'elle avait de moi n'était pas formidable, mais après ce que je vais de lui dire... Je crois que j'étais foutue !

made by LUMOS MAXIMA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.net/t133-ahi-je-cherche-desespereme http://www.pearl-trees.net/t29-ahilan-griffin-un-jour-grif
avatar


► MA PETITE BOUILLE : Perrie perfect Edwards
► PSEUDO : PUDDING MORPHINA
► APPARU DANS LE ROMAN LE : 28/08/2014
► EXTRAITS POSTÉS : 65
► EMPLOI/ÉTUDES : Travaille dans un magasin de musique.
► EN CE MOMENT : KENILAN → c'mon, just talk to me already !

MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   Lun 17 Nov - 22:20

« Ha, je ne dirais pas non à un peu sucre... Puis je t'avoue que ton thé conviendrait à ma mère, mais moi... » Ouais, bon il marque un point-là. Tu ne peux t’empêcher de sourire, mais ton sourire se perd aussitôt. Tu repenses au bordel que ça doit être dans la tête d’Ahilan là de suite. Son frère s’est cassé et d’après ce que t’as pu voir, il a arrêté toute communication avec les gens autour de lui. En plus de ça, tu peux pas t’empêcher de comparer son histoire à la tienne, et à ta relation avec Taylor. Et t’as pas envie de la blesser. Et si elle, elle avait pas envie de partir à Londres ? Et si elle voulait rester à Pearl Trees, il se passerait quoi ? Vous finiriez par vous séparer au final ? Non. C’est pas envisageable. Tu reportes ton attention sur Ahilan qui a son portable dans sa main et qui est assis tranquille sur le canapé. Tu sais pas ce qu’il y regarde, mais ça a pas trop trop l’air de lui plaire. Finalement, aucun de vous ne parle. Et faut bien avouer que bah, c’est quand même bizarre. De base, tu voulais qu’il te parle de tes problèmes, et finalement vous avez finis dans ta réserve en mode je te drague mais pas trop, et je te sers de psy si toi aussi tu le fais. Finalement, il reprend la parole et change de sujet. En quelques minutes, t’as appris que c’était une des choses qu’il préfère faire quand il n’a pas la réponse à une question ou quand il refuse d’aborder un sujet. « Heureusement que t'es là pour te souvenir des has-been qui nous entoure... Grâce à toi, ils ont le droit à une seconde vie comme une vieille voiture d'occasion ! » Tu souris de nouveau, mais ne lui montre pas. Vous étiez censé avoir une conversation sérieuse, et là, si il te fait rire, c’est mal parti. Tu repenses à Taylor et à son crush sur Ahilan. Et tu commences presque à la comprendre. C’est clair que tu fais pas sa connaissance au meilleur moment, mais au moins, ça te permet de voir qui il est vraiment sous sa couverture de gros lourd. Et t’aimes bien ce que tu vois. Il rigole lui-même à sa blague et vraiment, t’as envie de rire avec lui mais tu sens que c’est pas le moment. Alors tu ne fais que te mordre l’intérieur de la joue pour éviter ce foutu sourire d’apparaître sur ton visage.

Il profite d’un blanc pour s’allonger sur le canapé, et toi, t’as une furieuse envie d’aller l’y rejoindre. Mais tu te retiens. Et encore une fois, tu penses à Taylor. Ta sœur. Sœur qui est quasiment amoureuse du mec en face de toi. Ton sourire s’éteint définitivement, et cette fois ci, t’as rien à cacher, tu souris juste pas. Qu’est-ce qu’il t’a pris de montrer à Ahilan Griffin ton endroit préféré ? « Qu'est-ce que t'a Kentucky ? Tu peux boire du thé si toi t'as envie... Ça te fera un point commun avec ma mère comme ça. Paraît que ça détend... C'est ce qu'elle me dit tout le temps ! » Ouais enfin tout de suite, ce qui te détendrais serait qu’il se casse…ou qu’il te saute dessus, au choix. Tu te retournes vers le frigo et en sort un coca et une bouteille d’eau. La tout de suite, t’as envie de rien d’autre que d’un truc sans goût, fade, et absolument sans alcool. T’entends de nouveau la voix d’Ahilan, qui parle sous sa barbe « Quand on parle du loup... » Il doit parler de sa mère. Tu poses les deux boissons et te retourne de nouveau vers le métis allongé sur ton canapé. Il finit par se tourner vers toi. Bon la situation en plus d’être bizarre, est particulièrement gênante. Tu sais pas quoi lui dire, quoi faire, comment réagir. Marius est en dehors de ton esprit quasiment depuis que t’as posé les yeux sur le Griffin, et la seule chose réellement qui t’empêche de faire quoique ce soit, c’est ta sœur. Alors là, dans l’immédiat, t’as envie de sortir de cette réserve et d’aller jouer de la guitare. Mas tu le fais pas. Pourquoi ? Probablement parce que t’as le cerveau de la taille d’une moule. Ou parce que t’as pas envie de vivre longtemps après que Taylor ait découvert ça. T’es certaine que rien que le fait qu’elle sache que vous avez même parlés, elle sera furieuse. Alors si elle sait que vous vous êtes retrouvés seuls, tous les deux, dans un endroit auquel tu tiens particulièrement, et que même elle ne connait pas bien, elle te pètera une durite. Et t’as pas trop trop envie de vivre ça. « Si tu cherches un bon moyen pour me séquestrer, je te promets que je serais sage et docile... Mais ne me laisse pas dans le silence. Fais-moi une danse. Met de la musique et c'est moi qui t'en ferai une si tu veux... Mais ne me laisse pas comme ça, je vais mourir d'ennuis si ça continus et tu ne voudrais pas te retrouver avec mon cadavre sur les bras n'est-ce pas ? » Son mini-monologue te fait sortir de tes pensées, un de tes sourcils se lève, et cette fois tu ne peux t’empêcher de rire doucement. Si Taylor l’apprend, tant pis. Tu prends le coca et la bouteille d’eau et t’approches du canapé. Tu tends sa boisson à Ahilan et le contourne pour atteindre un lecteur de disque positionné dans un coin de la salle. Dos à Ahilan, tu te penches pour prendre un CD et le met dans le lecteur. Tu mets play et une musique de rock à billy commence. Tu te rapproches du canapé, et sans trop avoir peur de tes gestes, prend les jambes d’Ahilan et les balances par terre. Tu t’assoies là où ses jambes étaient et le regarde. « Bah alors vas-y ! Danse. Je suis sure que t’oserais pas. » Ton regard est défiant et un sourire est collé sur ton visage. T’as envie de jouer avec le Griffin. T’as envie de rire. Et t’as envie de profiter de la vie, au moins un peu, avant de retourner à ta vie merdique, planifiée jusqu’à la dernière seconde.

_________________
stop being a dick, yeah?
maybe one day, we'll be something different ✻ i didn't know anything about you, yet i understood you were, well, a dick. and now, you're not exactly proving me wrong, but yet, i'm trying to help. i might be kinda boring, but oh my god, you're so mean. worst is? i kinda like it !?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: c'mon, just talk to me already (ahilan)   

Revenir en haut Aller en bas
 

c'mon, just talk to me already (ahilan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bill Clinton : Talk is Money (al konprann se piyay!)
» How to talk with me.
» Blabla Dodo / Sleep Talk
» Thranduil - Do not talk to me of dragon fire. I have faced the great serpents of the North
» « I wanna talk tonight until the mornin' light » ► Ft. Cléanthe (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees - Version 2  :: 


Pearl Trees
 :: Chestnut Park
-